La Francesistica italiana à l’ère du numérique

par Serena Cello (doctorante, Université de Gênes/Université de Tours)

AFFICHE-A4« La Francesistica Italiana à l’ère du numérique », colloque international SUSLLF 2014, organisé conjointement par la Società Universitaria per gli Studi di Lingua e Letteratura Francese (SUSLLF), l’Université de Gênes et l’Institut français d’Italie s’est déroulé les 18 et 19 septembre 2014 dans les locaux de l’Auditorium de l’Istituto Tecnico Nautico à Gênes.

Ces journées, développées autour de la production et de la diffusion de la recherche universitaire et scientifique dans le domaine des études françaises et francophones, en linguistique, littérature, didactique et sciences humaines, ont permis une mise en commun d’initiatives qui ne cessent de se multiplier, mais qui pourtant restent fréquemment isolées. Comment donner alors aux travaux de recherche davantage de visibilité ? Telle était une des questions soulevées pendant le colloque.

La première session du colloque a concerné la question de la publication en ligne. Nathalie Fargier a ouvert le bal en présentant les fondements scientifiques, politiques et technologiques de Persée (www.persee.fr), devenue, dix ans après sa création, l’une des principales bibliothèques numériques pour les SHS francophones. Elle a illustré les interactions entre les contenus diffusés, les outils numériques de diffusion et d’exploitation et les pratiques documentaires des chercheurs. Deux aspects ont été plus particulièrement mis en valeur : les services à valeur ajoutée développés dans le cadre de Persée en complément du texte intégral ; le choix d’une diffusion des contenus sans aucune restriction (politique du libre accès).

Ensuite, Barbara Sommovigo a présenté le projet d’édition numérique du Théâtre Italien di Gherardi s’insérant dans le plus ample projet de la « piccola Biblioteca Digitale Romanza ». Une édition, qui contrairement à la version « papier » présente l’avantage du libre accès et surtout la possibilité illimitée d’amplifier, de modifier et d’ajouter à tout moment de nouveaux matériaux au texte original. Elle a montré comment la possibilité de codifier en XML selon le schéma TEI permet au chercheur d’effectuer des recherches spécifiques ouvrant de nouvelles perspectives scientifiques pour l’exploitation des textes.

Hélène de Jacquelot a exposé les objectifs du groupe de travail des “Manuscrits de Stendhal” (Traverses 19-21, Université Stendhal – Grenoble 3), les choix éditoriaux accomplis et les méthodes suivies en vue de l’édition en ligne et sur papier des Journaux et Papiers de Stendhal en cours de publication aux Ellug et sur le site manuscrits-de-stendhal.org.

La mise en regard de ces deux derniers projets avec Phœbus, le projet d’édition de l’ensemble de l’œuvre balzacienne, exposé par Andrea del Lungo, a permis de voir différentes méthodes d’exploitation du numérique dans l’édition de manuscrits et des textes. Ce projet consiste à mettre en résonance l’ensemble de l’œuvre balzacienne (La Comédie humaine, les romans de jeunesse, les contes drolatiques, le théâtre et les œuvres diverses) avec un vaste corpus d’écrits contemporains (littéraires mais aussi scientifiques) qui ont pu la nourrir, afin de faire émerger des correspondances, de repérer des emprunts, des citations, des reprises, des plagiats éventuels, et de constituer ainsi une cartographie de l’univers intellectuel de Balzac à partir des traces que d’autres textes ont laissées dans l’œuvre.

Parmi les publications en ligne, les revues occupent une place de choix, Danielle Londei et Micaela Rossi ont expliqué à ce propos les enjeux de la Revue associative Repères-DoRiF, www.dorif.it/ezine, rendant compte des activités pour l’enseignement et la recherche “autour du français”. L’approche collaborative reste un atout de ce projet, notamment pour la publication décrite dans le détail d’un point de vue méthodologique, scientifique, mais également technique et pratique.

En clôture de matinée, Hélène de Jacquelot, Barbara Sommovigo, et Anne Schoysman, nous ont éclairé sur le profil éditorial et les critères scientifiques de la jeune revue RIEF (Revue Italienne d’études françaises, www.rief.it/), publication qui, tout en suivant les critères de qualité prévus pour les revues internationales (relecture en double aveugle, comité scientifique international), est fondée sur une approche collaborative, qui a été décrite dans le détail d’un point de vue méthodologique, scientifique, mais également technique et pratique.

La deuxième partie de la journée s’est articulée autour des questions concernant la mutualisation et la collaboration en ligne : portails, sites et blogs de recherche, parmi lesquels nous trouvons le portail EFMR (efmr.it) présenté par Nancy Murzilli et Simone Torsani. Conçu comme un outil de mutualisation, l’objectif de ce portail bilingue (fr/it) est de mettre en valeur, à l’échelle du pays et au plan international la densité de l’offre et des travaux de la « francesistica » italienne. Trois ans après sa création, le portail évolue vers un élargissement aux études francophones au sens large et franco-italiennes, et ouvre un espace de publication, Les Carnets d’EFMR (efmr.hypotheses.org), visant à transformer EFMR en un portail scientifique et à valoriser l’activité scientifique des jeunes chercheurs. des stratégies de collaboration et de mutualisation Ont été exposée reposant sur le choix d’outils et de solutions numériques appropriés visant à donner aux “EFMR” un maximum de visibilité.

Delphine Cavallo a illustré Hypotheses.org, plateforme internationale multilingue de blogs de recherche en SHS, accueillant aujourd’hui plus de 900 blogs. Hypothèses constitue une communauté d’utilisateurs explorant de nouvelles formes d’écriture scientifique et de dialogue entre science et société. Sa communication visait également à présenter les débuts du développement d’une communauté de carnetiers italiens, et à explorer les pistes pour une plus large appropriation de la plateforme par la recherche italienne.

Creusant le même sillon, la communication de Serena Cello a illustré son carnet de thèse (http://banlit.hypotheses.org) s’appuyant sur la susdite plateforme, dont l’objectif scientifique est la mise en valeur en réseau et le partage des informations rassemblées pendant son parcours de recherche doctorale, ayant comme perspective l’étude des romans contemporains dits « des banlieues ». Lieu de veille scientifique, il vise à rejoindre le plus large public possible, abordant plusieurs thématiques sociales, littéraires et plus largement artistiques autour des quartiers sensibles français et mondiaux, d’où la volonté de devenir également un pôle faisant le lien entre d’autres blogs, carnets de recherche, sites internet qui travaillent autour du sujet des banlieues.

Valeria Zotti a introduit la Base parallèle des traductions italiennes de la littérature québécoise QU.IT. (Québec-Italie) (www.quit.unibo.it) en tant qu’outil de documentation et d’analyse pour les traducteurs, les lexicographes bilingues italo-français et les apprenants du Français Langue Etrangère qui travaillent sur la langue française au Québec. La base QU.IT. se configure à la fois comme outil de documentation et comme une ressource d’analyse intralinguistique et contrastive qui pourrait aider les traducteurs à mieux saisir le contenu sémantique, la valeur stylistique et la charge culturelles des québécismes recensés.

Enfin, Annick Farina a présenté le portail prototype du « Lessico multilingue dei Beni Culturali ». Un projet multilingue et multidisciplinaire s’occupant du développement de différents instruments tous orientés vers un même objectif : diffuser une connaissance approfondie sur le patrimoine tangible et intangible italien, et proposer des outils pour en permettre la diffusion, sans oublier la fonction primordiale de l’enseignement et de la recherche universitaire. Elle a montré comment ce projet pouvait être considéré comme novateur pour ce qui concerne l’utilisation des ressources numériques tant sur le plan de la pratique lexicographique (réalisation de sept dictionnaires monolingues sous forme de Work in progress liés entre eux par des hyperliens basés sur des associations de traits sémantiques) que de la traductologie (création de bases de données parallèles de traduction) et de leur utilisation didactique.

La journée s’est close sur la lecture de la contribution de Matteo Majorano, La tecnica, il tempo, la letteratura (e la critica), qui s’est interrogé sur les changements capitaux qui sont intervenus depuis l’irruption des nouvelles technologies de la communication et de l’information dans nos existences. Nos vies ont changé et Majorano a mis l’accent sur la relation entre les changements engendrés par la révolution numérique et notre appréhension du temps. En outre, il a relevé que dans le milieu académique et critique italien la révolution numérique est encore loin d’être une réalité et qu’elle accuse un net retard par rapport au reste de la communauté scientifique.

La deuxième journée s’est développée autour des recherches numériques en didactique, linguistique, littérature et cultures et sciences humaines. Patricia Kottelat a ouvert la matinée sur les enjeux du numérique dans la formation des nouveaux formateurs en contexte CLIL/EMILE en présentant une expérience pilote menée par les Universités de Gênes et de Turin au cours de l’année universitaire 2012-2013. Selon Patricia Kottelat cette expérience a montré comment la mutualisation des savoirs et des pratiques à plusieurs niveaux (entre formateurs de formateurs, entre enseignants, entre enseignants et apprenants, entre apprenants) et la méthodologie CLIL combinées à l’exploitation des potentialités numériques contiennent en germe non seulement une réflexion épistémologique sur les méthodologies d’enseignement propres à la France et à l’Italie, mais aussi une redynamisation de la didactique et de la diffusion du français.

Parmi les nouveaux instruments appliqués à la didactique Geneviève Henrot a montré un wiki collaboratif pour simuler par étapes la traduction professionnelle dans le cadre d’un cours universitaire d’enseignement de langue française (niveau C1). Enfin Giovanni Agresti a présenté les premiers résultats d’une recherche d’envergure visant à dresser l’état des lieux des représentations sociales de la langue française en Italie influant sur l’apprentissage de la langue même. Pour cela un questionnaire a été lancé auprès d’un groupe d’enseignants pour collecter les représentations de langue et d’identité circulant au sein d’un échantillon représentatif. G. Agresti fait reposer l’efficacité de ces résultats sur la méthode d’analyse combinée (MAC), mise au point par Bruno Maurer, qui permet de surmonter la difficulté pour un chercheur de travailler sur très grand corpus suffisamment représentatif de la donne nationale et de fabriquer des outils d’enquêtes échappant un tant soit peu à l’idéologie du chercheur lui-même.

À la suite de ces communications enrichissantes, des débats stimulants se sont enchaînés, revenant tous à la question indirecte posée par le titre : quelles sont les nouvelles expressions de la « francesistica » à l’ère du numérique ? Ce colloque a permis non seulement des échanges fructueux entre des acteurs appartenant aux « humanités numériques », mais il a également montré que l’adoption du numérique dans la francesistica italienne, et les sciences humaines en général, ne va pas de soi, car elle s’interroge sur les enjeux mêmes de la recherche, en posant une question élémentaire peut-être mais fondamentale si l’on tente de tenir en tension le pôle de la technologie numérique et celui des sciences dites « douces »: « A quoi ça sert ? »

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *