Le texte en scène. Littérature et théâtralisation à la Renaissance

Le texte en scène. Littérature et théâtralisation à la Renaissance, Journées d’étude, Università degli Studi di Bari “Aldo Moro”, 10-11 octobre 2014.

img_Bari_texte_sceneDes spécialistes français, américains, suisses et italiens se sont réunis à Bari, à l’occasion du colloque international Le texte en scène. Littérature et théâtralisation à la Renaissance, organisé par l’Université de Bari “Aldo Moro” en collaboration avec l’Université de Chicago. Le sujet de leur réflexion a été le rôle crucial que le théâtre joue dans la vie sociale et littéraire du XVIe siècle, notamment au cours de la seconde moitié siècle quand un modèle théâtral s’impose à la Cour de France et rayonne en province.

Le titre du colloque annonce le but des travaux scientifiques. À partir de la notion de « théâtralisation » – un mot qui date du début du XXe siècle, mais que l’on a choisi d’employer ici pour la Renaissance comme l’ont d’ailleurs fait plusieurs autres spécialistes du domaine – on a essayé d’illustrer des aspects inédits de ce que Jacqueline Boucher a défini comme « une vie de Cour théâtralisée »[1], se référant à la vie de Cour sous Henri III.

Un désir domine à cette époque : celui de se montrer, de transmettre une image souvent fausse de soi-même, de la réalité et des événements par l’emploi de masques. Et diverses stratégies sont mises en acte dans le but de rendre efficace le masque choisi.

Or, dans une optique pluridisciplinaire – ce qui est désormais à privilégier pour la richesse des suggestions qu’elle peut apporter et la variété des pistes de recherche qu’elle peut ouvrir – assurée dans ce cadre par la présence de musicologues, littéraires, historiens, spécialistes de théâtre et des arts du spectacle, le colloque a bien montré que le clivage entre réalité et apparence agit de façon significative dans les différents domaines pris en compte. Dans cette perspective, le colloque a favorisé également la confrontation sur les notions communes et sur les points de passage en focalisant l’attention sur le rôle majeur accordé à l’idée de frontière dans le processus de théâtralisation et cela sur plusieurs niveaux, comme l’ont témoigné les diverses communications.

Charles Mazouer a ouvert les travaux en offrant une esquisse de la Renaissance comme un siècle théâtral. Sur la base de ces prémisses, la réflexion s’est ramifiée suivant plusieurs axes : on a pu cerner les problématiques liées à la circulation du manuscrit et de l’imprimé, dont Bruno Petey-Girard a montré la richesse des sollicitations dans sa contribution intitulée Le discret Philippe Desportes ou la mise en scène de l’effacement, mais aussi le rapport entre pièces jouées et textes écrits, qui a fait l’objet des analyses d’Anna Bettoni (Du « sage Nigromancien » des romans au nécromant imposteur du théâtre : présences d’un rôle dans la prose et sur scène au XVIe siècle) et de Goulven Oiry (La matrice de la guerre parodique dans le théâtre et la narration comiques de la Renaissance française : pour une étude des influences croisées). C’est encore le lien entre stratégie politique et stratégie littéraire qui a été au centre de la réflexion de Philippe Desan (Montaigne et la théâtralité du politique) et de Giorgio Maselli (Intersezioni teatrali nello Iulius Exclusus (1513) di Erasmo). Michèle Fogel (Créations cérémonielles et métaphore théâtrale sous le règne d’Henri III) et Michele Mastroianni (La théâtralisation de l’histoire contemporaine dans la tragédie française de la Renaissance et La Guisiade de Pierre Matthieu) ont également focalisé l’attention sur la relation complexe et articulée reliant entre eux les événements historiques et les témoignages de ces derniers qui nous sont parvenus. Se situant à la charnière entre la prise en compte des genres et de l’histoire, Bruno Méniel a ouvert d’intéressantes pistes d’investigation sur La bataille comme spectacle, dans les textes du XVIe siècle. Brenno Boccadoro (La déclinaison spatiale de l’Idée dans la phantasia comme principe de l’expression des affects dans la pensée musicale du XVIe siècle), Anne Surgers (« Au patron du grand Ciel le petit compassé ». L’appareil du ballet et des fêtes de cour au temps des derniers Valois : image et manifestation de la gloire royale), Paul Mironneau et Claude Menges (« La Procession de la Ligue » (vers 1593) ou la politique mise en spectacle burlesque : questions de sources et d’iconographie), respectivement dans les domaines de la musique, du ballet et de la peinture, ont élargi les horizons contribuant à illustrer comment les frontières entre formes et genres se font de plus en plus souples à cette époque. À la croisée entre genres et témoignage historique, notre contribution (Artifices et camouflages de la représentation de l’actualité dans Charlot, églogue pastorelle de Simon Bélyard) a permis un moment ultérieur d’approfondissement montrant une fois encore que les frontières deviennent mobiles au moment où l’on considère le lien entre littérature et théâtralisation à la Renaissance. Profond connaisseur du XVIIe siècle, Larry Norman a terminé ce parcours de réflexion par un regard critique rétrospectif et inédit sur le XVIe siècle dans son intervention Le théâtre renaissant vu de l’âge classique : élaboration d’une distinction critique.

Les journées d’étude de Bari s’insèrent dans le projet de recherche d’intérêt national (PRIN), Corpus du théâtre français de la Renaissance, financé par le Ministère de l’Université et de la Recherche et coordonné au niveau national par Rosanna Gorris Camos (Università di Verona). Les travaux scientifiques se sont déroulés sous l’égide du Gruppo di Studio sul Cinquecento francese et des Montaigne Studies.

Le colloque prévoit un deuxième volet qui aura lieu le 24 avril 2015 au Centre de l’Université de Chicago à Paris et qui sera organisé, comme le premier, par Concetta Cavallini (Università di Bari Aldo Moro) et Philippe Desan (University of Chicago). En poursuivant la réflexion des journées de Bari, cette deuxième rencontre se propose d’interroger le même domaine mais d’un autre point de vue, comme le suggère le titre : La scène mise en texte. Littérature et théâtralisation à la Renaissance. Ce second volet constituera une occasion ultérieure d’échanger autour de divers autres aspects performatifs propres au théâtre, en essayant de répondre à la question : « Le théâtre de la Renaissance précède-t-il ou suit sa mise en livre ? ». Un nouveau défi est lancé.

 

 

Giovanna Devincenzo


[1] Jacqueline Boucher, La Cour de Henri III, Rennes, Ouest-France, 1968, p. 123.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *