Colloque « Diderot et l’Italie », Rome 23-25 janvier 2014

Par Linda Gil, Université Paris-Sorbonne et Università degli Studi di Roma Tre.

DiderotPlusieurs manifestations scientifiques ont eu lieu à Rome pour commémorer le tricentenaire de la naissance de Diderot. La Société Internationale d’Etude du XVIIIe siècle et la Società Italiana di Studi sul secolo XVIII ont souhaité à cette occasion renouer la tradition des échanges franco-italiens. Un colloque international portant sur les relations entre Diderot et l’Italie a été organisé par les universités de Roma I, la Sapienza et Rome II, Tor Vergata, en collaboration avec le CELLF et l’Université Paris-Sorbonne, réunissant à Rome du 23 au 25 janvier derniers, une vingtaine de spécialistes du philosophe français.
Le colloque s’est ouvert dans le cadre prestigieux de l’Accademia Nazionale dei Lincei, fondée en 1603, dans le Trastevere. Luigi Frati et Giuseppe Novelli, recteurs des deux universités romaines, ainsi que Roberto Nicolai, président de la Faculté de Lettres et Philosophie de La Sapienza, ont chaleureusement salué l’initiative et la mémoire de l’Encyclopédiste, avant de laisser la parole aux deux principaux organisateurs, les présidents des deux sociétés, Beatrice Alfonzetti et Jacques Berchtold, qui ont souligné l’importance des liens historiques unissant les deux sociétés. Ce colloque se veut le premier d’une nouvelle série d’échanges. Si cette première rencontre a rapproché les universités romaines et parisienne, des échanges entre universités de province sont envisagés pour l’avenir.
La première session était présidée par Rino Caputo, de l’Université Tor Vergata, également membre du comité d’organisation du colloque. Les premières interventions, portant sur les rapports de Diderot à la philosophie antique, au voyage en Italie, à la critique musicale et picturale, à l’encyclopédisme et à la réception de son œuvre en Italie, ont proposé un premier éventail de la très riche présence de l’Italie dans l’horizon esthétique de Diderot.
Paolo Casini, membre de l’Accademia dei Lincei, a ouvert les travaux par un hommage à Herbert Dickman, et par le souvenir d’un précédent colloque sur Galiani et la France. Son intervention a porté sur les relations entre Diderot et Sénèque et, plus généralement, sur la réflexion de Diderot sur l’histoire de la philosophie. Dans la recherche éthique du dernier Diderot, le philosophe latin devient un interlocuteur, un alter ego privilégié. Cherchant à gagner Sénèque à la cause philosophique, Diderot tentait surtout de poser les fondements scientifiques d’une éthique nouvelle, au service d’une justice humaine. S’il n’était pas dupe du mirage de la Rome antique ou papale, comme l’a souligné P. Casini, il était nourri de culture italienne, et comme pour tous les lettrés de son temps, le voyage en Italie a constitué une tentation. M. Delon a choisi de montrer, à travers l’histoire de son voyage manqué en Italie, comment ce désir a pu prendre forme. L’épisode a inspiré un romancier contemporain, François Vallejo, qui, dans Le Voyage des grands hommes, a reconstitué le projet de Rousseau, de Diderot et de Grimm. M. Delon a réfléchi sur les choix romanesques : le point de vue d’un valet, le registre d’une langue orale populaire et la mise en perspective du destin des trois personnages invitaient en effet à une réflexion sur les représentations de l’Italie au XVIIIe siècle. La place de la culture italienne dans la réflexion de Diderot sur la peinture et la musique est absolument centrale. Béatrice Didier a rouvert le dossier de la Querelle des Bouffons pour étudier la construction du discours sur l’Italie chez Diderot. Dans ses écrits esthétiques, le philosophe a élaboré une poétique nouvelle, celle de l’ekphrasis, à partir de ses réflexions sur la musique, l’opéra et le théâtre. B. Didier a ainsi montré comment l’Italie a pu représenter une médiatrice privilégiée pour résoudre certains problèmes esthétiques, favorisant le dialogue des arts. Walter Tega, de l’Université de Bologne, s’est intéressé aux rapports entre Diderot et l’encyclopédisme italien, étudiant les premières traductions réalisées à Venise, à Naples, à Gênes ou à Livourne, prélude à la première encyclopédie « nouvelle et italienne » née en 1777, grâce à l’initiative d’un ancien jésuite, Zorzi, donnant naissance aux Lumières catholiques. Giulio Ferroni, de la Sapienza, a étudié un aspect de la réception de Diderot en Italie, à travers son influence sur l’œuvre du grand poète et dramaturge milanais, Alessandro Manzoni et, plus particulièrement La Monaca di Monza, inspirée de La Religieuse.
La seconde session se tenait à l’Université La Sapienza, présidée par Silvia Tatti. Letizia Norci Cagiano, de l’Université Roma Tre, a étudié la présence esthétique de l’antiquité romaine dans l’œuvre et la pensée de Diderot, grâce à un riche parcours iconographique sur la statuaire. Flora Champy a évoqué l’imaginaire de la Rome antique élaboré dans les Salons de Diderot, composé de « Ruines lointaines et d’auteurs familiers », intertexte à la fonction esthétique tout autant qu’éthique et politique. Anna Scannapieco, de l’Université de Padoue, s’est intéressée aux vicissitudes du Père de famille sur la scène italienne, tour à tour français, italien ou métis. Pérette-Cécile Buffaria, de l’Université de Lorraine, a analysé l’histoire éditoriale des « nipoti » de Rameau, les éditions de traductions italiennes du Neveu de Rameau, non moins complexe que celle de l’original, qui pose la question de la réception du roman diderotien en Italie. Edoardo Tortarolo, de l’Université du Piemont oriental, a choisi d’interroger l’historiographie des Lumières en Italie, à travers les travaux de Franco Venturi, historien italien et biographe de Diderot, qui tenta une synthèse entre Lumières et Existentialisme.
L’après-midi s’est déroulée dans la belle Villa Mondragone, ancienne résidence papale de la renaissance, propriété de l’Université Tor Vergata depuis 1981. La troisième session était présidée par Marina Formica. Andrea Fabiano, de l’Université Paris-Sorbonne, s’est intéressé à la question de la dramaturgie de l’opéra dans l’œuvre de Diderot, qui tente de dépasser le clivage entre musique française et musique italienne. Michele Bertolini, de l’Accademia di Belle Arti de Bergame est revenue sur les Salons, pour analyser l’influence de la tradition de la peinture italienne renaissante et baroque, référence idéale et paradigme pour le commentaire esthétique de Diderot. Plus que les motifs récurrents ou emblématiques, ce qui intéresse Diderot c’est la valeur théâtrale des gestes, des postures, des mises en scène. Ce réservoir pictural de référents esthétiques devient alors un répertoire de sujets pour ses compositions romanesques ou dramatiques. Piermario Vescovo, de l’Université Ca’ Foscari de Venise, a proposé une analyse des rapports entre l’œuvre théâtrale de Diderot et de Goldoni, à la lumière de leur querelle sur la composition théâtrale et des théories de Domenico Barone, le dramaturge napolitain. Nathanaël Eskenazy, de l’Université de Tours, a suggéré de nouvelles hypothèses de lecture du Petit Prophète de Boehmischbroda, pamphlet rédigé à l’occasion de la Querelle des Bouffons, afin de réfléchir au rapport de Diderot à l’opera seria et à l’élaboration de sa réflexion sur l’émotion et la passion. Claudia Stancati, de l’Université de Calabre, a étudié les rapports entre langue et écriture chez Diderot et Beccaria, à partir d’une reconstitution des nombreux échanges entre les deux philosophes.
La dernière session a réuni les participants à La Sapienza, sous la présidence de Christian Del Vento. J. Berchtold a déployé l’horizon italien de Jacques le fataliste, en étudiant notamment la part du mythe dans le roman de Diderot. Giuseppina D’Antuono, de l’Université Suor Orsola Benincasa de Naples, a étudié la réception de la pensée du philosophe à Naples, montrant comment elle a donné naissance à un projet de réforme politique et sociale au XIXe siècle, fondé sur le théâtre, la vertu citoyenne et un patriotisme républicain éclairé. Michele Simonetto, de l’Ecole des Hautes Etudes, a proposé une étude similaire pour la réception de Diderot à Venise, permettant de comprendre la genèse de la pensée scientifique et réformatrice qui a éclairé la Sérénissime. Renato Ricco, de l’Université de Salerne, est revenu sur la question des opinions de Diderot sur la musique italienne, fondatrices de sa réflexion sur la poésie et la dramaturgie. Enfin, Paolo Quintili, de Tor Vergata, a esquissé un panorama général de la présence de Diderot dans la culture philosophique et littéraire italienne des XIXe et XXe siècles, clôturant ainsi ce colloque passionnant, auquel ont assisté de nombreux étudiants, signe de l’intérêt toujours vif que suscitent l’œuvre et la pensée de Diderot en Italie.
Ndlr: Ce compte rendu a été publié une première fois dans le bulletin n° 93 de la Société Française d’Étude du Dix-huitième Siècle.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *