FFF 2014: Rome le 10 février rencontre avec Emmanuelle Pireyre, Féérie générale

Par Luca Sigismondi (3° anno Triennale, Mediazione linguistica e interculturale, Università la Sapienza)

La rencontre avec l’écrivain Emmanuelle Pireyre à la librairie Feltrinelli a donné l’occasion à beaucoup de lecteurs d’éclaircir certains points concernant le roman Féerie Générale. En particulier, ce qui a attiré mon attention a été la description détaillée que l’auteur a fait du  processus créatif. Elle nous a démontré que sous la surface apparemment chaotique de son roman, il y a un schéma narratif clair et presque scientifique. Dans Féerie Générale Emmanuelle Pireyre se pose des questions inquiétantes qui ne peuvent pas être ignorées, des questions concernant une  société moderne qui nous a trompés grâce aux faux mythes de la finance et de la rationalité. Ces questions se cachent sous différents profils mais l’on peut les retrouver facilement à travers toute  l’œuvre parce qu’elles en constituent la structure fondamentale.

Les sept épisodes qui composent Féerie Générale semblent n’avoir pas aucun lien les uns avec les autres, comme s’ils étaient des longs-métrages indépendants avec un plan et des personnages absolument originaux. Emmanuelle Pireyre, au contraire, nous a expliqué que tous les épisodes – même les plus abstraits – trouvent leur origine dans des faits concrets. La féerie du roman est justement “générale” du fait de la variété de ses sujets mais l’ordre avec lequel ces sujets ont été choisis et traités n’est pas du tout dû au hasard.

L’intention d’Emmanuelle Pireyre était celle de véhiculer une vision du monde ‘féerique’ pour essayer d’échapper à ce réseau rationnel qui semble avoir emprisonné nos vies. Pour faire cela, elle raconte des histoires dont l’élément rationnel est bien présent mais caché et dont les personnages  résistent ou succombent sous le poids de cet élément.

Contrairement aux apparences, il y a donc un fil souterrain qui parcourt le roman, un sujet d’étude – celui de la relation intime entre les individus et la société de masse – qui rend homogène une œuvre apparemment dispersive.

En considérant l’épisode des Palmiers Sauvages, on rencontre exactement ce schéma : les deux personnages symbolisent deux approches différentes du “problème” de la société et leurs inquiétudes représentent une question plus générale : l’amour existe-t-il encore dans notre société contemporaine? En fin, le thème de la sauvagerie opposée à la rationalité est rendu encore plus clair par la citation de l’ œuvre de William Faulkner The Wild Palms.

L’exemple des mangas et de Umberto Eco est aussi extrêmement significatif : deux éléments apparemment étranges sont en fait liés autant sur le plan narratif que sur le plan historique. Pour écrire cet épisode – celui des fillettes et de la finance – l’auteur est partie de l’histoire d’un serial killer japonais qui avait tué plusieurs fillettes sous l’influence de certains mangas violents et, en suite, elle a mis ce fait macabre en rapport avec celui d’une conférence où Umberto Eco avait été  volé de ses B.D.

À l’intérieur de Féerie générale chaque élément occupe donc une place précise et rien n’est laissé au hasard.

Les associations bizarres et le style de l’auteur pourrait suggérer une lecture surréaliste de l’œuvre, son écriture étant un mélange recherché de prose et de poésie, mais en vérité tous les éléments ont été choisis soigneusement. Même les éléments qui ne paraissent pas du tout reliés ont toujours quelque chose en commun. Qu’est-ce qui peut donc lier Nietzsche à la communauté musulmane? Emmanuelle Pireyre nous répond :  les règles religieuses qui rendent difficile – mais pas impossible! – l’intégration des jeunes filles musulmanes dans la société française.

Une preuve supplémentaire de cette profonde connexion entre tous les sujets nous est donnée par la  structure circulaire du roman : la finance, étant l’élément “anti-féerique” par excellence, est le sujet qui ouvre et qui ferme Féerie Générale. Le but déclaré de l’auteur est celui de “se débarrasser” de la finance et de tout ce qu’elle représente aujourd’hui et pour véhiculer cette idée elle a écrit un roman où les personnages sont souvent égarés dans un désert existentiel qui a rendu aride l’être humain en le réduisant au simple rôle de citoyen et qui lui a soustrait toute capacité créative.

Mais au milieu de ce désert il y a quand même des oasis de résistance, comme nous le démontre la jeune fille qui préfère peindre la nature plutôt que parler d’économie ou comme la protagoniste de l’épisode des Palmiers Sauvages qui décide de vivre son amour même si ce sentiment est destiné à se terminer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *