Bertrand Badie. Le temps des humiliés

Par Lucie Lagardère, Lectrice d’échange à l’Université de Rome « La Sapienza »/Institut français d’Italie, Doctorante à l’Université Diderot-Paris 7

Mercredi 7 mai 2014

Institut français Centre Saint Louis

MERCOLEDÌ 07 MAGGIO 2014 > 19:00 >

CONFERENZA: IL TEMPO DEGLI UMILIATI

invito-bertrand-badie

Organizzato dal Servizio della cooperazione universitaria

Institut français Italia / Ambassade de France en Italie

Bertrand Badie, specialista delle relazioni internazionali, professore a Sciences Po, ha presentato il suo libro ultimamente tradotto in italiano.

Un pubblico attento nell’auditorium del Centro San Luigi dei Francesi per l’intervento di uno dei politologhi più conosciuti in Francia. Durante un’ora precisa, Betrand Badie ha diagnosticato la malattia della diplomazia internazionale di oggi. Considerando che l’umiliazione è diventata, dalla Rivoluzione francese e, ancora di più, dalla caduta dell’URSS, il modo principale nel comportarsi tra Paesi, ha cercato anche di lasciarci una ricetta, qualche medicina, per far sì che le relazioni internazionali siano basate su rispetto, uguaglianza e partenariato.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’IFI

Mettre sous tutelle un État, le tenir à l’écart des lieux de décision, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques qui se banalisent. Ainsi se développe une « diplomatie de club », celle du Conseil de sécurité et du G7, tandis que les États émergents Inde, Brésil, Turquie ou les anciennes puissances Russie se voient dénier toute réelle capacité d’initiative ou contraints d’adopter des stratégies déviationnistes, souvent peu productives.

De quoi ces diplomaties de l’humiliation sont-elles révélatrices ? Les réactions des humiliés de la conférence de Bandung en 1955 aux printemps arabes n’invitent-elles pas à une autre gouvernance ?
Convoquant l’histoire et la sociologie politique, Bertrand Badie remonte aux sources de l’humiliation : la montée des revanchismes dans l’entre-deux-guerres, une décolonisation mal maîtrisée. Il montre que sa banalisation consacre l’émergence dramatique des opinions publiques et des sociétés sur la scène internationale, mais qu’elle trahit aussi l’inadaptation des vieilles puissances et de leurs diplomaties à un monde de plus en plus globalisé. Dès lors, il devient urgent de reconstruire un ordre international dans lequel les humiliés et leurs sociétés trouveront toute leur place.

Compte rendu critique de la conférence

L’humiliation comme « fait social total » (Durkheim)

B. Badie ouvre sa conférence sur le concept durkheimien qui permet de présenter une notion systémique expliquant de façon globale les tensions et les conflits qu’on constate actuellement dans les relations internationales.  L’humiliation est pour lui une propriété du système international globalisé, la règle du jeu.

Cet état de fait doit-il rester une fatalité ? Est-il possible de penser le jeu social et international en-dehors de dynamiques de pouvoir dont on sait qu’elles sont productrices de conflits ?

Le Welfare State : une protection contre l’humiliation ?

Au tournant du XIXe et du XXe siècles, la transformation progressive des classes présentées comme dangereuses en classes laborieuses a permis de neutraliser le danger en intégrant pleinement ces classes dans la société civile.

Ainsi, il serait possible, grâce à l’État providence qui redistribue la richesse et le capital de contourner le problème des disparités en introduisant tout au contraire la pleine acceptation de l’altérité et de l’intégration.

Mais qu’est-ce que l’humiliation ?

B. Badie définit très simplement le concept comme le processus par lequel un statut inférieur au statut désiré par un individu, un groupe, un État est autoritairement conféré par un autre individu, groupe ou État qui se place par conséquent en position de supériorité. C’est l’instauration, au niveau des relations internationales, d’un statut d’inégalité souveraine des États, tout l’inverse donc de ce que proclame la Charte des Nations-Unies.

Contextualisation : la rupture de la Révolution française

Si, dans le passé, les vainqueurs étaient volontiers tournés en ridicule lors des célébrations qui visaient à leur rappeler la possibilité d’un revirement de fortune (les triomphes à Rome), ou bien le vaincu était traité à l’égal du vainqueur, ce jeu de puissance entre égaux s’effondre avec le XIXe siècle. Dans son parcours diachronique des défaites, B. Badie remarque que l’introduction de l’humiliation dans les rapports est l’invention de la république, et que ni l’empire, ni la monarchie – qui traitent entre grandes puissances d’égal à égal, entre princes, rois ou empereurs – ne plaçaient l’humiliation au centre de leurs pratiques diplomatiques. La conscription de masse, la notion de Peuple, la constitution progressive de la plupart des nations européennes auront ainsi pour conséquence, voire pour principe et pour objectif, l’idée d’imposer massivement sa propre identité à l’autre, de le transformer, de le changer. L’humiliation de l’autre devient, avec la Révolution, un principe guerrier.

On passe alors d’une « différence de puissance » à une « différence de statut » D’une bataille des armes à une bataille des signes et des symboles.

Velázquez, La Reddition de Breda (Las Lanzas), 1634-35

Velázquez_-_de_Breda_o_Las_Lanzas_(Museo_del_Prado,_1634-35)

Le protectionnisme des grandes puissances

Dans la poursuite de son historique, B. Badie passe par la Paix de Versailles entre la France et l’Allemagne en 1871 puis saute jusqu’à la décolonisation. Il en souligne l’échec complet que tout le monde connaît mais que personne n’exprime tout haut (par honte ? sentiment de culpabilité ? ou bien pour de plus cyniques motifs, afin de conserver ces zones sous la coupe de telle ou telle grande puissance ?). Badie appelle de ses vœux une analyse précise et systématique de cet échec.

Insistant encore une fois sur la rupture entre un avant qui répondait à un concept de mesure (il s’agissait de se mesurer à l’autre) sur fond d’égalité et un après – soit aujourd’hui – défini par le concept d’humiliation fondé sur une logique de contrastes, Badie paraît s’étonner de ce protectionnisme des grandes puissances qui n’invite pas les autres états – considérés comme inférieurs – à se joindre aux débats et aux décisions. Qu’il nous soit permis de nous étonner de son étonnement : ce jeu de la grande diplomatie, à défaut d’être juste ou souhaitable, n’est pas nouveau. Les grands Etats n’ont jamais été partageurs de leurs décisions et ce tabou qui pèse sur le fonctionnement des politiques internationales (le raté de la décolonisation en est un exemple) est à tout le moins compréhensible (ce qui, bien sûr, ne l’excuse pas). C’est au nom d’un système anciennement homogène et anciennement puissant qu’a lieu le non-dit, refusant par ailleurs le changement effectif du jeu international : qu’il ne soit pas dit que les puissances ne sont plus aussi puissantes qu’avant !

Un dérèglement de la puissance et une « socialisation » des conflits

De manière générale cette asymétrie des rapports (de fort à faible ou de faible à faible, alors qu’avant le rapport était de fort à fort), dérègle le concept même de puissance qui se trouve alors le plus souvent inopérante. Les super-puissances ne mènent plus de guerres directes (ou les perdent : voir les Etats-Unis ces dix dernières années). On ne combat plus, on exclut. Cet assagissement des puissances, au lieu d’apparaître aux yeux de Badie comme le signe d’une plus grande régulation des rapports, lui semble en réalité un manque total de règlement : chacun fait comme il l’entend, construisant des groupes à échelle variable (G8, G20, groupes de contact…), sans règle ni écrite ni respectée.

Si le diagnostic est convaincant, on peut simplement soulever l’idée que ce changement dans la manière des grandes puissances de mener la guerre épargne une partie des populations – certes, celles qui sont toujours du « bon » côté, celle des puissances, dont la plupart font appel désormais, Etats-Unis excepté, à une armée de métier et non plus à une armée de conscription -.

Ce qui est certain cependant est ce que rappelle le PNUD ( Programme des Nations unies pour le développement – ONU) :

La question sécuritaire ne se construit plus aujourd’hui en termes militaires et sécuritaires mais sur des oppositions et des conflits sociaux.

Les quatre types d’humiliation

En conclusion de sa conférence, B. Badie donne une typologie de l’humiliation. Celle-ci peut fonctionner par:

rabaissement

C’est l’URSS découpée sans contrôle en 1991 et dont les conséquences sont sous nos yeux aujourd’hui avec la crise ukrainienne ou avec les conflits en Géorgie.

Nous nous demandons alors qui aurait dû contrôler si la diplomatie de club, de groupes est biaisée par la logique d’humiliation : certainement aurait-il fallu faire appel à la volonté d’auto-définition des peuples et des nations.

déni d’égalité

C’est précisément la diplomatie inégalitaire décrite plus haut ; le problème aujourd’hui est que les puissances sont en crise et qu’elles ne sont donc même plus capable d’arbitrer correctement le monde, de donner bons et mauvais points (l’exemple donné est celui de la prolifération des armes nucléaires et du TNP).

relégation

Tibet, Tchétchénie, Syrie… : pour pratiquer l’humiliation par relégation, il suffit de détourner le regard d’un peuple qui est en train de souffrir.

stigmatisation

Enfin, ici l’autre est dénoncé comme déviant, coupable ou irresponsable (Corée du Nord) et donc résolument banni du jeu diplomatique international.

Personne n’est innocent, conclut Bertrand Badie.

C’est le système qui est biaisé et qui foisonne soit d’humiliateurs qui s’ignorent, soit d’humilié qui est l’humiliateur d’un autre, et ce jusqu’au blocage complet de tous les jeux institutionnels, jusqu’à l’anomie. L’Union européenne actuelle, héritière de l’idée louable de Léon Bourgeois (Pour une société des Nations, 1910), qui avait réussi aux lendemains de la Seconde guerre mondiale à n’humilier personne et à intégrer dignement les vaincus (car l’Allemagne n’est pas le nazisme) est aujourd’hui, elle aussi, déréglée : son modèle organique s’est transformé en modèle associatif, là encore à géométrie variable (tous les pays membres de l’UE n’ont pas les mêmes cartes d’entrée dans les mêmes associations; pensons à la Grèce ou au Portugal), ce qui exacerbe en réalité les particularismes nationaux au lieu de servir la solidarité du groupe. A trois semaines des élections européennes, Bertrand Badie se fait prophète et finit sa conférence sur ces mots :

En somme, actuellement, l’UE est une grande machine à fabriquer du nationalisme. Vous verrez.

Contrepoints critiques & pistes de réflexion

Le Welfare State : à qui profite la providence ?

Si l’on confronte le point de vue de B. Badie aux arguments de P. Dardot et Ch. Laval, force est de constater que la redistribution équitable du capital par l’État de providence demeure problématique. Dardot et Laval imputaient précisément le dérèglement économique – provoquant une perturbation du politique et entraînant une inégalité sociale – à cet État qui, sous couvert de redistribution, permettait en réalité de pratiquer une politique d’humiliation fondée sur la concurrence du marché : aussi opprimées ou exploitées soient-elles, les classes laborieuses, une fois intégrées comme telles dans la société, doivent être contenues à leur rang (inférieur)

Une lecture diachronique orientée

Affirmer qu’avant 1789, l’humiliation du vaincu par le vainqueur n’existait pas, regretter que les conflits ne se règlent plus noblement par les armes, entre égaux, faire de la Révolution l’inventeur de l’humiliation en considérant que son principe guerrier directeur était la transformation de l’identité de l’autre, considérer que la bataille des signes et des symboles (la galerie des glaces à Versailles, le wagon de Rethondes…) n’existe que depuis 1806, tout ceci présente une lecture le plus souvent juste, mais au moins orientée – et donc incomplète voire légèrement biaisée -, au plus teintée d’Ancien Régime (mais les positions affichées par B. Badie nous permettent d’écarter immédiatement cette idée).

La culture intellectuelle de Badie est française, allemande et anglo-américaine. Ainsi il lit volontiers l’histoire de l’Europe au XIXe selon un axe exclusivement franco-allemand, même dans des moments historiques où les conflits européens étaient largement orientés vers le sud (Egypte, Grèce, Italie) ou l’est (Russie) et où la bilatéralité cédait le pas à une Europe globalisée. Jusqu’en 1870, la France a été un Empire pendant presque 35 ans, et le reste du temps, une monarchie alliée aux puissances voisines (excepté les quatre années de la Seconde République). En 1806, l’Allemagne n’existait pas encore et se construisait nationalement sous l’influence même des idées révolutionnaires (la liberté des peuples à décider d’eux-mêmes) et selon des mouvements internes – voir Herder, Fichte et le romantisme politique allemand à partir de 1795 -, bien sûr les guerres napoléoniennes et les annexions progressives de territoire à l’empire français ont exacerbé ces tensions contre la France napoléonienne. Mais l’ennemi de Napoléon n’est pas plus allemand qu’il n’est autrichien ou anglais et les batailles qui se perdent ou se gagnent entre 1795 et 1815 sont entre un Empire et des Coalitions de grandes puissances européennes (dont certaines impériales aussi : l’Autriche). S’il y a disparité et humiliation sur l’échiquier international au XIXe, entre Marengo, Iéna ou Waterloo, on ne saurait vraiment qui des uns ou des autres est l’humiliateur et l’humilié.

Un point d’entrée trop précis ?

Il serait peut-être bon de mâtiner les brillantes analyses de B. Badie d’une lecture plus macroscopique qui prenne en compte les aspects également politiques (les changements de régime), sociaux (le passage à une société industrielle de plus en plus mécanisée) et idéologique (un souci actuel de maintien de la paix au détriment des guerres d’intervention directe, une diplomatie de l’arbitrage plutôt que de confrontation). En effet, si la Révolution française, mère en quelque sorte de l’Empire napoléonien, a eu, notamment à partir de 1793 quelques effets désastreux pour les populations françaises et étrangères, il ne faudrait peut-être pas non plus négliger l’enthousiasme des peuples étrangers pour les idées de la Révolution qui leur ont permis de former des mouvements politiques et sociaux et de gagner une indépendance nationale. Regretter la montée du nationalisme allemand en 1806 ou italien en 1797, n’est-ce pas aller à contre-courant des aspirations de l’époque et offrir une lecture rétrospective et, de ce fait, anachronique (le nationalisme allemand de 1800 est suspect au regard du nazisme du XXe siècle, celui italien au regard du fascisme) ? D’autre part, louer d’un côté la CAC (qui donnera l’UE) ou la SDN et stigmatiser de l’autre une diplomatie de clubs fermés, n’est-ce pas légèrement contradictoire ?

Le mot de la fin

Somme toute, cette conférence a été excellemment menée par un Bertrand Badie rompu à l’exercice et parfait orateur. Alternant humour et sérieux, érudition et traits d’esprit, il a tenu l’assemblée durant une heure. Les questions précises et fournies qui ont suivi (Ukraine, Centrafrique, accords sur le climat, espionnage entre alliés d’un même camp…) ont montré si besoin est la qualité de l’intervention de Badie et celle de l’écoute attentive du public. Si nous avons pu trouver matière à débats c’est précisément parce que B. Badie n’est jamais donneur de leçons mais toujours maître à penser, au sens noble de l’expression : son analyse nourrit et nourrira encore longtemps, soyons-en sûrs, notre propre réflexion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *