Perspectives critiques : compte-rendu des conférences de Marielle Macé et Pierre Senges

« Perspectives critiques : Alternatives européennes »

Compte-rendu : Pierre Senges et Marielle Macé

Compte-rendu des conférences « Et toi, comment vis-tu ? Penser les formes de vie aujourd’hui » de Marielle Macé (Rome, 6 avril 2017) et « Europe en masque » de Pierre Senges (Rome, 16 mai 2017), par Laura Ragone (étudiante à La Sapienza).

Des textes d’accompagnement sont à lire en ligne dans la revue Le parole e le cose : « Vite Uguali« , de Marielle Macé et « L’Europa in maschera. Una nota su Miklós Szentkuthy » de Pierre Senges.

Dans un monde qui assiste à l’omniprésente réaffirmation du nationalisme le plus irrationnel, de nombreux politiciens voudraient nous convaincre qu’il n’y a plus de place pour une institution comme l’Europe; les valeurs qu’elle poursuit ont cessé d’être actuelles, dit-on, en brandissant en qualité de preuve irréfutable la mainmise présumée des états les plus solides politiquement. Mais, évidemment, les jeunes générations, élevées dans une réalité plus cosmopolite que celle de leurs  parents, n’ont pas l’intention de renoncer avec tant de facilité à un modèle de civilisation qui est censé être ouvert aux échanges – qu’ils soient culturels ou économiques – et prêt à l’accueil, bien qu’il soit sans doute améliorable.

Et c’est justement dans l’actualisation de ce modèle que les mots de la chercheuse Marielle Macé et du jazzman-devenu-écrivain Pierre Senges peuvent nous donner des inspirations précieuses. Leurs approches sont apparemment inverses: si Pierre Senges recherche une proto-identité européenne dans les pages suggestives de Miklós Szentkuthy, homme de lettres hongrois qui n’a pas connu le début du XXIe siècle, Marielle Macé se tourne vers un avenir représenté par les “nouveaux européens”, ces gens qui laissent leur pays en quête de paix et d’opportunités. À bien y regarder, pourtant, l’exhortation qu’ils nous adressent est la même : prendre acte de l’autre et de sa diversité, de manière à pouvoir en saluer les aspects communs. L’essayiste, à contre-courant, souligne non pas tant le très connu concept de l’unicité de chaque vie, mais exalte plutôt ce qui rend toutes les existences pareilles, c’est-à-dire leur répartition en « formes de vie » ; et Pierre Senges, en se concentrant sur des mondes lointains sur les traces de Szentkuthy, nous pousse à y chercher des racines communes, des fondations pour ce cosmopolitisme qui faisait de l’auteur hongrois un précurseur et dont la présence est incontournable dans toute société moderne. En bref, se rapporter à l’autre pour se retrouver soi-même, ou même pour se réinventer, en accord avec l’esprit changeant d’une époque dans laquelle la vitesse des communications augmente avec chaque jour qui passe ; en tout cas, ne pas fermer la porte  aux influences de l’extérieur, sans céder aux sirènes de l’autoréférence.

Pourquoi se mentir ? La phase historique que nous vivons, quoique pleine de possibilités, n’est pas exempte de déséquilibres. Mais je reste, comme plusieurs autres, fermement convaincue que se renfermer dans notre propre jardin métaphorique n’aidera personne. Que cela nous plaise ou non, l’Europe se base sur bien plus que des intérêts monétaires : une toile de fond culturelle qui nous lie même dans notre diversité, dont nous devrions profiter et qui ne peut que s’enrichir davantage avec de nouvelles couleurs – si vous me permettez une telle image – si on se montre prêt à embrasser ce que les « nouveaux européens » apportent, ses « formes de vie »  (dirait Marielle Macé) constituant des miroirs dans lesquels nous nous reflétons.

La tolérance ; non, bien plus que cela, la compréhension profonde, l’union et le respect pour ce qui ne nous unit pas, seront nos armes contre le chauvinisme, qui ne peut conduire à rien de productif en général mais qui se révèle particulièrement inefficace en cette période de méfiance et de peur.

En conclusion, on a beau parler du Brexit et d’autres phénomènes vaguement comparables : indépendamment des institutions comme l’Union Européenne, l’Europe est une réalité historique dont l’utilité et le but ne se sont pas encore épuisés, et qui peut jouer un rôle important dans l’intégration respectueuse des cultures, et nous guider dans l’imagination d’un monde avec de moins en moins de frontières.

C’est une réalité qui a beaucoup changé après la chute du mur de Berlin ; et nous voulons espérer qu’on continue à avancer côte à côte, malgré la haine et le fondamentalisme, qui ne menacent pas seulement la « forme de vie » qu’on appelle occidentale, mais aussi celles de ceux qui se voient interdire la possibilité de vivre en paix leur propre culture parce qu’on l’associe parfois avec des déformations violentes et meurtrières qui, comme tout terrorisme, ne peuvent répondre qu’au nom de fanatisme.

Laura Ragone


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *