Compte rendu du Colloque « Le XIXe siècle et le latin » Academia Belgica, Rome 17-19 septembre 2014

 Par Christophe Bertiau (Université Libre de Bruxelles)

Du 17 au 19 septembre s’est tenu à l’Academia Belgica de Rome, située aux abords des splendides jardins de la villa Borghese et qui fête cette année son 75e anniversaire, un colloque consacré aux rapports que le XIXe siècle a entretenus avec la langue et la littérature latines. L’événement réunissait des chercheurs issus de diverses parties de l’Europe : Italie, France, Belgique, Slovaquie, Pays-Bas, Autriche, Croatie. Les intervenants s’exprimaient en italien, français ou anglais. Il s’agissait de porter sur le siècle du romantisme un regard peu commun, qui cherchait à déceler des éléments de continuité au sein d’une période souvent observée sous l’angle de la modernité. Trois axes étaient privilégiés : la place du latin dans la société, les interactions entre littérature « moderne » en vernaculaire et littérature de langue latine, et la littérature néo-latine du XIXe siècle.

L’état actuel de la recherche sur la littérature néo-latine du XIXe siècle témoigne de cette prédilection pour le « nouveau » au détriment de l’« ancien », pour la « rupture » au détriment de la « continuité ». Comme l’a signalé Dirk Sacré (Katholieke Universiteit Leuven) au cours de son exposé, qui s’interrogeait sur l’existence d’un « canon » littéraire néo-latin au XIXe siècle, ce champ d’études demande encore à être balisé avant de pouvoir faire l’objet d’une investigation approfondie. Beaucoup d’interventions avaient ainsi l’accent d’une découverte. Xavier van Binnebeke (Leuven) a présenté un fonds d’archives « dormant » relatif au Certamen Poeticum Hoeufftianum, le grand concours de poésie latine des XIXe et XXe siècles. Des communications ont porté sur des écrivains néo-latins à peu près oubliés de nos jours : Antonio Mazetti, auteur d’une épopée en vers consacrée à l’empereur Ferdinand Ier (Florian Schaffenrath, Ludwig Boltzmann Institut für Neulateinische Studien), le poète de Bratislava Antonius Faber (Svorad Zavarský, Slovak Academy of Sciences), le poète et philologue, ou poète-philologue, Jean Dominique Fuss (Christophe Bertiau, Université libre de Bruxelles), Giovanni Andrea Vinacci, auteur d’une nouvelle « romantique » en vers latins (Antonino Zumbo, Università degli Studi di Messina) ou encore les traducteurs Antonio Sivrich et Blasius Ghetaldi, originaires de Dubrovnik (Neven Jovanovic, University of Zagreb). D’autres communications se sont intéressées à l’utilisation du latin dans des genres qui ne sont pas à proprement parler littéraires : Giacomo Dalla Pietà (Università Ca’ Foscari) s’est confronté à l’évolution stylistique du latin dans la curie romaine au XIXe siècle ; Patrizia Paradisi (Accademia Nazionale di Scienze, Lettere e Arti di Modena), aux contributions latines de Gandino, Albini et Pascoli dans les cérémonies officielles du Royaume d’Italie (Regno d’Italia), en faisant voyager l’auditoire de l’université de Bologne au Campidoglio à Rome. Šime Demo (University of Zagreb) a dressé un tableau de la situation du latin en Croatie au XIXe siècle qui englobe la dimension littéraire. En tant qu’il contribue à déterminer les connaissances que la société est en droit d’attendre d’un citoyen moyen, l’enseignement fut naturellement au centre de l’attention de plusieurs chercheurs : Romain Jalabert (Université Paris-Sorbonne) a enquêté sur la présence du romantisme dans les compositions de vers latins de collège, en France ; Bas van Bommel (Universiteit Utrecht) et Jan Spoelder (Haarlem) se sont complétés en évoquant chacun la question de l’enseignement en latin dans les universités hollandaises. Trois communications, enfin, ont pris pour objet la réception française de la littérature latine. Fiorella Di Stefano (Università per Stranieri di Siena) a fait redécouvrir un feuilleton oublié d’Alexandre Dumas père intitulé Les Mémoires d’Horace. Massimiliano Aravecchia (Université de Western Ontario) a traité la question de l’élégie et la réception de Tibulle en France au début du XIXe siècle. Delphine Viellard (Université de Strasbourg), quant à elle, a présenté différentes collections françaises qui ont publié au XIXe siècle des traductions d’auteurs latins, et les principes qui ont guidé les traducteurs dans leur travail. Une introduction avait été proposée en italien par Wouter Bracke, directeur de l’Academia Belgica, puis dans les trois langues du colloque par les organisateurs, Dirk Sacré et Christophe Bertiau.

Le latin, « signe européen » (Joseph de Maistre), a longtemps affiché la particularité de pouvoir unir les nations du Vieux Continent. Il était frappant de constater combien l’usage de trois langues différentes lors du colloque n’a que très peu nui à l’intercompréhension. Le lieu, représentant la Belgique (pays plurilingue) en Italie, était également propice à une rencontre internationale, à laquelle ont collaboré l’Institut français Italia et l’Université Franco-Italienne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *