Journée d’études « Les diplomaties européennes face aux recompositions politiques dans le monde arabe », Rome 30 octobre 2014

tappeto-volante

Par Benoît Tadié, Attaché de coopération universitaire à l’Institut français d’Italie/Professeur à l’Université de Rennes 2

Dans le cadre de son cycle de débat d’idées consacré au thème « L’agenda européen face aux crises méditerranéennes » (http://institutfrancais-italia.com/fr/etudes-superieures/actualites/lagenda-europeen-face-aux-crises-mediterraneennes-), à l’occasion de la présidence italienne du conseil de l’UE, l’Institut fraçais d’Italie (IFI) a organisé le 30 octobre 2014 une journée d’études intitulée « Les diplomaties européennes face aux recompositions politiques dans le monde arabe », en partenariat avec l’université LUISS Guido Carli de Rome (où la manifestation avait lieu) et en cofinancement avec le programme de recherche européen WAFAW (“When Authoritarianism Fails in the Arab World »), dirigé par François Burgat (IREMAM).

La journée, ouverte par l’Ambassadrice Catherine Colonna, a mis en présence nombre de diplomates (dont le secrétaire général de la Farnesina, Michele Valensise), chercheurs et journalistes de France, d’Italie et du monde arabe (http://institutfrancais-italia.com/fr/evenements/rencontres-et-debats/les-diplomaties-europeennes-face-aux-defis-des-recompositions-politiques-dans-le-monde-arabe), devant un public principalement composé d’étudiants de trois masters en sciences politiques et relations internationales de la LUISS.

Elle a permis une analyse nuancée de l’impact des printemps arabes sur les relations entre l’Union européenne et le monde arabe depuis 2011, en distinguant plusieurs niveaux d’interaction.

Un premier niveau concernait la transformation des diplomaties des pays membres de l’Union européenne en tant que tels : la relation de la France avec la Syrie par exemple, telle qu’elle a été affectée par les alternances politiques et la pression exercée par l’opinion publique, en réaction à la répression du régime de Bachar al-Assad.

Un deuxième niveau s’intéressait à la transformation des politiques étrangères arabes après 2011, en particulier lorsque les partis islamistes sont arrivés au pouvoir. A cet égard, il apparaissait que les politiques étrangères des pays arabes engagés dans un processus de transition étaient demeurées stables, comme l’indiquait le maintien des équipes de diplomates professionnels et la volonté des pouvoirs islamistes, en Tunisie et en Egypte notamment, d’apparaître comme des régimes modérés et responsables, y compris dans leur relations avec leurs partenaires européens.

Un troisième niveau, le plus souvent négligé, avait trait à l’UE en tant que telle et au développement de cultures institutionnelles et de pratiques propres portées par les diplomates européens. Cette approche prenait acte d’une autonomie des institutions européennes et d’une « valeur ajoutée » qui apparaissait de façon manifeste dans les choix et modalités de financement des ONG.

Un quatrième niveau concernait la politique des acteurs non étatiques et leurs interactions entre les deux rives de la Méditerranée qui, dans un contexte de liberté accrue, avaient tendance à intégrer davantage que par le passé les problématiques de droits de l’Homme, de démocratisation et de pluralisme.

Couverte par plusieurs médias italiens (http://www.ansamed.info/ansamed/it/notizie/rubriche/politica/2014/10/30/diplomazia-le-nuove-sfide-del-mondo-arabo-in-convegno-luiss_129354ce-8fae-4f59-9148-f62e4857083f.html), la journée d’études a permis de mieux faire connaître la tradition des sciences sociales françaises dans le contexte italien. Elle a par ailleurs confirmé le rôle que peut jouer l’IFI dans le renforcement des convergences franco-italiennes autour de la recherche sur le monde méditerranéen.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *