Appel à contribution « Pour une (re)définition du concept d’émancipation », colloque de l’université de Bologne, vendredi 11 avril 2015

« Pour une (re)définition du concept d’émancipation », colloque de l’université de Bologne, vendredi 11 avril 2015

Concept philosophique défini par Kant dans Was ist Aukflärung (1784), l’émancipation semble connaître une vogue dans l’actualité des sciences sociales et dans les études littéraires contemporaines. Utilisé jusqu’à l’abus dans les débats sociologiques, anthropologiques et de sciences politiques, il reste un concept peu structuré ou, en tout cas, qui ne se rapporte à aucune tradition épistémologique précise. Dans cette utilisation « sauvage », le fantasme idéologique aboutit a fortiori à des simplifications dichotomiques : il y aurait dans la réalité sociale des « émancipés » et des « dominés », des « résistants » et des « fatalistes ». L’émancipation est rarement construite, comme les autres concepts de la sociologie, dans les analyses en sciences sociales contemporaines, c’est-à-dire qu’elle ne suit jamais de réflexion de type nominaliste et dynamique : les émancipés « sont » dans la réalité sociale et culturelle, en tant qu’être ontologiquement différents des autres. Notre projet de réflexion, dans le cadre de l’échange entre l’Institut des Humanités de l’Université Paris 7-Denis Diderot intitulé « La politique au croisement des disciplines », l’Université de Bologne (Départements de sociologie, littérature, langues e philosophie) et l’Université de Genève, peut se décliner en trois points :

1)    Une réflexion nominaliste sur l’émancipation centrée sur la construction des catégories en philosophie, sciences sociales, en art et en littérature. Une réflexion de ce type est particulièrement urgente pour toutes les catégories qui posent, dans leur construction épistémologique, des problèmes d’ordre axiologique.

2)    Une réflexion dynamique sur les processus émancipateurs et leur influence sur les sujets. L’étude des dynamiques émancipatrices s’articule avec une cartographie des processus de subjectivation politique, au centre d’une réflexion qui a été amorcé en France par Foucault, Rancière ou Balibar.

3)    Une réflexion interdisciplinaire et critique sur le concept d’émancipation, dans laquelle les apports épistémologiques et critique de la philosophie nourrissent la réflexion empirique (sociale ou historique) des sciences sociales, dans laquelle la théorisation de l’émancipation implique une réflexion rigoureuse sur le statut et la particularité des sources empiriques (actualité sociale, œuvres d’art ou de littérature)

Le colloque tri-national et pluridisciplinaire réunira des professeurs et des doctorants français, italiens et suisses de langues, lettres, philosophie et sociologie. Un intérêt particulier sera porté, dans la discussion qui suivra les interventions, aux problèmes de terminologie et de définitions soulevés par la pluridisciplinarité et le bilinguisme.

Les interventions, en italien et en français, donneront lieu à publication. Les propositions d’intervention (environs 250 mots), doivent être envoyées à mariachiarra.gnocchi@unibo.it avant le 31 décembre 2014.

Comité scientifique : Federico Bertoni (Unibo), Piergiorgio Degli Esposti (Unibo), Maria Chiara Gnocchi (Unibo), Manlio Iofrida (Unibo), Paule Petitier (Paris Diderot), Martin Rueff (Ginevra), Federico Tarragoni (Paris Diderot), Étienne Tassin (Paris Diderot).

—————–

 

 Concetto della filosofia dalla definizione kantiana di Was ist Aukflärung (1784), l’emancipazione sembra riprendere vigore e attualità nelle scienze sociali e negli studi letterari contemporanei. Usato a abusato nei dibattiti sociologici, antropologici e politologici contemporanei, resta un concetto poco strutturato o, in ogni caso, non riferito a delle tradizioni epistemologiche precise. In queste utilizzazioni “selvagge”, il fantasma idéologico conduce a fortiori a delle semplificazioni dicotomiche : vi sarebbero allora, nella realtà sociale, degli “emancipati” e dei “dominati”, dei “resistenti” e dei “fatalisti”. L’emancipazione è raramente costruita, nelle analisi delle scienze sociali contemporanee, come gli altri concetti della sociologia, dunque seguendo una prospettiva rigorosamente nominalista e dinamica (processuale) : gli emancipati esistono nella realtà sociale e culturale, in quanto esseri ontologicamente differenti dagli altri. La prospettiva da seguire in questo scambio tra il progetto de l’Institut des Humanités di Parigi (Université Paris 7-Denis Diderot) intitolato “La politica all’incrocio delle discipline”, l’Università di Bologna (Dipartimenti di scienze sociali, letteratura e filosofia) et l’Università di Ginevra, può essere declinata in tre punti:

1)    Una riflessione nominalista sull’emancipazione, centrata sulla costruzione delle catégorie in filosofia, scienze sociali e in arte e letteratura. Una tale riflessione è particolarmente urgente per tutte le categorie che pongono, nella loro costruzione epistemica, delle problematiche assiologiche o valoriali.

2)    Una prospettiva dinamica sui processi emancipatori e la loro articolazione alle soggettività. Lo studio delle dinamiche emancipatrici si articola qui alla cartografia dei processi di soggettivazione politica, al centro di una riflessione importante in Francia tra sociologia e filosofia politica (Foucault, Rancière, Balibar).

3)    Una ricerca interdisciplinare sul concetto di emancipazione, in cui gli apporti epistemologici e critici della filosofia arricchiscano la riflessione empirica (sociale o storica) delle scienze sociali, in cui la teorizzazione dell’emancipazione implichi una riflessione rigorosa sullo status e la specificità del materiale empirico (fatto sociale, opera d’arte o testo letterario).

 Il convegno tri-nazionale e pluridisciplinare coinvolgerà dei docenti e dottorandi francesi, italiani e svizzeri, di Lingue, Lettere, Filosofia e Scienze politiche. Si interesserà in particolare nelle discussioni ai problemi di terminologia e di definizione sollevati dalla pluridisciplinarità e dal bilinguismo.

Gli interventi, in italiano o in francese, saranno pubblicati. Le proposte di interventi (circa 250 parole) devono essere indirizzate a mariachiara.gnocchi@unibo.it entro il 31 dicembre 2014.

Comitato scientifico : Federico Bertoni (Unibo), Piergiorgio Degli Esposti (Unibo), Maria Chiara Gnocchi (Unibo), Manlio Iofrida (Unibo), Paule Petitier (Paris Diderot), Martin Rueff (Ginevra), Federico Tarragoni (Paris Diderot), Étienne Tassin (Paris Diderot).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.