Colloque « L’image au-delà du cadre », Florence 29 mars 2014

« L’image au-delà du cadre. Le rapport texte/image dans les arts, en France et en Italie, du Xe au XVIe siècle »

Par Noëlle-Christine Rebichon, Institut français de Florence/Docteur en Histoire de l’art, Université de Lyon 2.

rightwindow_1

Le 29 mars 2014 s’est tenu à l’Institut français Firenze (IFF) le colloque « L’image au-delà du cadre », organisé par l’Université Louis Lumière Lyon 2, l’Università degli Studi di Udine et l’Institut Français Italia (IFI), qui a visé l’actualité de la recherche franco-italienne autour du rapport entre texte et image dans les arts, du Moyen Âge à la période baroque.

Projetée sous l’impulsion des professeurs Nicolas Reveyron (Univ. Lyon 2) et Mino Gabriele (Univ. Udine), spécialistes d’Iconographie et d’Iconologie, et organisée sous la responsabilité de Noëlle-Christine Rebichon, responsable des Classes Découverte de l’IFF, cette rencontre avait pour objectif de réunir des chercheurs français et italiens qui étudient la compréhension de l’image dans une acception large (écrite, visuelle et orale), en fonction d’un contexte protéiforme (textuel, architectural, liturgique, etc…). Ainsi conçu dans un esprit interdisciplinaire, ce colloque bilingue a réuni des historiens de l’art, des archéologues et des philologues. La rencontre a été caractérisée par sa qualité ainsi que par une atmosphère studieuse et chaleureuse.

L’Institut français Italia (IFI) souhaite encourager les échanges entre les acteurs du monde universitaire et de la recherche italo-française et a ainsi soutenu cette manifestation scientifique, accueillie par son antenne florentine, l’Institut français Firenze (IFF). L’IFF se propose de devenir un lieu ponctuel de réunion et de discussion à travers l’organisation de séminaires et de colloques. Ce colloque autour de l’histoire de l’art en constitue la première manifestation, qui a rassemblé plus de cinquante personnes, dont un nombre conséquent d’étudiants.

Le thème : le rapport texte/image

Les études d’ « iconographie » ont traité le rapport du texte et de l’image, confinant toutefois, trop souvent par le passé, l’image à une relation étroite et de dépendance avec le texte, présent sous forme écrite ou utilisé comme source. L’avancée des recherches dans les disciplines voisines – l’anthropologie, la théologie, la sémiologie, l’archéologie du bâti etc. – progressivement croisées, ont révélé l’incomplétude des réponses jusqu’alors apportées et le poids de clichés tels que celui de la « Bible des pauvres » illustrée dans les églises, démonté encore en 2008 par Jérôme Baschet dans son ouvrage L’iconographie médiévale (Paris, Gallimard, 2008 – Folio Histoire, inédit).

L’iconographie, d’après Émile Mâle ou Erwin Panofski, a ainsi été revue à la lumière d’autres champs d’études connectés. Les dangers d’une lecture image/texte trop simpliste, qui ferait de l’image l’illustration du texte et du texte le commentaire de l’image, ont été mis au jour, et la nécessité de dépasser l’interprétation traditionnelle fait l’unanimité.

Hans Belting et Jean-Claude Schmitt ont ouvert la voie en analysant les images selon leurs usages et leurs fonctions, et en les mettant en relation avec les représentations mentales qui participaient à leur conception : il est en effet nécessaire de reconstituer « l’œil moral et spirituel », expression que nous empruntons à Michael Baxandall (L’OEil du quattrocento : l’usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance, trad. de l’anglais par Yvette Delsaut, Paris, 1985, p. 153-164). L’étude des sources écrites pour comprendre leur interprétation en fonction des époques se révèle indispensable.

Même si le sujet a suscité ces profondes remises en question il y a une trentaine d’années déjà, et a fait l’objet de publications, ce champ de recherche invite constamment à une nouvelle évaluation et, surtout, fait naître des réponses inédites. Il serait difficile en effet de penser que, ces acquis étant admis, le sujet est désormais épuisé ; au contraire, à la lumière de ces réflexions, des corpus d’œuvres (écrites, figuratives ou associant les deux) sont revisités, et d’autres participent à la compréhension des systèmes régissant leur fonctionnement dans des contextes divers.

La fécondité des recherches en ce sens et le caractère actuel de la thématique sont parfaitement démontrés par les projets en cours de plusieurs groupes de recherche (à titre d’exemple, « Art et archéologie du Moyen Âge » de l’UMR 5138 de l’Université Lyon 2, CNRS-MOM, qui mène des recherches sur l’organisation des espaces religieux et l’aménagement des sites, dont les mobiliers, l’iconographie et la stylistique monumentale ; « Histoire de l’art » du CESR de Tours et en particulier le département d’Iconologie qui étudie le Langage de l’Image à la Renaissance et travaille à définir une approche rigoureuse et documentée d’un langage protéiforme).

Soulignons aussi la continuité des publications comme le montre le récent ouvrage de Jean Wirth au titre explicite « Qu’est-ce que l’image ? », paru en janvier 2013 et faisant suite à une importante trilogie de l’auteur sur le thème.

Enfin, de nouvelles questions sont nées et demeurent ouvertes : elles interrogent les concepts de « médialité » et de « médias » (nous reprenons les mots de René Wetzel et Fabrice Flückiger, dans « Introduction. Pour une approche croisée de la médialité médiévale », dans Au-delà de l’illustration : texte et images au Moyen Age, approches méthodologiques et pratiques, Zürich, Chronos, 2009) – il faut entendre l’ensemble des supports qui entre en jeu dans la communication entre les êtres humains et le divin – ou encore les moyens mis en œuvre pour « présentifier » le sacré et le profane (voir Jean-Claude Schmitt, dans Le corps des images : essais sur la culture visuelle au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 2002, p. 23).

La thématique choisie pour le colloque est volontairement ample, avec un cadre chronologique comprenant les siècles du Moyen Âge à la période baroque, du Xe au XVIe siècle, et une aire géographique délimitée par la France et l’Italie. En outre, l’image est ici considérée dans un sens très large, incluant tout type de support et de genre, profane et religieux. Les communications ont permis d’illustrer quatre domaines de la thématique : la didactique de l’image, l’« archéologie de l’image » en architecture, les « narrations » par l’image et le texte dans les supports livresques et le texte – source et témoin – au service de l’image.

Didactique de l’image

Le colloque s’est ouvert avec le professeur Fulvio Cervini (Univ. Florence) qui a très bien introduit la complexité des questions méthodologiques et iconologiques dans son intervention intitulée « Instructions pour l’usage. Textes médiévaux qui suggèrent comment ‘faire’ les images ». Habituellement, quand on parle de rapport entre textes et images au Moyen Âge, on fait référence à la mise en image (traduction figurative) d’un texte écrit, c’est-à-dire à la façon dont un concept ou un récit sont révélés par l’art du peintre ou du sculpteur. Très souvent, les textes servent à décrypter l’iconographie, soit pour rendre plus explicite ce qui se voit, soit pour le commenter en donnant une clef de lecture. Toutefois, il existe des passages d’auteurs médiévaux qui traitent, non pas du contenu des images ou des techniques artistiques, mais de leur langage et de leur style, se plaçant ainsi au croisement entre esthétique, iconographie et technique ; ils fournissent alors implicitement aux artistes une suggestion sur la manière de réaliser les images, et au public, sur la manière de les regarder et de les apprécier.

Le professeur Mino Gabriele (Univ. Udine), s’est intéressé à la didactique visuelle et en particulier au pouvoir des images symboliques. Il a présenté les textes de la méthode mnémotechnique médiévale et a montré l’utilisation des images comme instruments explicatifs et rhétoriques de l’ars memoriae. Il a en outre illustré la tradition et les sources classiques qui sont à l’origine de ces élaborations iconographiques, tant d’un point de vue formel que conceptuel.

L’ « archéologie de l’image » en architecture

Le professeur Nicolas Reveyron (Univ. Lyon 2) a étudié le « dialogue de la pierre et de l’écrit au portail occidental de la priorale clunisienne de Nantua » en présentant une nouvelle conception et méthode « l’archéologie de l’image » qui découle de l’archéologie du bâti, dont il est un des premiers représentants et spécialistes. Depuis 2006, les portails romans de l’ancienne priorale clunisienne Saint-Pierre de Nantua font l’objet d’une étude systématique. Pour les analyser, les replacer dans l’histoire de la priorale et comprendre leur logique dans l’organisation de l’espace ecclésial, il a fallu mettre au point une lecture archéologique des vestiges sculptés qui s’accompagne d’une recherche en contextualisation ouvrant sur trois domaines. Tout d’abord, l’approche stylistique des sculptures, susceptible de fournir une chronologie relative et absolue, mais qui est aussi porteuse de sens. Ensuite, la localisation relative du portail dans l’édifice (relations avec les circulations, la liturgie …) significative. Enfin, le rapport avec l’écrit à travers les inscriptions à lecture multiple. Comme l’image, le texte répond à la quadruple lecture de l’écriture. Ces quatre niveaux de perception autorisent un dialogue de l’image et du texte qui s’éclairent et s’enrichissent mutuellement. A Nantua, ce dialogue conduit de la technique du remploi à la théologie de l’Eucharistie.

Les « narrations » par l’image et le texte dans les supports livresques

Ilaria Molteni, (Univ. Lausanne) s’est penchée sur les « Textes et les images dans les manuscrits arthuriens d’origine italienne (XIIIe– XIVe siècles) ». Les manuscrits arthuriens produits en Italie aux XIIIe et XIVe siècles se distinguent par l’hétérogénéité des solutions iconographiques adoptées. Toutefois, il est possible d’individualiser une solution de mise en page particulière – deux colonnes de texte et des illustrations en fond de page – appliquée par un atelier de la zone tyrrhénienne, actif entre le XIIIe et le XIVe siècle. Les caractéristiques codicologiques et décoratives permettent de présumer un public bourgeois et marchand. En revanche, d’autres manuscrits tyrrhéniens, en raison de la tradition textuelle relevée, sont destinés à un public aristocratique. Les éléments réunis constituent un terrain de recherche idéal sur lequel baser une étude diachronique des programmes décoratifs de ces codex. En comparant les cycles figuratifs de ces ensembles distincts, il est possible de mettre en évidence un rapport de continuité ou de rupture pour les solutions de composition et l’iconographie adoptée, et entre narration textuelle et narration par l’image.

Amélie Bernazzani (ancienne pensionnaire à l’Académie de France-Villa Médicis (2013-2014), ATER au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours) s’est quant à elle interrogée sur la place (« hors cadre ou dans le cadre ») de l’image du monstre dans une catégorie textuelle spécifique : les chroniques noires, françaises et italiennes à la fin du XVIe siècle et au XVIIe siècle, appelées aussi « canards sanglants ». Il s’agit de brochures rapportant les faits divers récents au tout venant. Afin de suivre de près l’actualité, ces brochures sont imprimées hâtivement. Les images qui accompagnent les textes ne sont donc que très rarement produites spécialement : l’imprimeur pressé et économe puise dans son stock. En s’attachant à la figure du monstre, l’analyse cible la frontière poreuse qui sépare l’iconographie des nouvelles littéraires de celle des chroniques noires à vocation informative, et les raisons pratiques qui président au choix des images réemployées.

Le texte- source et témoin- au service de l’image

Claudio Lagomarsini (Univ. Sienne) a jeté de nouvelles lumières sur le cycle perdu des Uomini illustri, peint par Giotto dans le château de Robert d’Anjou à Naples, dans sa communication intitulée « Sonnets parlants et images disparues : le cycle giottesque ‘de viris illustribus’ d’après un nouveau manuscrit ». La découverte, à Florence, d’un nouveau manuscrit permet de vérifier la fortune picturale de sujets romanesques dans l’Italie du Sud au XIVe siècle, mais aussi la fortune littéraire de l’iconographie monumentale. Les documents historiques étant très fragmentaires, la principale source d’information sur le programme angevin reste une « couronne » de neuf sonnets, consacrés aux différents personnages peints et composés par le jongleur florentin Malizia Barattone. Or, le manuscrit découvert fait mention de deux nouveaux personnages illustres (Lancelot et Phébus le Brun) constituant ainsi un précieux témoignage écrit au service de la restitution du cycle pictural.

Valentina Conticelli (Galerie des Offices) a conclu le colloque en présentant ses recherches sur « Le rapport entre texte et image dans les grotesques du couloir du Levant de la Galerie des Offices ». Les voûtes peintes par Antonio Tempesta et Alessandro Allori forment un des plus grands cycles de grotesques réalisés dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Un des aspects les plus intéressants de cette décoration reste sa signification : environ cent vingt figures allégoriques et mythologiques en effet sont représentées, ainsi qu’une trentaine de scènes principalement mythologiques. La clef de lecture de la structure de cet ensemble est donnée par des sources littéraires et iconographiques à la fois antérieures et postérieures aux peintures.

La journée s’est terminée avec les questions du public qui ont confirmé l’intérêt d’une telle rencontre internationale à Florence et l’effervescence intellectuelle suscitée par la thématique. Ce colloque, fait pour lancer une série d’échanges à venir, pose ainsi les bases pour de nouvelles collaborations et la création d’un rendez-vous scientifique annuel qui puisse continuer à s’agrandir et à creuser les champs d’investigations établis. Les actes du colloque paraîtront prochainement et une deuxième rencontre, ayant pour titre « Médialité iconique. Utilisation et fonction des images en lien avec l’espace, le son et la lumière, du Moyen-Âge au Baroque, en France et en Italie », est prévue à Florence les 13 et 14 mars 2015. (Voir le programme : http://www.efmr.it/index.php?op=eventdetail&id=908)


Une réflexion au sujet de « Colloque « L’image au-delà du cadre », Florence 29 mars 2014 »

  1. Les infos ici sur cette page sont bien intéressantes. J’ai vraiment bien aimé, un article qui est bien écrit et nous permet d’en savoir un peu plus sur le sujet. Bien vu !
    Amandine Luong / MELTY.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.