Rencontre avec Tahar Ben Jelloun « È questo l’Islam che fa paura », Rome 26 février 2015

Par Dina Gjini (étudiante de Lucie Lagardère à l’Université La Sapienza).

Rencontre avec Tahar Ben Jelloun à l’occasion de la publication en italien de son dernier livre (Bompiani, 2015). Présentation de Giorgio Zanchini, journaliste à Radio Rai.

Tahar Ben Jelloun est poète, romancier et journaliste né à Fès, au Maroc, en 1944. Son livre L’Islam expliqué à ma fille se trouve maintenant traduit en italien, livre très célèbre et qui parle de sujets d’actualité brûlante. Ce livre est basé sur une question faite à l’écrivain par sa fille, qui lui a demandé:

«Papa, dis-moi  devons-nous avoir peur de l’islam?»

Cette question a été posée par une petite fille, mais c’est la question qui nous tourmente, peut-être, tous dans ce climat de terreur.

C’est un sujet qui me touche personnellement très profondément parce que ma famille est musulmane depuis son origine et, si on peut dire, voit aujourd’hui l’automne à sa porte et se briser en mille morceaux tout ce en quoi elle croyait.

Lors de sa conférence à l’Institut français Saint-Louis le 26/02/2015, Ben Jelloun a exprimé ses considérations.

tahar

Crédit photo: Claude Truong-Ngoc [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Il a expliqué ce qu’est l’Isis, comment ce mouvement a commencé et comment il peut influencer un jeune fragile et désorientée. Il a expliqué que, à travers les actes perpétrés, l’Islam s’expose ici à travers la violence, une violence qui ne connaît pas de limites. Selon Ben Jelloun, l’Isis tente de ramener les musulmans au VIIe siècle. C’est, à mon avis, l’inverse d’une quête vers le développement et l’amélioration, mais au contraire cela ramène de plus en plus en arrière, vers la bêtise et l’ignorance que l’homme a toujours essayé de combattre.

Pourtant, tout a une raison. Le but de l’Isis est certainement la poursuite du pouvoir et le contrôle du territoire. L’Isis, a ajouté Ben Jelloun, avance là où les institutions sont faibles ou n’existent plus, comme en Irak, en Syrie, en Libye…

En écoutant aussi l’écrivain expliquer les raisons pour lesquelles les terroristes musulmans extrémistes se comportent de cette façon idiote et brutale, une part en moi a été heureuse parce que renaît en moi  le respect de l’Islam, la religion qui a toujours accompagné mes parents. Le respect des autres me paraît être la véritable vocation de l’Islam.

Or nous sommes en train d’assister à un film d’horreur. Jusqu’à Paris avec l’attaque terroriste contre le journal Charlie Hebdo.

Pourquoi tout ceci a-t-il été déclenché ?

La réponse du Ben Jelloun est le «blasphème». Il est vrai que les caricaturistes de Charlie Hebdo ne faisaient que leur travail, mais cela ne justifie pas le manque de respect qu’ils avaient non seulement pour l’islam mais pour toutes les religions. Leur erreur a été probablement de ne pas penser aux infractions qui ont été commises – ou de ne pas les avoir voulu les considérer – et d’avoir ainsi mis en danger leur propre liberté d’expression, le principe sacré pour lequel beaucoup ont combattu : Hugo, Zola, Voltaire…

Et Ben Jelloun a ajouté qu’il y a aussi un terrorisme qu’il nomme « intellectuel » qui empêche les intellectuels de culture musulmane ou d’origines musulmanes de s’exprimer librement. Toute personne qui a osé parler après l’attaque de Charlie Hebdo pouvait être menacée.

Dans un moment de peur causé par une méconnaissance du monde musulman et par ses propres dérives – ainsi de cette violence sans précédent – la seule façon de faire est la résistance à la bêtise, conclut notre écrivain.

J’espère sincèrement que cette violence stupide finira au plus tôt parce qu’exploiter une religion à ses propres fins est véritablement un signe d’ignorance et montre un homme qui n’a pas compris ses erreurs au cours de l’Histoire.

Pour plus de comptes rendus d’événements par des étudiants: La France à la Sapienza


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *