William Gasparini (1/2), « Activité physique et sport-santé en Europe. Sociologie d’une nouvelle action publique »

En marge du festival Prospettive critiche 2016 consacré au thème du sport, William Gasparini (Université de Strasbourg, titulaire de la Chaire Jean Monnet en sociologie européenne du sport) a tenu deux conférences à l’Université de Bologne, à l’invitation de Stefano Martelli (Université de Bologne) et du Consiglio dei corsi di studio in Scienze Motorie.

 

« Activité physique et sport-santé en Europe. Sociologie d’une nouvelle action publique »

conférence du 4 avril 2016, à Bologne

Par William Gasparini

Toutes les enquêtes montrent que la sédentarité progresse en Europe mais touche davantage les classes populaires, les femmes et les adolescents et jeunes adultes fascinés par les jeux vidéo et la communication via les réseaux sociaux.

On observe ainsi en Europe une chute de certaines performances physiques comme par exemple la capacité à faire une course légère d’endurance (un 800 mètres par exemple) chez les jeunes. Selon le groupe social d’appartenance, le territoire de vie (quartiers défavorisés ou zones résidentielles, villes et campagne) et le genre, de fortes inégalités de santé et d’accès aux activités sportives sont également à relever. Il existe ainsi une corrélation entre plusieurs pathologies et les conditions sociales d’existence des populations. L’état de santé d’une personne se caractérise par des interactions complexes entre plusieurs facteurs individuels, socio-environnementaux et économiques qui agissent tout au cours de l’existence. Ainsi, la prévalence de certaines pathologies (asthme, maladies cardio-vasculaires, obésité par exemple) est plus élevée pour les populations les plus vulnérables résidant dans les territoires défavorisés (banlieues et petites villes rurales isolées) et ne pratiquant aucune activité physique. On remarque en effet une surreprésentation de la prévalence de l’obésité chez les ouvriers et les habitants des banlieues ou des zones rurales défavorisées, celle-ci étant par ailleurs accentuée chez les femmes.

Toutes ces données générales indiquent que, malgré les politiques sportives publiques, on note globalement une diminution de l’activité physique favorable à la santé. Ce déclin est corrélé en partie aux changements environnementaux et sociaux qui facilitent l’accroissement de la sédentarité et la régression de la condition physique qui constituent un problème majeur de santé publique. C’est pourquoi, le slogan « bouger » devient progressivement le leitmotiv des politiques publiques de promotion de la santé.

En France, le Programme National Nutrition Santé (PNNS) 2011-2015 préconise ainsi « d’augmenter l’activité physique et de diminuer la sédentarité à tous les âges ». D’autres programmes nationaux de santé publique intègrent dans leur politique de prévention la promotion des activités physiques et sportives comme facteur de santé, comme par exemple le Plan « Obésité » 2010-2013 (Plan Obésité, 2011). Depuis 2011 en France, émerge progressivement l’idée d’une prescription médicale d’activité physique.

C’est dans ce contexte national d’actions publiques favorables à la prévention de la santé par l’activité physique que la ville de Strasbourg a expérimenté depuis 2012 le dispositif « Sport santé sur Ordonnance » : les médecins prescrivent aux patients atteint d’une pathologie comme le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle et certaines maladies cardio-vasculaires des activités physiques adaptées aux pathologies. La ville de Strasbourg a également réaménagé son urbanisme pour permettre une activité physique de proximité dans la ville en créant les « Vitaboucles », circuits en boucles d’activités physiques urbaines qui font découvrir la ville différemment et qui facilitent à toutes et à tous la pratique d’une activité physique gratuite, en plein air dans des zones calmes, agréables et vertes comme les cours d’eau et les parcs naturels.

Cet exemple montre comment une nouvelle politique sportive visant le « bien-être urbain » se traduit et se matérialise dans l’aménagement de l’espace urbain. Ainsi, le nouvel aménagement sportif de la ville propose, au-delà des équipements sportifs existants, des espaces de pratique sportive et physique ouverts, non spécifiquement dédiés au sport et accessibles tous les jours dans une temporalité définie par le pratiquant lui-même. Par cette nouvelle politique d’aménagement, il s’agit dès lors de créer les conditions favorables à une vie active et à l’acquisition d’un « habitus sportif urbain ».

Bibliographie indicative

-GASPARINI W., KNOBE S., DIDIERJEAN R. (2015), “Physical activity on medical prescription: A qualitative study of factors influencing take-up and adherence in chronically ill patients”, Health Education Journal, 2015, Vol.74, N°6, pp.720-731

-GASPARINI W., KNOBE S. (2014), « Lutter contre les inégalités sociales de santé par le sport. L’exemple d’un dispositif de prescription médicale d’activité physique », Informations sociales, n°187, 2015, p.47-53.

-KNOBE S., GASPARINI W. (2014), « Le rapport au corps sur prescription médicale », L’Observatoire (Suisse), n° 80, p. 13-16.

-GASPARINI W., KNOBE S. (2014), « Sport sur ordonnance : enquête sur un dispositif local de santé », Jurisport (revue juridique et économique du sport, Juris éditions/Dalloz), n° 144, p. 43-46.

-MORALES V., GASPARINI W. (2014), « Penser la ville sportive avec ses habitants. L’exemple des Etats Généraux du Sport de Strasbourg », Society and Leisure / Loisir et société, vol.37 No.1, p. 116-131.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.