William Gasparini (2/2), « L’Europe du sport et les citoyens européens. Sociologie des acteurs de l’Europe »

En marge du festival Prospettive critiche 2016 consacré au thème du sport, William Gasparini (Université de Strasbourg, titulaire de la Chaire Jean Monnet en sociologie européenne du sport) a tenu deux conférences, à Bologne et à Rimini, à l’invitation de Stefano Martelli (Université de Bologne) et du Consiglio dei corsi di studio in Scienze Motorie.

« L’Europe du sport et les citoyens européens. Sociologie des acteurs de l’Europe »

conférence du 5 avril 2016, à Rimini

Par William Gasparini

D’après les enquêtes d’Eurostat, 60 % des ressortissants de l’Union européenne pratiqueraient une activité sportive (dont 1/3 dans un club sous une forme compétitive) et près de 15 millions de personnes travailleraient dans le secteur sportif. Même si les résultats de ces enquêtes européennes restent approximatifs, le sport est un phénomène dont l’importance sociale, économique et culturelle est aujourd’hui reconnue dans tous les pays de l’Europe, les 28 de l’Union européenne tout comme les 47 pays membres du Conseil de l’Europe. Pour la Commission européenne, « le sport constitue un aspect essentiel de la vie de millions de citoyens européens ». Alors que le sport est une préoccupation de l’UE depuis les années 1990, notamment dans la mesure où il relève d’une activité économique (cf. l’arrêt Bosman), celle-ci n’a officiellement une compétence en la matière que depuis 2009. L’article 149 du Traité de Lisbonne du 1er décembre 2009 affirme ainsi que « l’Union européenne contribue à la promotion des enjeux européens du sport, tout en tenant compte de ses spécificités, de ses structures fondées sur le volontariat ainsi que de sa fonction sociale et éducative ».

De son côté, à la suite notamment de la Convention culturelle européenne, le Conseil de l’Europe s’intéresse au sport dès 1954 et a adopté sa première résolution sur la question en 1967. Toutefois, malgré l’intervention des institutions européennes dans certains aspects relativement consensuels du sport (par exemple, la lutte contre le dopage et la corruption ou encore la promotion des valeurs éducatives du sport), celui-ci reste de la compétence de chacun des Etats membres car il relève de leurs intérêts nationaux. Ainsi en est-il du sport de haut niveau, véritable vitrine du dynamisme d’une nation, ou encore des relations entre le mouvement sportif et les Etats, différents selon les lois et modèles politiques en vigueur dans chacun des Etats membres.

Portée historiquement par les acteurs des organisations sportives des pays européens, à l’écart de la construction européenne, l’Europe du sport se dessine à mesure que les fédérations sportives font du continent un espace organisé de compétitions.

Le sport devient progressivement une préoccupation des institutions européennes dès lors qu’il devient un enjeu de société et qu’il se professionnalise.

La construction européenne et le sport constituent ainsi un double défi théorique pour les sociologues : d’une part du fait de la complexité de son processus, de la diversité des institutions et de leurs compétences et de la multitude d’agents qui y interviennent ; d’autre part, du fait d’une vision surplombante et désincarnée des politiques sportives européennes. Pour comprendre la logique interne de cet espace, il importe de s’intéresser non seulement aux institutions, mais également aux « entrepreneurs d’européanisation» (supporters, sportifs, dirigeants, élus locaux et parlementaires européens en charge du sport, agents économiques et médiatiques, etc… )..

Bibiographie indicative

-ARCHAMBAULT F., BEAUD S., GASPARINI W. (2016), Le football des nations. Des terrains de jeu aux communautés imaginées, Paris, Publications de la Sorbonne (sous presse)

-GASPARINI W. (2015), « Sport » in Lambert Abdelgawad E., Michel H. (eds.), Dictionary of European Actors, Brussels, Larcier, p. 359-363

-GASPARINI, W. (2013), France et Allemagne : le sport à l’épreuve des identités, Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, n°4, Tome 44, 2013

-DIGENNARO S., GASPARINI, W. (2013), « La costruzione di una Europa sociale dello sport », Rivista di Scienze dell’Amministrazione, n° 1, Italie, p. 27-44

-GASPARINI W., NOIRIEL G. (2013), « S’intégrer dans la communauté nationale par le sport : sociogenèse d’une catégorie de pensée », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, n°4, p. 411-423

-GASPARINI, W. & POLO J-F. (2012), L’espace européen du football : dynamiques institutionnelles et constructions sociales, revue Politique européenne, n°36, juin 2012

-GASPARINI W., COMETTI A. (Ed.) (2010), Sport facing the test of cultural diversity. Integration and intercultural dialogue in Europe, Strasbourg, Council of Europe Publishing.

-GASPARINI W., TALLEU C. (Ed.) (2010), Sport and Discrimination in Europe, Strasbourg, Council of Europe Publishing.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *