FFF 2014: Gênes le 6 février, rencontre avec Christian Garcin, Les nuits des Vladivostok

par Alice Cartasso (Master en Traduction et interprétariat, Université de Gênes)

À l’occasion du Festival de la Fiction Française 2014, l’Alliance Française et la librairie Feltrinelli ont proposé deux rencontres littéraires sur et avec Christian Garcin, auteur de Les nuits des Vladivostok (2013), dont la traduction italienne a été publiée au mois de mars.

Pendant la première rencontre on a parlé de la vie de l’auteur, de ses oeuvres et on a lu des extraits de son dernier livre. Christian Garcin est né à Marseille en 1959. En 1992 il envoie son premier manuscrit Vidas à l’éditeur Gallimard qui le publie dans la collection « L’un et l’autre », caractérisée par le lien entre ses écrivains et d’autres artistes. Vidas est un recueil de fictions biographiques, un genre qui était très à la mode en France, et qui raconte l’histoire de personnages réels ou inventés.

Par la suite il publie des ouvrages qui touchent beaucoup de genres: nouvelles, poèmes, carnets de voyage (Du Baïkal au Gobi et Carnet Japonais), essais (par exemple Piero ou l’Equilibre sur la peinture de Piero della Francesca), un livre de photos (Le Minimum visible).

Son premier roman est Le vol du pigeon voyageur (2000), suivi par Sortilège (2001), Du bruits dans les arbres (2002), etc. Certaines de ses textes se nourrissent des voyages qu’il effectue, comme par exemple La piste mongole (2009).

Les nuits de Vladivostok

Les nuits de Vladivostok mélange des genres différents: c’est à la fois un roman picaresque qui décrit les aventures des différents personnages, un roman d’espionnage qui commence dans des territoires inconnus et dans une situation sombre typique d’un thriller, mais aussi un roman de méprise et de rencontres puisque que les coïncidences et le hasard y jouent un rôle très important.

L’aspect le plus surprenant du livre est, en effet, la déclinaison très efficace de ce qui est appelé « effet papillon ». Christian Garcin partage l’idée de Carl Gustav Jung selon laquelle il y a des casualités dont on n’a pas conscience et il embrasse la théorie des coïncidences significatives. Dans Les nuits de Vladivostok il y en a nombreuses: le protagoniste, Thomas, s’appelle presque comme le criminel recherché par les deux chinois, le touriste français et lui ont lu le livre de Wangling sur un personnage qui ressemble Zuo Luo, le nombre de chambre du suspecté est le même de l’an de naissance de la mère du touriste, les deux chinois sont liés par la recherche du criminel aussi bien que par l’histoire de leurs parents pendant la guerre de 1969, Thomas se retrouve à Vladivostok parce qu’il a perdu son train, etc. En conclusion, le monde est complexe et les causes et les effets des événements sont liés par une logique souterraine incompréhensible.

Tout cela est se reflète aussi dans la vision que Christian Garcin a de l’écriture. En se référant au personnage de Zuo Luo, qui découvre être le protagoniste du roman écrit par Wanglin, il dit que

devenir un personnage de fiction est intéressant, même si on est tous des personnages de fiction, notamment dans le rapport avec nous-mêmes et avec l’autre. Il aime la littérature dans la vie et les liens entre des personnes qui entrainent, à leur tour, d’autres dépendances. Ce qui l’intéresse c’est de voir comment ces liens se forment et ce qu’ils déclenchent, parce que la force collective est supérieure aux forces individuelles. Pour expliquer tout cela, il utilise la métaphore de l’étourneau, et de ces figures collective que créent les étourneaux sans aucune conscience ; il parle aussi du football, des molécules, de la théorie économique d’Adam Smith. Avec l’écriture – dit Christian Garcin – on peut essayer de maîtriser ces forces, les personnages et les événements. Cependant, même dans la fiction, l’écrivant ne peut pas tout maîtriser: il y a beaucoup de liens et de conséquences dont il se rend compte seulement après avoir écrit une histoire.

Avec l’expression « devenir étourneau » l’auteur renvoie à une conception tirée du taôisme. Il pense qu’on doit se laisser traverser par la réalité pour mieux maîtriser le cours de sa vie. L’auteur-même, quand il voyage, essaie d’être plus un voyageur qu’un touriste, c’est-à-dire qu’il se laisse traverser par les lieux qu’il visite.

Un autre aspect caractéristique du roman est celui de contenir plusieurs références encyclopédiques. On peut retrouver l’intérêt que l’auteur a pour l’astrophysique et la géopolitique dans ses personnages, qui en parlent toujours. L’astrophysique en particulier est utilisée pour montrer que la réalité est parfois extrêmement difficile à comprendre. La géopolitique est présente à travers les considérations des personnages et des parenthèses historiques. Tout ce qui est écrit dans Les nuits de Vladivostok est vrai, à part l’intrigue (par exemple, l’homme qui traverse toute la Russie à pied existe).

Dans le roman il y a aussi de nombreuses références à la littérature et au cinéma. Le titre renvoie à Les nuits blanches de Dostoievski. En outre, il y a une citation de la Divine Comédie, des références à Kessel, à Homère, à Cervantes, au réalisateur japonais Kurosawa, etc.

La structure du roman est bien construite. Elle compte trois parties, chaque partie est divisée à son tour en trois sous-parties, et chaque sous-partie est divisée en chapitres. La première partie parle des trois personnages principaux du roman (Thomas, Marie, Wanglin), la seconde parle de trois moments (Deux jours plus tôt, Dix jours plus tôt, Quinze jours plus tôt), la troisième parle de trois lieux (Îles et survols, Chambres et dépendances, Horizons et souterrains). L’auteur affirme que cette structure est importante parce qu’elle nous fait comprendre qu’il y a des points de vue différents à l’intérieur de l’histoire. Il y a aussi des emboîtements, puisque les personnages rencontrent d’autres personnes auxquelles ils racontent leurs histoires et tout le récit est emboité à l’intérieur d’un grand récit. L’auteur réussit à justifier cela parce qu’il trouve toujours des liaisons entre les nombreuses personnages, aussi bien qu’avec deux continents si différents comme l’Asie et l’Amérique.

Christian Garcin nous a parlé de certaines caractéristiques qui font partie de son idéal de roman, de ses principes d’écriture. Il ne veux pas oser à appeler tout cela ni son « art du roman », ni « esthétique », mais plutôt ses « horizons à atteindre ».

Le premier principe est celui de la « pluralité »: dans le roman il y a plusieurs focalisations qui sont conséquents à des narrateurs différents (Thomas, Wanglin, Marie, Valeri Makanin, Rodriguez, etc.)

Le seconde principe est celui de « la dualité oxymorique ombre/clarté »: la part d’ombre et de mystère est toujours présentée à travers la clarté du style. En effet, l’auteur a dit qu’il partage l’idée de Franz Kafka d’une structure complexe qui doit s’accorder avec la facilité de lecture.

Un autre aspect est le « motif dans la tapisserie », c’est-à-dire l’insertion de récits à l’intérieur de la narration principale. Par exemple, dans Les nuits de Vladivostok il y a une parenthèse historique sur la guerre entre l’URSS et la Chine, pendant laquelle le père de Zuo Luo était mort.

Le dernier principe est ce que Christian définit « la superstructure en archipel »: chacun de ses romans est relié aux autres par un jeu de symétries et de rappels, par la récurrence des personnages et des situations. Le symbole de ce lien est constitué par les souterrains, qui lient les personnages et, dans son dernier roman, par les deux villes de New York et Vladivostok et les événements qu’y ont lieu. En effet, la dernière petite partie du roman est appelé « Horizons et souterrains ». En outre, les personnages sont liés par une espèce d’empathie ou télépathie (ils parfois pensent les mêmes choses ou ont les mêmes expériences).

L’idée de faire retourner des personnages dans ses écrits rassemble la récurrence de personnages et de motifs de Jorge Luis Borges mais, dit l’auteur, elle n’est pas lui apparue immédiatement. Quand il avait écrit Le vol du pigeon voyageur, ils lui avaient dit de faire retourner le personnage principal dans d’autres romans. Par conséquent, dans le roman suivant, appelé La jubilation de l’hasard, Eugenio Tramonti est toujours à la recherche de quelqu’un, mais cette fois il s’agit de quelqu’un qui est mort; le personnage est donc en miroir de le précédent. Le troisième roman, La piste mongole, se déroule dans les mêmes lieux des deux romans précédents, et c’est toujours à partir de ces romans que Christian Garcin écrit Les femmes disparues et Les nuits de Vladivostok. Bien qu’ils soient liés, il n’est pas nécessaire de lire les romans précédents pour comprendre les suivants.

On a demandé à l’auteur pourquoi il a choisi de situer son roman à Vladivostok. Il nous a répondu que le voyage c’est une tradition de famille et qu’il a toujours été attiré par la notion de but du monde. En outre, il a toujours été attiré par l’Est du point de vue historique et parce qu’il est le territoire les plus vaste à faire à pied sans s’éloigner de la terre ferme. Vladivostok en particulier est un nom riche d’imaginaire, ce qu’il est très important, du moment qu’avant de voyager dans un lieu on voyage dans son nom.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *