FFF 2014: Rome le 11 février, Nahal Tajadod, Elle joue

Institut français Centre Saint Louis

par Alessandra Lupo (3° anno Triennale, Mediazione linguistica e interculturale, Università la Sapienza)

sicu_4354218_3.jpg92

Dans son roman Elle joue, publié en 2012, Nahal Tajadod conte la rencontre entre deux femmes iraniennes : l’une a connu l’Iran du Shah, mais elle est partie en France  en 1977, l’autre, née après la révolution du 1979, a grandi dans l’Iran de la république islamique qui l’a chassée et exilée en France à cause de son travail de comédienne. Donc c’est plus en général un face à face entre deux Iran, entre deux générations qui représentent les conditions de vie dans ce pays avant et après la révolution. Cette révolution a été une réaction à la décision du Shah Pahlavi de transformer la monarchie persane pour la faire devenir le pays le plus puissant du Moyen Orient. Il avait comme but la modernisation de l’Iran, mais ce qu’il a obtenu est complètement différent. En effet ce qui est sorti est une république islamique. Nahal Tajadod explique que le Shah a mis en acte son projet de façon trop rapide, les gens n’ont pas eu le temps nécessaire pour accepter le changement et au contraire ils ont assisté à la naissance d’une société islamisée, traditionaliste. Madame Tajadod la considère une société civile, mais quand même très différente  par rapport à celle où elle a grandi. Par exemple elle n’a jamais porté de foulard, sa mère non plus, tandis que sa grand-mère appartient à la génération qui a abandonné le foulard, après son abolition par Reza Shah. Elle raconte avec douceur le bonheur de sa grand-mère, qui rêvait la vie des femmes occidentales, leurs vêtements et leurs coiffures  et qui finalement les obtint. Ce que l’écrivain veut souligner est que les femmes iraniennes d’aujourd’hui n’ont pas disparues derrière leurs voiles, au contraire elles sont très actives : elles conduisent, travaillent, étudient, fument, divorcent, font des films. Le fait que tout est réglé par des organismes religieux leur permet paradoxalement d’être plus libres.  C’est différent quand on parle de droit juridique : le témoignage d’une femme a la moitié de la valeur de celui d’un homme.

Un problème qui concerne tout l’Iran est la répression. Pour y échapper on prend tous l’habitude à mentir. Tout ça devient un phénomène tellement étendu qu’il finit par impliquer la société entière. Sheyda, la protagoniste du livre, doit mentir parce que c’est la seule façon de survivre. Pour se protéger, faire quelque chose qui est permis dans des autres pays, lire, se former culturellement, on est forcé de jouer. Tout le monde porte un masque : on apprend à mentir à l’intérieur de la famille. Paradoxalement le mensonge et l’hypocrisie deviennent salutaires pour qui les utilise. Ce sont des armes avec lesquelles on combat le mal de la société. On ne trouve pas un autre moyen pour se défendre quotidiennement. L’histoire que Nahal Tajadod nous raconte n’est pas une biographie, mais pas complètement une fiction non plus : un mélange qui permet de découvrir en profondeur un pays, les mécanismes qui donnent la possibilité à des individus de trouver leur propre équilibre, leur propre façon de s’exprimer dans un environnement qui les contraint et les étouffe sans cesse. Cet auteur peut le faire car elle n’habite pas en Iran, où son roman aurait été censuré. Mais, malgré la censure et la conscience de risquer de mettre en danger des personnes en révélant trop, Madame Tajadod sent fortement la nécessité d’écrire à propos de ça. Elle veut parler des Iraniens qui vivent comme des acteurs, parmi lesquels, vue la normalité du mensonge, ceux qui disent la vérité sont considérés des acteurs.  Elle s’interroge sur à quel point ils doivent jouer, si on a dépassé la limite entre mentir par nécessité et le faire tout le temps. Finalement on s’aperçoit que le vrai protagoniste du roman est l’Iran dont on valorise la force et le courage de se mettre en jeu chaque jour.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.