Pierre Dardot & Christian Laval, La Nouvelle raison du monde

par Lucie Lagardère, Lectrice d’échange à l’Université de Rome « La Sapienza »/Institut français d’Italie, Doctorante à l’Université Diderot-Paris 7

vendredi 21 février 2014

ESC Atelier autogestito

Présentation du livre de Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde, Paris : Ed. La Découverte, 2009 ; La nuova ragione del mondo, trad. Ilaria Bussoni, Roma: DeriveApprodi ed., 2013.

La construction du marché

Christian Laval prend d’abord la parole pour rappeler que leurs analyses se placent dans la lignée de Foucault et du concept du biopouvoir. L’actualité, depuis 2008, est aux prises avec des crises successives qui prouvent que le marché actuel ne peut plus être pensé dans le cadre d’une pensée naturaliste d’un libéralisme économique né à la fin du XVIIIe siècle: le laissez-faire est en effet entré en crise dès le XIXe siècle avec une aggravation de la crise au XXe. De là, est issue l’idée que l’Etat doit créer activement un cadre politico-juridique pour produire de la concurrence. L’Ecole de Fribourg a systématisé cette construction et c’est en réalité peu ou prou le système actuel avec une banque centrale indépendante qui a pour rôle de stabiliser les prix et de donner à chacun ce qui lui revient.

Ce rapide historique rappelle donc clairement que le marché qu’on cherche parfois à présenter comme naturel, comme allant de soi (et donc avec l’argument sous-jacent qu’on ne peut pas faire sans) est en réalité une construction, une fabrication de toutes pièces.

La(les) crise(s) de quoi ?

De ce point dérive l’idée que la crise actuelle de l’Europe n’est alors pas seulement la crise des dettes souveraines, mais qu’il s’agit d’une mise en crise des principes fondamentaux de l’Europe et des Etats: c’est la crise de la notion de gouvernance, c’est-à-dire la crise d’une forme de gouvernement qui n’en est pas vraiment un ; et on notera avec Christian Laval qu’aujourd’hui personne n’ose le mot gouvernement: tout est gouvernance, (auto)gestion, gérance… Le vocabulaire en cela est tout à fait révélateur. L’absence de démocratie réelle, directe, qui est à la base de cette « gouvernementalité »  a fait s’effondrer le système européen qui l’avait prise pour socle. La nouvelle raison du monde offre donc en tout premier lieu ce travail généalogique, qui doit devenir notre réflexion à tous, d’importance politique. A partir de là, une fois reprise et comprise la généalogie, on peut tenter d’inventer des solutions.

Dénoncer la mise en place d’une constitution économique européenne

Christian Laval cède la parole à Pierre Dardot qui poursuit le fil de la présentation en soulignant que le leurre d’une Constitution économique: une Constitution (européenne) économique n’a pas le même but qu’une Constitution politique. Pierre Dardot met le public en alerte contre les discours qui pourraient faire passer l’une pour l’autre. Qu’est-ce qu’une Constitution? Il s’agit d’un texte visant à établir des règles, des droits et des devoirs, de façon à organiser un champ, un domaine d’action. Il s’agit donc de mettre de l’ordre et de l’assurer. Une constitution donne des cadres, des structures et permet, en période de crise, de s’y référer pour rétablir l’ordre ou d’en changer quand elle ne convient plus. Une Constitution économique vise donc à établir une Ordre économique. Dans l’esprit néo-libéraliste, le fondement de cet ordre économique est la concurrence.  Cela a parfaitement bien fonctionné au sortir de l’Allemagne nazie, en 1948, lorsque Ludwig Erhard a donné un ordre économique sur lequel fonder ensuite un ordre politique, une légitimité politique. Ce type de système – fonder le politique sur l’économique et non l’inverse, donc grâce à un « gouvernement » de techniciens et d’économistes – fonctionne et est parfois nécessaire lorsque le politique est en crise grave, lorsqu’il n’y a plus de valeurs politiques, de représentants (c’était le cas après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne). Cela signifie que le système de valeurs et d’évaluation est hiérarchisé au profit de ce qui forme le socle: l’économique. La réussite économique du pays, sa prospérité, deviennent le fondement même de la légitimité de l’Etat: l’Allemagne, en 1945, n’avait plus de légitimité politique, mais a regagné sa légitimité étatique par une réussite économique. En dehors donc de tout concept politique, de toute idée – ou processus d’élection – démocratique.

L’Europe, actuellement, veut faire de même: prouver et fonder sa légitimité politique sur l’économique. L’intérêt général de l’Europe est la concurrence et non les citoyens européens. Il est donc faux d’appeler ce système du nom de démocratie. Il est donc faux de penser que nous atteignons là à une forme de démocratie post-nationale. Telles sont les dures mises en garde de Pierre Dardot.

En effet, dans le Traité de Lisbonne, le Parlement européen n’a pas le pouvoir législatif, c’est la Commission qui prend les décisions, or la Commission est formée de représentants non élus – non passés par le processus démocratique – et la Commission n’est pas responsable devant le Parlement. Alors la hiérarchie des priorités devient celle-ci: d’abord assurer la concurrence « loyale et non faussée », la stabilité monétaire et la circulation des capitaux. Les droits sociaux des travailleurs passent de fait au second plan.

Inventer de nouveaux principes pour de nouvelles bases pour l’Europe: le gouvernement des communs

Pierre Dardot propose alors de revenir à l’activité humaine grâce au concept des communs, au pluriel. Ce concept en effet fait toujours référence à une mise en relation: aucune chose n’est commune en soi, au singulier. Proposer les communs, c’est rappeler que rien n’existe en dehors d’une activité humaine: les objets ne sont pas indépendants des activités. Alors, avec les communs, on pourra avoir une activité de gouvernement et non de gestion, c’est une manière de redonner de la valeur au gouvernement (contre la gouvernance et la gestion). Et Pierre Dardot de finir sur cette sentence:

Les communs appellent l’auto-gouvernement des communs

Après cette heure de présentation, dense, riche et parfois abstraite, la parole est à la salle et aux réactions du public, nombreuses, polémiques parfois, mais toujours dans une atmosphère d’échanges et de réflexion commune, précisément, sur ce que nous, citoyens européens, voulons et pouvons faire de l’Europe.

DSC_4621 DSC_4620


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.