Journée d’études “Lire Proust, écrire la vie. Leggere Proust, scrivere la vita” – Università Cattolica del Sacro Cuore, Brescia 28 mars 2023.

Compte rendu réalisé par Carlotta Contrini, Università Cattolica – Université de Lausanne

Dans la prestigieuse sala della Gloria de l’Università Cattolica de Brescia, afin de clôturer d’une façon idéale l’année du centenaire de l’écrivain (1922-2022), Davide Vago a réuni cinq spécialistes et passionnés de l’œuvre de Marcel Proust autour d’une question : que peut la Recherche dans notre vie ?  Continuer la lecture

Mois de la francophonie 2023 : rencontre avec Sylvain Lemay – Alliance française de Gênes

Compte rendu réalisé par Matilde Giglione (Master 1 Lingue e Lettere moderne – Università degli Studi di Genova), édité par Louis Nagot.

Le mardi 7 mars 2023, dans le cadre du mois de la francophonie et en partenariat avec l’Università degli studi di Genova, l’Alliance Française de Gênes a eu le plaisir d’accueillir Sylvain Lemay, professeur à l’EMI (École Multidisciplinaire de l’Image) de l’Université du Québec, ainsi qu’écrivain et scénariste de bande dessinée (Pour en finir avec novembre, Rouge avril).

Pour en finir avec novembre – Sylvain Lemay et André Saint-Georges

Après un mot d’accueil du président de l’Alliance française et consul honoraire à Gênes Luc Pénaud, la professeure Anna Giaufret (Università degli studi di Genova), a rappelé en guise d’introduction combien la bande dessinée au Québec se trouvait au carrefour d’influences et de traditions, franco-belge d’une part, américaine de l’autre. 

« Comment on écrit une BD sur l’histoire du Québec ? ». Telle est la première question posée par Sylvain Lemay, puisque sa BD Pour en finir avec novembre porte sur la crise d’octobre 1970 au Québec. Après une introduction historique sur la “découverte” du Canada par les Européens, Sylvain Lemay a rappelé que le Canada est un pays fortement multiculturel, où le monde anglophone et le monde francophone se mêlent. En automne 1970, le Front de Libération du Québec (FLQ), un mouvement indépendantiste militant, a déclenché une série d’attentats terroristes, afin de revendiquer l’indépendance du Québec du Canada anglophone. Ces événements, qui ont culminé avec l’enlèvement et l’assassinat du ministre Pierre Laporte, ont été particulièrement marquants dans l’histoire du pays. Anna Giaufret a avancé un parallèle, en Italie, avec la crise du G8 de Gênes, ou bien l’assassinat d’Aldo Moro – en particulier, l’oubli de ces événements par les générations successives. 

Dans la deuxième partie de la conférence, Sylvain Lemay a exposé de façon très concrète les techniques et la méthode de scénarisation lors de la réalisation d’une BD, en présentant les éléments fondamentaux à prendre en compte. Les personnages en sont le point de départ. La tâche du scénariste consiste à imaginer leur histoire, leur caractère, d’une manière beaucoup plus approfondie qu’il ne le révélera aux lecteurs. Deuxièmement, il faut développer le synopsis, ou déroulement narratif. A cet égard, il est nécessaire de rédiger les différentes scènes, qui, dans la BD de Sylvain Lemay, suivent un fil rouge plutôt linéaire. Ensuite, le scénariste rentre dans la phase de la construction, à savoir de la structuration des éléments recueillis jusqu’à ce stade. Ce premier travail de préparation est suivi par d’autres étapes, en aller-retour avec le dessinateur : l’intégration des dialogues, qui permettent de construire les personnages et l’histoire ; le découpage des scènes ; les crayonnées ; l’encrage et, enfin, la colorisation. Un autre aspect remarquable est l’effet de réel : dans sa bande dessinée il y a très peu de lieux, mais ils sont authentiques. Par exemple, il y a des cafés et des bars qui existent vraiment et qui attribuent à la BD un caractère similaire à celui des films au cinéma ou des séries télévisées. Un autre exemple est la représentation d’un moment-phare de l’histoire du pays : la lecture des revendications du FLQ lors du journal télévisé.

Après l’exposé de Sylvain Lemay, la parole est passée au public. Grâce aux questions des auditeurs, on a pu approfondir certains thèmes, comme la question de la gestion du suspense dans la construction de l’intrigue. Comme dans un livre policier ou une série télévisée, la BD requiert un peu de mystère, il importe donc de savoir doser l’information : la conclusion représente un passage particulièrement délicat. Sylvain Lemay a également partagé des détails sur ses techniques d’écriture: il dit trouver l’inspiration surtout en marchant, et c’est en se promenant, que les dialogues lui viennent à l’esprit. A propos du dosage des informations, une autre question intéressante a concerné la proportion entre l’insertion des informations “brutes” nécessaires à la compréhension de l’intrigue et celles, moins nécessaires, qui les encadrent. En ce sens, Sylvain Lemay a précisé que chaque scène correspond à une idée qui apporte des informations pour construire la suite des événements. Il s’agit donc d’un mélange d’éléments fondamentaux et d’autres secondaires, mais qui permettent quand même de développer la narration et de construire les personnages. En cette journée dédiée à la francophonie, enfin, la question de la langue a été abordée : expressions québécoises, tournures de phrases, références… En particulier dans le registre oral (“pour sacrer”), Sylvain Lemay, bien sûr, a fait le choix de privilégier un lexique québécois, en excluant certains termes sonnant trop “hexagonaux”. 

Sylvain Lemay et Anna Giaufret

Pour conclure, le dialogue avec Sylvain Lemay a permis de sensibiliser le public à la passionnante histoire québécoise et à la variété de français parlée au Québec. En outre, il a fourni des aperçus stimulants et concrets sur la réalisation d’une bande-dessinée et ses défis.  

 

Journée d’étude Cassini junior : “Nouvelles mobilités et migrations trans-méditerranéennes. Un dialogue italo-français sur les mouvements en Méditerranée”. Padoue, 4-5 novembre 2022

Compte rendu réalisé par Andrea Calabretta (doctorant en Sciences sociales à l’Université de Padoue, lauréat de l’appel à projets Cassini junior 2022), édité par Louis Nagot.

L’appel à projets Cassini vise à permettre aux doctorants et aux chercheurs des universités italiennes de créer ou de développer des relations scientifiques avec les institutions universitaires et de recherche françaises. Décliné en deux volets – Junior pour les doctorants, Senior pour les chercheurs – il prévoit l’attribution d’un financement pour l’organisation d’un événement scientifique en lien avec les aires culturelles françaises et italiennes

Préambule

Le colloque Nouvelles mobilités et migrations trans-méditerranéennes. Un dialogue italo-français sur les mouvements en Méditerranée a été conçue avec l’objectif de renouer les traditions disciplinaires des études migratoires françaises et italiennes. Études qui, bien que montrant de nombreux points de contact, ont parcouru des chemins disciplinaires bien spécifiques. En particulier, l’approche française de la migration circulaire (Ma Mung et al. 1998), anticipant en partie la perspective transnationale (Potot 2018), a ouvert des pistes de recherche fructueuses pour comprendre comment les migrants vivent dans un double territoire (Tarrius 1993) en essayant de pallier la double absence de la migration (Sayad 1999). En revanche, les études sur les migrations en Italie, qui n’ont commencé à traiter des migrations internationales que depuis les années 1980 (Sacchetto 2013), bénéficient néanmoins des outils analytiques et des acquis des études antérieures sur les migrations internes et sur les processus d’intégration transrégionaux (Eve 2011). 

Bien qu’elles enquêtent sur des phénomènes migratoires différents par ancienneté et consistance, les études migratoires italiennes et françaises se caractérisent, comme évoqué, par de nombreux points de contact, tant sous la forme de comparaisons (Caponio, Schmoll 2011), que par le partage de certains objets d’étude comme les « villes transnationales » de la Méditerranée telles que Naples et Marseille (Peraldi 1999; Schmoll 2003; Miranda 2007; Boubakri, Mazzella 2011; Dines 2016). Toutefois, la principale dimension commune aux études italiennes et françaises semble le rapport privilégié avec la rive sud de la Méditerranée, contrepartie naturelle de l’échange entre mobilités. 

Objectifs du colloque

Reprendre le fil de la discussion entre les études sur les migrations en France et en Italie semble nécessaire aujourd’hui.  En effet, d’autres stratifications semblent s’accumuler dans un espace méditerranéen déjà dense, créées par des phénomènes aux ampleurs imprévues (comme celui des réfugiés) et au caractère inédit (comme celui des « retours » des deuxièmes générations dans les pays de leurs parents : Deneuil 2019). En même temps, la rive sud de la Méditerranée centrale, à laquelle l’Italie et la France sont liées par des réseaux humains, des échanges matériels et des histoires communes, reste caractérisée par l’instabilité politique et la fragilité économique, capables de relancer de nouveaux parcours de mobilité.

Le colloque Nouvelles mobilités et migrations trans-méditerranéennes. Un dialogue italo-français sur les mouvements en Méditerranée a été donc construit comme un atelier de dialogue entre des traditions disciplinaires différentes, mais interconnectées, dans le but de saisir, à partir des expériences passées, les nouveaux développements et les marges de collaboration entre les études sur les migrations françaises et italiennes. À cette fin, le colloque a été organisé sur deux journées d’étude visant à faire dialoguer des importants spécialistes italiens et français ayant mené des recherches dans cette « Méditerranée qui se raconte et se revit encore sans cesse » (Braudel 2016 [1985] : 7).

Organisation du colloque

Le colloque a été organisé d’une façon cohérente avec la réalisation des objectifs initiaux. En particulier, dans le but de permettre une discussion approfondie et fertile entre les participants et ainsi de supporter la construction d’échanges scientifiques solides, la décision a été prise de réunir un petit nombre de participants qui ont néanmoins bénéficié de plus de temps pour développer leurs interventions et pour participer au débat qui s’en est suivi. Au modèle des larges colloque avec des interventions et des débats rapides et éphémères, nous avons donc préféré un colloque sur le modèle d’un symposium restreint qui privilégierait les approfondissements et les échanges.

Cohérente avec cette construction du colloque a été aussi le choix relatif aux intervenants. En fait, les quatre principaux orateurs ont en commun d’avoir mené d’importantes recherches de terrain dans les années passées – souvent dans l’espace méditerranée – ainsi que d’être désormais reconnus en tant que théoriciens, participant au débat national et international sur les études migratoires. 

Le dernier choix a été pris dans le but de construire un débat et un échange approfondi entre les intervenants a été celui de la langue. Bien que la décision de mener les travaux du colloque entièrement en français ait affecté négativement la taille du public local présent, d’un autre côté cela a permis à tous les orateurs – même italiens – de s’exprimer plus aisément qu’en anglais, avec des retombées positives en termes d’approfondissement théorique de la discussion. 

Le colloque, ainsi construit, a été promu par différents canaux : affichage dans le département de sociologie de Padoue et sur le site web du groupe de recherche impliqué, envoi du programme à des listes de diffusion internationales et nationales d’experts en migration, et enfin diffusion à des associations d’experts. Le choix de la langue française a permis d’impliquer notamment les associations francophones (par exemple l’AISL).

Déroulement du colloque – première journée

Le colloque a eu lieu dans la salle de séminaires du département FISPPA – section Sociologie – de l’Université de Padoue. Un discours d’introduction et des salutations institutionnelles ont été prononcés par le professeur Renzo Guolo, coordinateur du groupe de recherche Hermes qui a promu l’événement.    

Sous la modération du professeur Vincenzo Romania, membre du comité organisateur du colloque, la première journée du colloque, intitulée Nouvelles mobilités et espaces de passage en Europe, s’est officiellement ouverte. La professeure Swanie Potot, de l’université de Nice, directrice de l’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS) a présenté le travail de recherche : De la Méditerranée à l’Europe de l’est, les migrants comme « arme hybride ». Retour sur l’instrumentalisation de la question migratoire. La présentation de la professeure Potot est partie d’un travail de recherche en cours à la frontière entre Pologne et Biélorussie pour montrer affinités et divergences avec la gestion des frontières méditerranéennes, tant celles maritimes que celles intra-européennes. En fait, la professeure Potot a longtemps travaillé sur l’espace de frontière italo-français, souvent cité dans cette tentative de relier ces différentes (mais pas tellement) expériences. 

Les thèmes de la politisation de la gestion des frontières et de la migration en générale ont été repris par le professeur Stefano Allievi, deuxième intervenant de l’après-midi. Le professeur Allievi est reconnu en Italie comme un des majeurs experts en matière d’Islam en Europe et, à partir de cet intérêt, il a développé toute une carrière consacré à la compréhension des process sociaux de construction de l’altérité, notamment affectant les immigrés. Il a développé son intervention, intitulée Immigration, émigration, migrations internes en Italie. Une nouvelle circularité globale, autour de la remise en cause des représentations sociales du phénomène migratoire, en utilisant des données relatives à la magnitude des départs et des arrivées en Italie, qui ont davantage montré la construction politique des enjeux migratoires et de leurs supposées problématiques. L’accent est ensuite passé de l’immigration à l’émigration et à ses caractéristiques sociales intra-européennes, mobilisant à cette fin le débat théorique développé à la lisière entre les études sur la migration et la mobilité. 

La première journée du colloque s’est terminée par un long débat entre les deux intervenants et le reste du public sur le thème des représentations sociales du phénomène migratoire et des acteurs y impliqués, notamment les acteurs de l’humanitaire. 

Déroulement du colloque – deuxième journée

La deuxième journée, sous le titre Migrations trans-méditerranéennes : les transformations en place, a été coordonnée par Andrea Calabretta, doctorant en Sciences Sociales à l’université de Padoue et membre du comité organisateur du colloque. La première intervention a été celle du professeur Khalid Mohammed Rhazzali de l’université de Padoue, qui a présenté les résultats préliminaires du projet Erasmus Arriver en Europe, partir d’Europe trajectoires marocaines et turques, développé en collaboration – entre autres – avec l’Institut de Recherche pour le Développement. Cette première présentation a ainsi permis de faire le point sur certaines des caractéristiques de la mobilité des jeunes à travers la Méditerranée, de la rive sud à la rive nord, et au sein de l’espace européen.

La professeure Sylvie Mazzella, directrice de l’institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMUM) au sein de l’université d’Aix-Marseille, a ensuite présenté un Bilan des études sociologiques depuis trente ans et nouvelles perspectives de recherche italo-françaises. Dans son allocution, la professeure Mazzella a parcouru les principaux axes de la recherche sur les migrations en Méditerranée et ses majeures développements tant d’un point de vue théorique que de la recherche sur le terrain. En mélangeant au discours sociologique des repères géographiques, la professeure Mazzella a poursuivi son intervention en mettant en évidence les parallèles et les différences entre la recherche italienne et française et en indiquant certains points de contact à partir desquels d’autres chevauchements futurs peuvent être imaginés. 

Dernier présentation de la journée et du colloque, intitulé Réfugiés et solidai res : le champ de bataille de l’accueil des demandeurs d’asile en Italie, a été celle de Maurizio Ambrosini, professeur à l’université de Milan et directeur de la revue Mondi Migranti, spécialisée dans le domaine migratoire. Le professeur Ambrosini a fait le point sur un nouveau champ de recherche au sein des études sur les migrations méditerranéennes, celui des refugee and border studies, qui a fait de la frontière franco-italienne un terrain de recherche privilégié. Se référant aux réflexions de la journée précédente, il est revenu sur le thème de la construction sociale du phénomène migratoire et a ensuite présenté une analyse détaillée des différents acteurs impliqués dans la gestion des nouveaux flux arrivant en Italie et des représentations mobilisées par ceux-ci. 

Suite à ces présentations, une long débat s’est ouvert parmi public et orateurs avec, par objet, tant les élaborations théoriques et analytiques des deux traditions nationales, présentées par la professeure Mazzella, que les dynamiques engendré par les changements du phénomène migratoire en Méditerranée, avec une attention portée au phénomène des réfugiés. 

Résultats du colloque 

Comme prévu, le temps à disposition, tant pendant le colloque que lors des moments de convivialité qui ont suivi, a permis aux participants de développer des échanges théoriques approfondis mais aussi de présenter aux autres collègues présents leurs projets en cours et ceux en gestation. En ce sens, le colloque semble avoir pleinement atteint ses objectifs. D’une part, il a en effet permis de renouer les fils du débat sociologique italo-français sur le thème de la migration et des mouvements en Méditerranée. D’autre part, il a été l’occasion de créer – ou de rétablir – des relations personnelles et professionnelles capables de soutenir de nouveaux partenariats transfrontaliers et, finalement, de pérenniser cet échange. 

En vue justement d’une consolidation des relations construites pendant l’événement, il est envisagé de procéder à la publication des actes du colloque. La parution de cet ouvrage permettra non seulement d’incarner les résultats du colloque dans un produit éditorial, mais aussi de pérenniser la collaboration entre les auteurs, en créant de nouvelles opportunités de rencontres.



Journée d’étude « Populisme » et discours populistes dans les médias : approches discursives (Università degli Studi di Genova, 22 avril 2022)

Comité d’organisation : Nora Gattiglia, Anna Giaufret, Micaela Rossi et Stefano Vicari.

Compte rendu réalisé par les étudiant-es de Master 1 (Lingua francese I 37/38 LM) de l’Università degli Studi di Genova, édité par Louis Nagot.

Julien Longhi (CY Cergy Paris Université) : «”Le populisme est le cri de survie des peuples européens qui ne veulent pas mourir” : retournements argumentatifs de “populisme” chez E. Zemmour et polémiques métadiscursives »

Julien Longhi est professeur de Sciences du langage à Cergy Paris Université. Spécialiste de l’analyse du discours politique et médiatique et de linguistique appliquée aux contextes risque/sécurité, il est co-fondateur et directeur du Réseau de Recherche sur les Discours Institutionnels et Politiques (R2DIP). Il est l’auteur de plusieurs publications sur la sémantique discursive, et coopère beaucoup avec l’Université de Gênes. 

Sa communication a pour thème les discours médiatiques d’Éric Zemmour. Ce dernier, qui a été journaliste pour Le Figaro, se présente comme un représentant du peuple : « je suis dans le camp des populistes, sans hésitation ! Le populisme est aujourd’hui le cri de survie des peuples européens qui ne veulent pas mourir. Ce n’est pas du tout de la démagogie, comme les élites veulent nous faire croire ».

Ses discours médiatiques présentent souvent trois caractéristiques : l’opposition entre l’élite et le peuple, le “suicide français” (selon Éric Zemmour, la perte des valeurs françaises et la déchéance de la France), et la haine envers le progressisme.

Pendant sa communication, Julien Longhi s’est beaucoup concentré sur les discours d’Éric Zemmour contre le progressisme. Ces derniers sont marqués par les récurrences des termes “pouvoir”, “parole” et “voix”. Son alternative au progressisme consiste donc à rendre la parole et le pouvoir au peuple – qui lui auraient été retirés, selon lui, par les progressistes. A travers les progressistes, il s’en prend à ce qu’il définit comme une “religion du progrès” et une “extermination de l’homme blanc hétéro”.

Julien Longhi a terminé sa communication en montrant les paradoxes du succès d’Éric Zemmour, lié selon lui à un travail de sape médiatique mené depuis plusieurs années (notamment au Figaro ou sur CNews) qui l’a rendu progressivement identifiable, puis reconnaissable, et enfin enviable auprès d’un public rural et populaire dont, sociologiquement, il est très éloigné.

Alessia Rebecchi et Chiara Masieri

 

Silvia Modena (Università di Modena) : « La mobilisation de l’Histoire dans le discours politique d’Eric Zemmour »

Le populisme, notion complexe, peut être défini comme une stratégie qu’un leader peut employer dans ses discours politiques, de manière à établir un rapport direct avec les citoyens. Silvia Modena s’est concentrée en particulier sur le discours politique d’Éric Zemmour : dès le début de sa carrière, quand il était journaliste politique pour Le Figaro, Éric Zemmour a employé plusieurs stratégies discursives pendant ses interventions dans les médias de masse (télévision, radio, essais et romans). Dans ce cas, on peut parler d’un “populisme médiatique” ou “télépopulisme”. 

En particulier, pendant la campagne présidentielle 2022, Éric Zemmour a justifié sa candidature devant la presse et les citoyens en ramenant systématiquement son engagement politique et sa lecture de l’histoire à sa vie personnelle, tendance que S. Modena a qualifié d’”égo-histoire”. Dans ses voeux à la presse en janvier 2022, le discours tourne au réquisitoire alors qu’il construit une opposition entre le “je” et le “vous” visant à souligner les fautes de ses anciens collègues journalistes : « je parlais et j’écrivais le français, alors que votre langue maternelle était le politiquement correct… j’étais controversé mais applaudi, alors que vous étiez méprisés ». Dans ses discours, il évoque des figures et des toponymes importants de l’Histoire française : « le pays de Jeanne d’Arc et de Louis XIV, le pays de Bonaparte… ».

Ensuite, S. Modena a introduit la thématique du national-populisme, c’est-à-dire un appel politique et personnel direct au peuple entier et “authentique”. Ce type de populisme est parfois dans les discours de Zemmour un appel à la discrimination des individus à cause de leurs origines ethiques ou culturelles. Par exemple, il y a eu une controverse sur la lutte féministe : d’un côté, Zemmour a critiqué le mouvement des femmes dans son essai Le premier sexe ; d’un autre côté, dans ses discours pendant sa campagne électorale, il a glorifié la “femme française” – stéréotype prolongeant le discours mysogine de ses livres.

Chiara Pirlo et Sara Bianchi

 

Lorella Sini (Università di Pisa) : « Quand les discours populistes s’en prennent au politiquement correct »

Lorella Sini (professeure associée de langue française à l’Université de Pise) a ouvert sa communication sur une citation qui rapprochait langage totalitaire et langage populiste de droite, issue des travaux du célèbre philologue allemand Klemperer, connu pour avoir analysé la langue du troisième Reich. Lorella Sini a ensuite continué en évoquant le “politiquement correct” et la complexité de cette notion. En termes de corpus, la chercheuse a décidé d’analyser une phrase-choc (ou : raciste) de Nadine Morano, exprimée en 2015 et qui s’est retrouvée au coeur de la polémique : “Nous sommes un pays judéo-chrétien – le général de Gaulle le disait – de race blanche, qui accueille des personnes étrangères”.

Ce que présuppose Nadine Morano ici, est qu’il existe des races, et que la perception visuelle brute serait suffisante pour le démontrer (on “voit” des couleurs de peau). C’est une tactique bien connue des partis d’extrême droite. On fait appel à la perception, souvent la vue ; Zemmour se présente par exemple comme le “parti de la vérité”. Pour ces polémistes, lutter contre le “politiquement correct” reviendrait à lutter contre la censure. Les discours populistes se servent de la polarisation en opposant puissance virile / soumission, élite / peuple – générant une sorte d’anti-intellectualisme contre les “sachants”. Parmi les caractéristiques du discours populiste, on note : goût pour les formules-choc (dites “punchlines”), virilisme (en opposition avec une attitude timorée jugée féminine), nationalisme et xénophobie… De plus, l’orateur va avoir tendance à présenter la culture et les circonvolutions intellectuelles comme suspectes et à parler comme les “vrais gens”, quitte à injurier. 

Enfin, Lorella Sini termine son discours en évoquant Umberto Eco et son ouvrage Il Fascismo eterno, selon lequel il n’y a pas un seul fascime, mais plusieurs : elle fait le parallèle avec le populisme. En effet, il y a un populisme à la Zemmour, à la Le Pen, tout comme il y a un populisme de gauche. Ils ont des caractéristiques différentes mais reposent tous sur une stratégie similaire : celle de toucher le peuple.

La présentation de Lorella Sini, concise, étayée d’exemples concrets et pertinents, a été bien menée car elle a su capter l’attention du public. De plus, elle nous a permis de discuter de l’importance du langage pour influencer son audience, notamment lors du discours politique. Le choix des mots ont une importance capitale car ils toucheront le public différemment selon la classe sociale de chacun. Pour les polémistes, s’attaquer au “politiquement correct”, c’est remettre en cause ce qui est établi comme moral et accepté, c’est s’opposer au gouvernement et aux mœurs actuelles. C’est avec ce genre de discours que les partis extrémistes réussissent à gagner en popularité. 

Manon Thielin

 

Carine Duteil (Université de Limoges) : « Le populisme vert » : le climat en débat ?

Carine Duteil est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communucation, rattachée au CeReS (Centre de recherches sémiotiques) de l’Université de Limoges. Le but principal de son travail est d’interroger le lien entre populisme et écologie. À cette fin, elle a articulé sa communication autour de trois questions : comment les thématiques de l’environnement et du changement climatique sont traitées ; avec quelle fréquence sont-elles convoquées dans le discours politique ; quels sont l’axiologie (l’ensemble des valeurs associées) et les motifs narratifs (l’histoire racontée) qui y sont liés. Le corpus analysé comprend discours officiels, discours de meeting, publications sur les réseaux sociaux, tracts, et professions de foi en vue de la campagne présidentielle et des législatives de 2022.  

Dans la première partie, elle a examiné les théories du complot et le climato-scepticisme. L’auteure a soutenu que les théories du complot naissent d’une volonté de connaître la vérité et exploitent une faiblesse cognitive propre à l’être humain : face à des problèmes apparemment incompréhensibles, on sent le besoin de trouver des réponses, même si cela signifie ignorer une partie de la réalité. Quoi qu’elles soient souvent utilisées pour orienter l’opinion publique vers une version biaisée de la réalité, Carine Duteil a affirmé qu’elles sont parfois un instrument utile. Selon elle, elles permettraient de remettre en cause le consensus établi et d’exercer son esprit critique. Cependant, elle a conclu cette parenthèse à propos des théories du complot par un appel à la prudence. De fait, un emploi constant des théories du complot mène à des conclusions hâtives et trompeuses.

Carine Duteil a continué avec le terme “climato-scepticisme”. Le mot, entré dans la langue courante en 2007, désigne ceux qui perçoivent la politique écologique comme “punitive” ou “totalitaire”. Le terme renvoie à un type de discours populiste qui se sert d’arguments scientifiques hors contexte, et même de contre-vérités. Marine Le Pen, par exemple, a contesté l’origine humaine du réchauffement climatique ou, encore, a crié au “catastrophisme écologique” qui, selon elle, viserait à “faire accepter une hausse du nombre des réfugiés climatiques”. A ce propos, le Rassemblement National redoute plus une hypothétique perte de biodiversité humaine, conséquence supposée d’un “métissage généralisé” qui causerait la disparition des “races humaines”. 

Carine Duteil nous a soumis un sujet très intéressant et actuel. Toutefois, le temps ne lui a pas permis de traiter la deuxième partie, qui aurait dû se focaliser sur ce qu’elle a appelé les “discours verts”, avec la profondeur qu’elle aurait mérité : elle n’a pu que faire remarquer comment les mots liés à l’écologie entraient dans les discours politiques, même si souvent on a du mal à les traduire en action concrète.

 Ilaria Rebora et Pamela Pierro

 

Chiara Molinari (Università Statale di Milano) « Le “populisme” au Québec : définitions lexicographiques et discursives »

Chiara Molinari est professeure à l’Université de Milan. Elle travaille sur l’analyse du discours dans l’espace francophone. Sa communication part de la définition de Taguieff, du populisme comme « style politique qui en appelle au peuple », et cherche à cerner les contours définitionnels du populisme québécois. La chercheuse annonce son objectif de départ : donner une définition du mot populisme. Elle explique qu’il n’y a pas de définition précise du mot, et qu’il s’agit souvent d’un terme mésusé par la presse.
Elle s’appuie sur un corpus constitué d’éditoriaux et d’articles tirés principalement de la presse française et québécoise. Premièrement, elle conduit une analyse lexicographique des données, qui montrent une connotation toujours négative du mot “populisme”. L’Académie française et Wiktionnaire le définissent comme « attitude, comportement d’un homme ou d’un parti politique qui, contre les élites dirigeantes, se pose en défenseur d’un peuple et en porte-paroles ses aspirations, avançant des idées le plus souvent simplistes et démagogiques ». Elle poursuit son parcours d’analyse en décrivant les mots associés au terme populisme, positifs (“bon”, “soft“, “agréable”), ou négatifs (“immoral”).
Enfin, elle propose elle-même une définition “soft” du terme populisme, dans la presse québécoise, comme : « processus qui ne remet pas en question les institutions, mais appelle à leur refondation. » Les résultats de la recherche montrent donc une évolution entre connotation négative du terme populisme, et effacement progressif de ce trait au fil de sa banalisation dans le discours médiatique.

Giada monteforte

 

Francesco Attruia (Università di Pisa) : « “Una presidente donna… in gamba”. La mise au ban des femmes lors de l’élection du Président de la République en Italie »

L’objet de l’intervention de Francesco Attruia a été de délivrer une analyse argumentative et discursive des propos populistes des partis politiques italiens, à l’occasion de l’élection du nouveau président de la République. L’objectif de cette étude est d’établir comment et à quel point les partis dits “populistes”, notamment La Ligue de Matteo Salvini, le M5S de Beppe Grillo ou encore Italia Viva de Matteo Renzi, exploitent l’image des femmes à des fins politiques et électorales.

Il explique que ces formations politiques ont pour ambition d’être les premiers à faire élire une femme en tant que présidente de la République, non pour féminiser la classe politique mais pour s’en approprier le mérite. Il prend l’exemple de l’élection présidentielle de janvier 2022, au cours de laquelle sont remontés deux noms de femme, Maria Casellati (Présidente du Sénat) et Elisabetta Belloni (Directrice du Département des informations pour la sécurité). Il cite alors Matteo Salvini qui à cette occasion a déclaré qu’il souhaitait faire élire une femme compétente (“una presidente donna… in gamba”, d’où le titre choisi pour sa communication), peu importe de qui il s’agissait. Son analyse se base sur l’étude d’un corpus de 198 articles parus dans la presse italienne pendant la semaine des élections. Ce qui en résulte est la rudesse du traitement réservé à ces deux personnalités féminines, non seulement de la part de leurs homologues masculins mais aussi des journalistes. Dans le cas de Belloni, on ne conteste pas ses compétences en matière de sécurité, mais on doute de sa capacité à briser le “plafond de verre”. Pour ce qui est de Casellati, les critiques sont bien plus acerbes, et de multiples métaphores lui ont été associées, essentiellement venant du champ sémantique du féminicide : “décapitée”, “torpillée”, “passée à la moulinette”, etc. 

En conclusion, Francesco Attruia estime qu’en Italie, la femme est généralement utilisée comme instrument de propagande, une interlocutrice dont on parle mais à qui on ne donne pas la parole.  

Peter Hauwel et Claudia Franzo’

 

Nora Gattiglia (Università di Genova) : « Représentations du “peuple” sur Twitter par les candidats aux présidentielles françaises 2022 »

Nora Gattiglia est post-doctorante au département de Langues et Cultures Modernes de l’Université de Gênes. Le titre de son intervention était « Représentations du “peuple” sur Twitter par les candidats aux élections présidentielles françaises 2022 », mais en réalité, elle s’est plutôt centrée sur la façon dont Eric Zemmour se présentait en tant que personnage sur Twitter dans le contexte des élections. Pour cela, la chercheuse s’appuyait sur une cinquantaine de tweets publiés par Eric Zemmour entre le 30 novembre et le 11 avril et contenant le mot “peuple”. Elle remarque que le candidat se présente comme un “homme-peuple”, qu’il utilise un langage ésotérique et un discours prophétique presque messianique. Il met l’accent sur les souffrances du peuple français, qui doit être “sauvé” (sans préciser de quoi), avec un discours comprenant de nombreuses références à la mort. Le passé est réécrit pour que les défaites deviennent des victoires. Eric Zemmour se présente comme l’incarnation de l’homme-peuple viriliste, qui justifie sa dureté par la souffrance de son peuple. Il ne précise jamais qui est l’ennemi des Français, mais leur promet la victoire immédiate et un avenir radieux s’il est élu.

Juliette Barrat Giulia Balestrello

 

Stefano Vicari (Università di Genova) : conclusions de la journée

Pour terminer, Stefano Vicari, professore associato à l’université de Gênes et co-organisateur de l’événement, a pris la parole pour synthétiser les enjeux soulevés au cours de la journée. Suite au rapprochement effectué entre langage totalitaire et langage populiste, il rappelle que le populisme ne peut se développer que dans un espace démocratique et pluraliste – espace que, par définition, le totalitarisme exclut. Discours totalitaire et discours populiste, s’ils présentent donc des points communs indéniables, n’émergent pas dans les mêmes contextes : le discours populiste suppose, encore, la possibilité d’une distanciation et d’une échappatoire, tandis que le discours totalitaire est sans issue. Leurs retombées, aussi, ne sont pas comparables : on pourrait parler d’une performativité forte dans le cadre totalitaire (violence étatique, répression), et d’une performativité faible, quoique non moins problématique (discours de haine, appel à la violence), pour le populisme en démocratie. Toutes les présentations, souligne enfin Stefano Vicari, confirment l’idée que le populisme, bien plus qu’une identité politique ou qu’une idéologie, est un phénomène de communication transversal – ce qui explique qu’il soit présent, aujourd’hui, dans tous les partis politiques.

Louis Nagot et stefano vicari

Exposition “Vicoli et ruelles”(4-20 mars 2022), Palazzo Ducale, Gênes

Compte rendu réalisé par Ilaria Rebora (Lingua francese I 37/38 LM) de l’Università degli Studi di Genova, et édité par Louis Nagot.

L’exposition “Vicoli et ruelles” naît d’une idée de Anna Giaufret, professeure de langue française et autrice de Montréal dans les bulles (2021), et Elisa Bricco, professeure de littérature française à l’université de Gênes. Le projet a été développé dans le cadre d’une initiative du ministère de la Culture visant à promouvoir la BD en Italie. Le but de l’exposition est de montrer les différences et les points communs dans la représentation de l’espace urbain dans la BD québécoise et italienne. 

Continuer la lecture

Journée d’études “La città come spazio di vita / La ville comme espace de vie” (Università degli Studi di Genova, 11 mars 2022)

Compte rendu réalisé par les étudiant-es de Master 1 (Lingua francese I 37/38 LM) de l’Università degli Studi di Genova, et édité par Louis Nagot.

Introduction à la journée de la francophonie : “La ville comme espace de vie”

Le 11 mars de 2022 s’est déroulée la conférence : “La città come spazio di vita / La ville comme espace de vie”, à l’occasion de la journée de la francophonie. L’objet de la discussion, la bande dessinée, a été traité sous différentes perspectives – art, émotions, images – mais surtout comme miroir culturel. Le genre de la BD, très répandu en France et en Italie, est fondamental dans la transmission de la culture à travers l’image. Pour cette raison, le Ministre de la Culture italien et le festival de Montréal ont financé l’expositionVicoli et Ruelles, qui a eu lieu au Palazzo Ducale entre le 4 et le 20 mars 2022 (voir compte rendu séparé). Cette initiative culturelle de grande importance, qui a permis la rencontre de deux réalités différentes, est née du désir de comparer les modes de représentation de deux espaces urbains qui, malgré leurs profondes différences, présentent des points communs frappants. Les deux villes au centre de l’exposition sont Gênes et Montréal, dont les ruelles ou les vicoli deviennent de véritables métaphores de l’expérience urbaine, de l’intimité et des relations humaines. Pendant la conférence, plusieurs experts ont apporté leur contribution afin d’approfondir les aspects principaux du genre de la BD.

Giada Monteforte et Pamela Pierro 

Continuer la lecture

« Quando fu l’aere sì pien di malizia / Quand l’air était si plein de pestilence »

L’édition bilingue de la Comédie de Dante dans la Pléiade. “Dialogues du Farnèse”, 6 octobre 2021, Rome (italiano sotto).

À l’occasion de la publication de l’édition bilingue en italien et en français de la Comédie de Dante à la bibliothèque de la Pléiade, traduite par Jacqueline Risset et dirigée par Carlo Ossola, Christian Masset, l’ambassadeur de France en Italie, a accueilli le philologue, critique littéraire, professeur au collège de France et académicien des Lincei Carlo Ossola, pour une discussion avec le journaliste Tommaso Giartosio, en présence de Dario Nardella, maire de Florence.  Continuer la lecture

Caro universo vicino e lontano

Compte rendu réalisé par Giulia Balbi, Giulia Guffanti et Pamela Raffo (LM Lingue e letterature moderne per i servizi culturali, Università degli studi di Genova)

Le 3 décembre 2020, nous avons assisté à la conférence de Jean-Pierre Luminet organisée par GiovedìScienza, le Centro Scienza Onlus e l’Institut français in Italia dans le cadre du cycle “Nessun uomo è un’isola“, intitulée « Caro universo vicino e lontano » (« Cher univers, proche et lointain ») qui a pris la forme d’un entretien avec Piero Bianucci et Alberto Agliotti et de questions/réponses avec le public en ligne. La vidéo de la rencontre est disponible sur le site de la revue scientifique GiovedìScienza à l’adresse suivante : https://www.giovediscienza.it/it/appuntamenti/515-caro-universo-vicino-e-lontano

Continuer la lecture

Le nouveau visage des villes après la crise

Compte rendu réalisé par Francesca Ciaravino, Beatrice Cipriani, Victoria Filippone et Cesare Villa (LM Lingue e letterature moderne per i servizi culturali, Università degli studi di Genova)

Dans le cadre du cycle de rencontres « Nul homme n’est une île », le département d’architecture de l’Université Roma Tre, en collaboration avec l’Institut français Italia, la Villa Médicis et l’Académie de France, a organisé en décembre dernier une conférence/débat intitulée « Le nouveau visage des villes après la pandémie ». La vidéo est disponible en ligne à l’adresse suivante : https://www.institutfrancais.it/fr/node/8751.

Continuer la lecture

Le ghetto intérieur

Compte rendu d’Aurore Tirard, Lectrice d’échange à l’Université de Milan

Festival Bookcity : rencontre organisée par l’Institut Français Milano, visible en streaming sur cette page ou directement sur Youtube. Les participants de la discussion littéraires sont Santiago Amigorena, metteur en scène, scénariste et écrivain argentin de langue française, Włodek Goldkorn, écrivain et journaliste polonais de langue italienne, et Stefano Montefiori, journaliste au Corriere della Sera.

Le dernier ouvrage de Santiago Amigorena, Le ghetto intérieur (P.O.L), en italien Il ghetto interiore (Neri Pozza, traduction de Margherita Botto), a reçu de nombreuses distinctions dont le prix Goncourt des lycéens en Italie. Il se déroule à Buenos Aires en 1940 et raconte l’histoire de l’échange épistolaire entre Vicente Rosenberg, exilé en Argentine, et sa mère Gustawa restée en Pologne, dans le ghetto de Varsovie jusqu’à sa déportation à Treblinka.

Continuer la lecture

Alienazioni digitali, distopie contemporanee – Antonio Casilli al Festival della tecnologia

Galerie

Cette galerie contient 3 photos.

Recensione di Barbara Ziggiotto Domenica 10 novembre 2019, nell’ambito del Festival della tecnologia e del ciclo Mondo vivente mondo macchina. Omaggio a Leonardo” promosso dall’Istituto francese Italia, Antonio Casilli ha presentato gli ultimi risultati delle sue ricerche dedicate alle nuove … Continuer la lecture

Traitement et visualisation des données en sciences humaines. Cartographier et représenter les migrations

Journée d’étude

Lunedì 21 ottobre 2019 si è svolta al Dipartimento MEMOTEF dell’Università La Sapienza una giornata di studio intorno al come trattare e visualizzare oggi i dati nelle scienze umane. Organizzato da Catherine Wihtol de Wenden, direttrice di ricerca presso il Centre de Recherches internationales di Sciences Po Parigi e CNRS nonché specialista delle migrazioni, e Elena Ambrosetti, professoressa in demografia presso La Sapienza, l’incontro si è incentrato sull’argomento delle cartografie delle migrazioni.

Philippe Rekacewicz parlant des migrations
Continuer la lecture

Le macchine volanti di Leonardo

Compte-rendu de Fabien Coletti
Institut Universitaire de Fiesole, 28 ottobre 2019

            Conférence d’Andrea Bernardoni (Istituto e Museo  di Storia della Scienza, Florence) et Pascal Briois (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours): Le macchine volanti di Leonardo. L’ornitottero meccanico come metamorfosi dell’uomo in uccello. Organisée par Stéphane Van Damme à l’Istituto Universitario Europeo, Fiesole (Villa Salviati), dans le cadre du cycle de l’Institut français en Italie Mondo macchina e mondo vivente – Omaggio a Leonardo.

Continuer la lecture

La Vraie Vie comme volonté collective

Interview de l’écrivaine Adeline Dieudonné

Conversation menée par Alessia Testa, étudiante de l’Université La Sapienza, dans le cadre du festival romain “Libri come”.

L’adolescence, la lutte contre le déterminisme de genre, la violence faite aux femmes et la faiblesse de l’être humain, mais aussi la possibilité de réinventer le système actuel.

Continuer la lecture

Semaine de la francophonie 2019 à Gênes

L’édition 2019 de la semaine à francophonie a permis de rassembler à Gênes des écrivains, enseignants, chercheurs, étudiants, élèves et spectateurs divers autour de l’Afrique francophone, grâce à la collaboration entre le département de français de l’Université et l’Alliance française de Gênes.

Continuer la lecture