Le nouveau visage des villes après la crise

Compte rendu réalisé par Francesca Ciaravino, Beatrice Cipriani, Victoria Filippone et Cesare Villa (LM Lingue e letterature moderne per i servizi culturali, Università degli studi di Genova)

Dans le cadre du cycle de rencontres « Nul homme n’est une île », le département d’architecture de l’Université Roma Tre, en collaboration avec l’Institut français Italia, la Villa Médicis et l’Académie de France, a organisé en décembre dernier une conférence/débat intitulée « Le nouveau visage des villes après la pandémie ». La vidéo est disponible en ligne à l’adresse suivante : https://www.institutfrancais.it/fr/node/8751.

Tout d’abord, le recteur de l’Université Roma Tre, Luca Pietromarchi, ouvre la conférence en remerciant les participants à cette collaboration, et en particulier Giovanni Longobardi, directeur du département d’architecture. Le recteur insiste sur l’importance du titre choisi, «Nul homme n’est une île», qui reprend les mots du sermon de l’écrivain John Donne qui soulignait déjà les thèmes architecturaux liés à la question de la solidarité. La répartition des espaces et la gestion de la vie en commun, thèmes au centre du débat, ont été aussi objet de l’intervention du Cardinal de Bologne, Zuppi, qui a récemment mis l’accent sur le risque que la distance physique puisse impliquer une distance morale. L’urbanisme, qui s’occupe d’organiser les espaces qui réunissent – et en même temps séparent – les individus, joue un rôle fondamental, tout comme le respect des ressources environnementales dont on bénéficie.

La parole passe ensuite à l’ambassadeur de France, Christian Masset, qui déclare tout de suite que le but du débat est celui de réfléchir sur la nécessité de créer une nouvelle pensée après la crise du Covid-19. Pour cela, la coopération internationale est importante et la commission européenne s’efforce de discuter autour de plusieurs thèmes saillants. Parmi ceux-ci, la relation homme-nature et le besoin d’inclusion sociale qui naît de la nécessité de lutter contre les inégalités. Sur la question de la proximité, déjà évoquée par le recteur, il admet que « l’architecture doit trouver sa place dans le cadre des politiques publiques ; il faut imaginer l’urbanisme, l’architecture et la façon dont les sociologues, les architectes, la société civile et les jeunes générations doivent repenser les modes de vie. » En terminant son intervention, après avoir remarqué la fécondité de la collaboration entre Roma Tre et les services culturels de l’Académie de France, l’ambassadeur remercie les intervenants au débat et, notamment, Alice Grégoire et Clément Périssé, deux boursiers de la Villa Médicis.

Introduction (Annalisa Metta)

Annalisa Metta prend la parole et se félicite en premier lieu que cette rencontre soit consacrée à deux idées formidables : l’idée du futur et l’idée de ville. Il y a de nombreuses années, Aristote affirmait que la ville était une chose que les hommes avaient inventé pour gagner le bonheur. Du coup, selon cette affirmation, on devrait avoir toujours de plus en plus de bonheur. En 2020 un virus apparait et nous montre que la ville, qui est le centre du bonheur des hommes, est aussi le centre d’une série de désastres qui sont la conséquence de cette pandémie. La pandémie nous a montré que la ville est le synonyme du futur du monde, qu’elle n’est pas seulement le résultat des constructions, mais qu’elle est formée par une série de corps humains et animaux qui sont prisonniers des murs. La ville est aussi le résultat des relations qu’il y a entre les corps, des relations économiques, affectives etc.

L’architecture doit nous aider à donner une forme à notre futur : on va donc analyser dans ce débat le rôle de l’architecture dans le scénario qu’on va vivre après la crise.  Alice Grégoire et Clément Périssé, boursiers de la Villa Médicis avec leur projet « Nature une architecture en devenir », collaborent depuis 10 ans avec OMA/Rem Koolhaas sur différents projets. Giovanni Longobardi, professeur de composition architecturale et urbaine au département d’architecture de cette université,s’occupe aussi des théories de la modernité de l’architecture, des cultures de l’habitat, etc. Luca Molinari, qui se trouve en liaison vidéo depuis Milan, est professeur de Théories et conceptions architecturales à l’université de Campanie « Luigi Vanvitelli » et actuellement directeur du musée du XXe siècle, M9 à Venise. Parmi ses livres on peut évoquer Le case che siamo et Le case che saremo, abitare dopo il lockdown. Cette année 2020 va passer à la postérité comme une année historique qui a marqué de manière traumatique l’histoire de l’humanité. Les catastrophes sanitaires nous ont touchés plusieurs fois pendant l’histoire de l’humanité et chaque fois elles ont changé la forme et la structure de la ville.

Comment peut-on, par exemple, interpréter la fuite des habitants des villes lors du confinement?

Clément Périssé

Il faut d’abord se demander qui a quitté la ville : d’abord, ceux qui avaient les moyens pour le faire. Parfois il y a la possibilité de rester tandis que pour d’autres c’est une obligation. Pendant une pandémie la densité urbaine peut en outre se révéler un facteur d’anxiété.  Pour changer l’urbanisme il est important de prendre en compte la temporalité parce que, pour changer la structure et l’urbanisme d’une ville, on a besoin de réfléchir au temps. On remarque trois types de temporalités :   

1) La temporalité du virus, nous ne sommes qu’à la deuxième vague.

2) La temporalité politique et législative parce qu’il est possible de suspendre l’activité d’une ville ou d’un pays pendant des périodes très longues.

3) La temporalité technologique qui a un impact sur notre vie et commence à s’insérer dans l’architecture.

Cette collision entre l’émergence et la technologie interroge en effet les architectes. Nous devons faire attention à la façon dont nous pouvons vivre la ville. Le télétravail nous a posé des problèmes. Donc les architectes doivent trouver des solutions pour vivre ensemble à l’intérieur et dans les espaces communs dans les villes.

Annalisa Metta

 En effet, les villes et la maison sont devenues très centrales, et synonymes de protection:  « L’architecture acquiert un rôle important aujourd’hui si on se pose comme enjeux celui de créer des nouveaux espaces pour vivre ensemble et pour mieux vivre la ville ». La Professeure Annalisa Metta continue donc le débat en affirmant que, dans le cadre actuel, la ville s’avère être très fragile, tout comme nos habitations, pensées comme des lieux où nous cultivons nos idées les plus intimes. Aujourd’hui la vie publique et affective est désormais devenue digitale ; nos habitations sont donc devenues le lieu à partir duquel nous nous mettons en contact avec les autres, le lieu d’où nous nous publions et nous nous racontons. L’enjeu devient donc celui de dessiner un nouveau visage des villes en pensant aussi à un nouveau visage des habitations, à un nouveau « aspect architectural de l’intimité ». La professeure pose alors une question cruciale : où pouvons-nous nous réfugier dans notre intimité si les maisons deviennent une  scène de cette vie publique ?

Luca Molinari

Avant de répondre à la question lancée par sa collègue, le Professeur Molinari propose un petit préambule. Après la pandémie que nous sommes tous en train de vivre, explique t–il, la ville doit devenir un lieu régénérateur pour l’esprit. Il affirme à ce propos que la façon de vivre la ville, aujourd’hui, a complétement changé :  50% de la population vit aujourd’hui dans les grands centres urbains et cela a provoqué une séparation entre vie publique et vie privée. Il dessine la métaphore suivante : c’est comme si, en fermant la porte, on fermait la vie collective en entrant dans la sphère privée. Aujourd’hui cela a beaucoup changé surtout à travers l’apport de la technologie : partant, il n’y a pas non plus de séparation entre sphère privée et publique si par exemple, en se réveillant, Google nous dit « bonjour ». Cette idée de crise de la vie privée va donc de pair avec ce que nous sommes en train de vivre aujourd’hui : d’un côté nous vivons dans une condition urbaine dans laquelle la distinction entre privé et public, dedans et dehors, est en train de s’affaiblir ; de l’autre, la pandémie a fait que nous nous enfermons chez nous en restant quand même connectés avec le reste du monde de manière volontaire. Les habitations semblent changer de rôle, mais il faut se rappeler qu’elles resteront toujours des lieux personnels, intimes, protecteurs et qu’il faut donc protéger cette dimension à notre tour. 

La situation actuelle a donc mis en cause la satisfaction de nos besoins de proximité au sein de la ville ; maintenant la ville a perdu cette dimension de socialité, ne serait-ce qu’en raison des geste barrières par exemple. Les gens, paradoxalement, ont presque peur de vivre cette dimension collective à laquelle ils étaient habitués et cette crise de la collectivité met encore plus l’accent sur les inégalités sociales qui existaient déjà et qui, aujourd’hui, sont mises en évidence par les endroits dans lesquels nous sommes confinés. Il faut donc repenser un pacte social entre les gens et cela aussi en termes urbains, afin de trouver de nouveaux espaces dans lesquels vivre ensemble. C’est le défi que les experts se posent.

Giovanni Longobardi

Giovanni Longobardi repart de la métaphore du titre du cycle de débats : nul homme n’est une île. En effet, nul homme n’est une île, mais la dimension de l’île existe quand même, et avec elle la possibilité que l’homme puisse rester seul. Le problème, explique –t-il, est quand il n’existe pas d’alternative à l’île, quand on ne peut que rester seul : c’est la situation que nous sommes en train de vivre aujourd’hui.  D’après lui, toutefois, il y aurait une possibilité de sauvetage : l’archipel, c’est-à-dire le contexte actuel qui nous permet aujourd’hui de ne pas vivre tout seuls, grâce à la technologie, qui nous réunit malgré la distance physique. Cela explique encore une fois, continue le Professeur, que la vie privée et la vie publique doivent forcement coexister, comme si elles étaient les deux faces d’une même médaille. Selon cette perspective, donc, les villes et les projets doivent aller de pair avec ces deux réalités car il n’y a que cela qui amènera au bien-être collectif.

L’enjeu devient alors de créer des villes et des espaces privés où les personnes puissent se sentir à l’aise. Dans cet objectif, le rôle du corps devient alors fondamental dans la création d’une nouvelle vision architecturale : le corps lie la personne aux choses et, donc, à l’espaces et aux villes qui sont eux aussi des choses ; le corps nous fait percevoir les stimuli extérieurs et tous les êtres humains sont doués d’un corps. Le Professeur Longobardi conclue alors en expliquant que pour faire un pas vers l’égalité sociale, l’architecture moderne doit intégrer l’importance du corps dans ses projets.

Clément Périssé

La crise qu’on est en train de vivre n’est pas seulement sanitaire : il faut réorganiser la vie dans sa totalité vers le respect de l’environnement, vers une réconciliation avec la nature et vers l’écologie. Plus précisément, Clément Périssé évoque le rapport conflictuel entre homme et nature dans une recherche sur les espaces non bâtis hors de la ville qui est au cœur des visions bucoliques de la campagne. La recherche se fonde sur le but de préserver les espaces naturels. Il cite l’exemple de Douglas Tompkins, un entrepreneur américain qui a investi sa fortune dans la préservation environnementale en achetant jusqu’à 800.000 hectares de terrain pour en faire de sanctuaires naturels. Il a pu faire ça grâce à sa fortune qui représente quand-même un aspect politique et qui peut être interprété comme une sorte d’hégémonie sur la nature. En outre, il amené d’autres milliardaire à investir sur la nature, mais on doit se demander si on a envie de mettre l’avenir de la planète dans les mains des milliardaires. Ça peut être une des approches qui implique qu’il faut séparer l’activité humaine de l’activité naturelle. Dans sa recherche, il met l’accent aussi sur d’autres approches de préservation environnementale, par exemple sur la vision assez radicale qui suggère de chercher une intégration totale de la nature et de toutes ses activités avec l’activité humaine et économique, en créant une sorte d’échelle de valeur des espaces de nature en leur donnant une sorte de valeur financière selon les services qui peuvent rendre à la société.

Alice Grégoire

Quand nous étions obligés de rester à la maison, dans nos villes, d’autres formes de vie on fait leur apparition, explique Alice Grégoire. Ce phénomène a suscité l’attention de beaucoup de personnes, mais surtout, la partie la plus intéressante a été la rapidité avec laquelle les plantes et les animaux ont fait leur apparition dans les espaces urbains. Ça a été interprété comme une fertilité des villes, mais de l’autre côté cela souligne une condition de séparation qui se manifeste du moment que la nature augmente si l’homme n’est pas là.

A ce propos, Alice Grégoire présente son projet créé à Ville Médicis, pour le développement d’une architecture en devenir où la nature est un élément très présent ; c’est un enjeu actuel parce qu’on est face à un défi qui est celui de repenser le lien entre nature et architecture. Cela se fait par l’emploi d’une nouvelle grille de lecture de l’histoire de l’architecture et le projet qu’elle a imaginé s’articule sur trois échelles : l’échelle du territoire, l’échelle de l’édifice et l’échelle du détail. Au niveau de l’échelle du territoire, on visite un territoire à la recherche de matériaux bruts, et on visite aussi des sites d’exploitation avec l’objectif d’essayer de lire ces espaces naturels comme une architecture en devenir. La seconde échelle est celle de l’édifice qui implique un travail sur les bâtiments : on essaie de les sectionner pour comprendre quels sont les matériaux dont ils sont composés, d’où ils viennent, et fabriquer des cartographies pour donner une lecture de l’architecture comme géographie naturelle. La troisième échelle est celle du détail qui se produit à travers des manipulations des matériaux trouvés auparavant et par le travail sur des prototypes de petite taille, où on met en œuvre ces matériaux et cherche à questionner les mises en œuvre contemporaines de ces substances peu standardisées. Toutes ces échelles de travail seront compilées dans un ouvrage qui prendra la forme d’un manuel et donnera les outils pour voir l’architecture comme un produit de la nature.

Francesca Ciaravino, Beatrice Cipriani, Victoria Filippone et Cesare Villa (LMI, Università degli studi di Genova)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.