Caro universo vicino e lontano

Compte rendu réalisé par Giulia Balbi, Giulia Guffanti et Pamela Raffo (LM Lingue e letterature moderne per i servizi culturali, Università degli studi di Genova)

Le 3 décembre 2020, nous avons assisté à la conférence de Jean-Pierre Luminet organisée par GiovedìScienza, le Centro Scienza Onlus e l’Institut français in Italia dans le cadre du cycle “Nessun uomo è un’isola“, intitulée « Caro universo vicino e lontano » (« Cher univers, proche et lointain ») qui a pris la forme d’un entretien avec Piero Bianucci et Alberto Agliotti et de questions/réponses avec le public en ligne. La vidéo de la rencontre est disponible sur le site de la revue scientifique GiovedìScienza à l’adresse suivante : https://www.giovediscienza.it/it/appuntamenti/515-caro-universo-vicino-e-lontano

Jean-Pierre Luminet est astrophysicien (directeur de recherches au CNRS), écrivain et poète ; son dernier livre, dont il sera question lors de l’entretien, s’intitule L’écume de l’espace-temps. L’interview a abordé différents sujets, tous introduits grâce à des questions posées par les présentateurs Piero Bianucci et Alberto Agliotti, mais aussi provenant directement du public participant à la conférence à distance. Le séminaire a été organisé pour permettre le plus possible d’interaction avec le public. L’auditoire pouvait écrire ses questions sur le site pour que les présentateurs les transmettent. Ces derniers ont aussi préparé deux sondages pour interroger l’opinion des spectateurs sur les théories débattues pendant la séance.  

La rencontre commence par la référence à un fait divers : l’effondrement récent du radiotélescope Arecibo. Pendant des années, c’était le plus grand radiotélescope, jusqu’à ce qu’il soit remplacé par un autre, en Chine. Le radiotélescope d’Arecibo faisait partie d’un réseau des radiotélescopes qui, en 2019, a obtenu la première image d’un trou noir. Le travail de Luminet sur cette question a été publié dans la revue Nature dont il a fait la couverture. L’astrophysicien et son équipe ont élaboré une nouvelle théorie sur la possible structure générale de l’univers. Il a ainsi proposé le modèle de l’univers chiffonné, représenté comme un dodécaèdre.  

Le premier sujet important de la conférence a concerné les trous noirs. Jean-Pierre Luminet a expliqué comment ils se forment, leur taille et leurs propriétés. Il avait élaboré un modèle théorique pour envisager la forme d’un trou noir, qui a été confirmé grâce à la photo publiée en 2019. Dans cette photo, le trou noir est visible grâce à la luminosité des éléments gazeux présents dans l’univers. 

Deuxièmement, il a été question du contenu de son dernier livre L’écume de l’espace-temps : dans le premier chapitre, il explique la théorie de la fusion entre la physique des particules et la cosmologie, entre l’extrêmement petit et l’extrêmement grand, c’est-à-dire l’astrophysique. Par exemple, grâce aux études du CERN sur la collision des particules, on a réussi à reconstruire l’univers primordial. Pour le titre de la conférence, les organisateurs se sont en fait inspirés de cet argument. La découverte des micro-trous noirs primordiaux a ranimé le débat sur la matière noire. Luminet a réaffirmé la différence entre les trous noirs et la matière noire, qui compose la majorité de l’univers.

Troisièmement, l’échange a porté sur les différentes théories cosmologiques proposées au cours des années. En particulier, on a beaucoup discuté, entre astrophysiciens, de la nécessité de réviser ou pas la théorie du Big Bang. Luminet soutient que ce n’est pas nécessaire. Les bases de ce modèle, comme il avait été proposé dans les années 1930, sont toujours valides. Il n’y a pas besoin de réviser l’entière théorie, mais d’utiliser la gravité quantique pour définir les détails. Un sondage proposé au public de la conférence montre que la majorité de celui-ci se fie encore du modèle du Big Bang.

Enfin, sont introduites par les intervenants les trois hypothèses sur la possible fin de l’univers, entre lesquelles il est encore impossible choisir. Luminet a en effet expliqué en détail toutes les nouvelles approches de la cosmologie et les théories qui en résultent. Il a introduit sa pensée concernant la théorie des cordes, qui prévoit la présence des particules qui flottent et celle de la gravitation quantique à boucles, en expliquant les différents modèles sur la mort de l’univers. Sa théorie préférée est la théorie de la gravitation émergente. L’astrophysicien a continué en justifiant le titre de son dernier livre qui est une référence à Paul Valéry, écrivain et philosophe français, qui a écrit : « les évènements ne sont que l’écume des choses, ce qui m’intéresse, c’est la mer. » En fait, la nouvelle théorie de la gravitation émergente veut aller “à la mer”, c’est-à-dire à l’origine.

Il a terminé la conférence en répondant à deux questions. La première regardait la fusion des trous noirs. La deuxième concernait les ondes gravitationnelles et la possibilité que l’homme les puisse employer dans la technologie. Pour le moment, cela semble impossible, mais on ne peut pas l’exclure. Par ailleurs, il a fallu presque un siècle seulement pour les analyser.

Pour conclure, notons que Jean-Pierre Luminet et les présentateurs ont insisté plusieurs fois sur l’importance de la recherche scientifique et la possibilité de nouvelles découvertes excitantes dans l’avenir.  

Giulia Balbi, Giulia Guffanti et Pamela Raffo (LM Lingue e letterature moderne per i servizi culturali, Università degli studi di Genova)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.