« Quando fu l’aere sì pien di malizia / Quand l’air était si plein de pestilence »

L’édition bilingue de la Comédie de Dante dans la Pléiade. “Dialogues du Farnèse”, 6 octobre 2021, Rome (italiano sotto).

À l’occasion de la publication de l’édition bilingue en italien et en français de la Comédie de Dante à la bibliothèque de la Pléiade, traduite par Jacqueline Risset et dirigée par Carlo Ossola, Christian Masset, l’ambassadeur de France en Italie, a accueilli le philologue, critique littéraire, professeur au collège de France et académicien des Lincei Carlo Ossola, pour une discussion avec le journaliste Tommaso Giartosio, en présence de Dario Nardella, maire de Florence. 

Claire Thuaudet, conseillère culturelle et directrice de l’Institut français d’Italie, a tout d’abord rappelé l’actualité brûlante de ce texte : en contexte pandémique, les mots du poète « appartiennent au présent qui est le nôtre, à l’époque de cette pestilence – et à l’espoir de notre renaissance ». Sur le plan littéraire, la traduction limpide de Jacqueline Risset « offre au lecteur français l’opportunité rare de retrouver, les mots, le sens, le goût de la langue vernaculaire dantesque ». 

Carlo Ossola et Tommaso Giartosio ont ensuite mené une discussion riche et captivante, tant sur les grandes questions de la poésie de Dante que sur les spécificités apportées par cette nouvelle traduction. Riches d’une parfaite connaissance du texte et de ses problématiques, ils citent, commentent et racontent cet éternel chef-d’œuvre, en rappelant ses échos à l’heure de la pandémie. Comment Dante affronte-t-il l’omniprésence du mal et de la souffrance ? Que nous dit-il de notre monde industriel, si l’Enfer est le lieu de tous les artifices, privé de nature ? Pourquoi les poètes qu’il mentionne se trouvent-ils tous… en Enfer ? Peut-on espérer transposer en français un auteur qui écrit lui-même : « on ne saurait traduire une langue sans en perdre l’harmonie et la douceur » ? 

La question de la langue est en effet centrale, selon Carlo Ossola, puisque celle de Dante, concrète, précise, a offert une matrice exigeante à la langue italienne. Comme Adam, que le poète rencontre au Paradis, il est celui qui fixe leur nom aux choses. Pour mieux rendre cette langue nouvelle et créative, le travail de Jacqueline Risset s’est d’abord libéré de la contrainte du vers. Mais surtout, il offre l’avantage immense de présenter les deux textes, les faisant vivre côte à côte. Une façon de préserver la spécificité de l’œuvre, ancrée dans son époque, son contexte et sa langue, tout en l’ouvrant à la dimension universelle qui est la sienne. Ce que rappelle Carlo Ossola quand il fait de Dante « le premier de tous les humanistes, avec sa soif de voir, d’apprendre, de comprendre. Nouvel Ulysse, Dante est un esprit toujours en mouvement. »

Au terme de ce passionnant voyage dans la Comédie, accompagné de ces deux fins connaisseurs, Dario Nardella, maire de Florence, a finalement rendu hommage à la traduction de Jacqueline Risset, faisant « refleurir le miracle de Dante ». Ainsi les soupçons du poète quant à la traduction n’ont pas, fort heureusement, découragé les traducteurs.

In occasione della pubblicazione della Divina Commedia di Dante nella collana della Pléiade (Gallimard) nella traduzione di Jacqueline Risset, a cura di Carlo Ossola, Christian Masset, Ambasciatore di Francia in Italia, ha accolto il filologo, critico letterario, professore al Collège de France e Accademico dei Lincei Carlo Ossola, per un colloquio con il giornalista Tommaso Giartosio, alla presenza di Dario Nardella, sindaco di Firenze.

Claire Thuaudet, consigliera culturale e direttrice dell’Institut français d’Italie, ha innanzitutto ricordato l’attualità di questo testo: in un contesto di pandemia, le parole del poeta “appartengono a questo presente, all’epoca de questa pestilenza, e alla speranza della nostra rinascita”. Sul piano letterario, la limpida traduzione di Jacqueline Risset “offre al lettore francese la rara opportunità di riscoprire le parole, il senso, il gusto del vernacolare dantesco”.

Carlo Ossola e Tommaso Giartosio hanno poi condotto una discussione ricca e avvincente, sia sulle grandi questioni della poesia dantesca, sia sulle specificità fornite da questa nuova traduzione. Con una perfetta conoscenza del testo e delle sue problematiche, citano, commentano e raccontano questo eterno capolavoro, ricordandone gli echi al tempo della pandemia. Come affronta Dante la pervasività del male e della sofferenza? Cosa ci dice del nostro mondo industriale, se l’inferno è il luogo di tutti gli artifici, privato della natura? Perché i poeti che cita si trovano tutti… nel’inferno? Possiamo sperare di trasporre in francese un autore che scrive: “non possiamo tradurre una lingua senza perderne l’armonia e la dolcezza”?

La questione della lingua è infatti centrale, secondo Carlo Ossola, poiché quella di Dante, concreta, precisa, offriva alla lingua italiana una matrice esigente. Come Adamo, che il poeta incontra in Paradiso, è lui che fissa il loro nome sulle cose. Per rendere meglio questo linguaggio nuovo e creativo, il lavoro di Jacqueline Risset si è prima liberato dal vincolo del verso. Ma soprattutto, questa edizione offre l’immenso vantaggio di presentare i due testi, facendoli vivere fianco a fianco. Un modo per preservare la specificità dell’opera, ancorata al suo tempo, al suo contesto e al suo linguaggio, aprendola alla dimensione universale che è sua. Quello che ricorda Carlo Ossola quando fa di Dante “il primo di tutti gli umanisti, con la sua sete di vedere, di imparare, di capire. Come un nuovo Ulisse, Dante è uno spirito sempre in movimento.”

Al termine di questo affascinante viaggio nella Commedia, accompagnato da questi due raffinati intenditori, Dario Nardella, sindaco di Firenze, ha finalmente reso omaggio alla traduzione di Jacqueline Risset, facendo rifiorire “il miracolo di Dante”. Fortunatamente, i sospetti del poeta sulla traduzione non scoraggiarono i traduttori.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.