Journée d’études “La città come spazio di vita / La ville comme espace de vie” (Università degli Studi di Genova, 11 mars 2022)

Compte rendu réalisé par les étudiant-es de Master 1 (Lingua francese I 37/38 LM) de l’Università degli Studi di Genova, et édité par Louis Nagot.

Introduction à la journée de la francophonie : “La ville comme espace de vie”

Le 11 mars de 2022 s’est déroulée la conférence : “La città come spazio di vita / La ville comme espace de vie”, à l’occasion de la journée de la francophonie. L’objet de la discussion, la bande dessinée, a été traité sous différentes perspectives – art, émotions, images – mais surtout comme miroir culturel. Le genre de la BD, très répandu en France et en Italie, est fondamental dans la transmission de la culture à travers l’image. Pour cette raison, le Ministre de la Culture italien et le festival de Montréal ont financé l’expositionVicoli et Ruelles, qui a eu lieu au Palazzo Ducale entre le 4 et le 20 mars 2022 (voir compte rendu séparé). Cette initiative culturelle de grande importance, qui a permis la rencontre de deux réalités différentes, est née du désir de comparer les modes de représentation de deux espaces urbains qui, malgré leurs profondes différences, présentent des points communs frappants. Les deux villes au centre de l’exposition sont Gênes et Montréal, dont les ruelles ou les vicoli deviennent de véritables métaphores de l’expérience urbaine, de l’intimité et des relations humaines. Pendant la conférence, plusieurs experts ont apporté leur contribution afin d’approfondir les aspects principaux du genre de la BD.

Giada Monteforte et Pamela Pierro 


Alberto Sebastiani – “La Milano nera di Scerbanenco e Bacilieri.
Dalla lingua della letteratura al linguaggio del fumetto

Le linguiste italien Alberto Sebastiani, spécialiste de BD, chercheur et professeur à l’Université de Bologne, a présenté une communication basée l’ouvrage du bédéiste italien Paolo Bacilieri, une adaptation graphique du roman Venere Privata de Giorgio Scerbanenco. La présentation de Sebastiani a été concise, d’une heure, claire et cohérente. Le professeur de Bologne a suivi le fil rouge de l’histoire de Scerbanenco, dans une analyse comparée avec les images du bédéiste, projetées simultanément.

Roman et BD nous présentent une “métanopole”, une “ville noire” : ce sont les années du boom économique, des grands travaux publics, du smog et de la prostitution. C’est dans ce sombre contexte qu’est assassinée Alberta, une prostituée de la ville. Le riche entrepreneur Davide Auseri, qui a eu la “chance” de la rencontrer juste avant le crime, se trouve par hasard impliqué dans l’affaire.

Sebastiani revient ensuite plus précisément sur le thème de l’espace urbain. Comme la BD et le roman le montrent, Milan est la ville invivable de la chaleur, du bruit, du travail, de la saleté et l’endroit où le corps d’Alberta repose. Milan est la mort, représentée par une vie fatigante et écrasante. Ce sont donc les lieux de Milan, chaotiques, presque asphyxiants, qui fournissent aux lecteurs une allégorie sur le vif des personnages et du rôle qu’ils jouent dans le récit. Les lieux sont des véritables « participants » au jeu du roman et de la BD : du locus amoenus des jardins publics de la ville (lieu apparemment positif, mais qui deviendra ensuite celui du suicide) aux bordels bondés du Milan noir.

Giada Monteforte et Pamela Pierro 

Elisa Bricco – “La ville comme espace de vie dans les BD de Zeina Abirached, Chadia Chaibi Loueslati, Lena Merhej et Marjane Satrapi”

Elisa Bricco est professeure de littérature française à l’Université de Gênes. Elle s’intéresse aussi au thème de la BD féminine et mémorielle. Elle s’est concentrée sur les œuvres de quatre bédéistes qui ont choisi de représenter l’espace urbain en noir et blanc et qui partagent des expériences de vie similaires. Outre ces caractéristiques, elles ont en commun un approche minimaliste – quoique chaque artiste garde un style tout à fait personnel. Le corpus analysé comprend Persepolis de Marjane Satrapi, Le jeu des hirondelles : mourir, partir, revenir de Zeina Abirached, Famille nombreuse de Chadia Chaibi Loueslati et Laban et confiture ou comment ma mère et devenue libanaise de Lena Merhej.

Pour aborder le sujet de l’espace, elle s’est basée sur deux hypothèses de recherche. En premier lieu, sur l’entrée « ville », d’Henri Garric dans Le bouquin de la bande dessinée. (voir communication suivate). Comme l’explique Garric, souvent en BD, « la présence de la ville sert d’arrière-plan », c’est-à-dire qu’elle apparaît de manière fragmentaire, uniquement comme décor. Néanmoins, la nature séquentielle de la BD lui permet de jouer « avec les formes éclatées de la représentation urbaine » et de représenter la ville d’une façon spectaculaire, grace à des « perspectives cinématographiques ». 

Dans un second temps, elle a analysé la distinction entre types d’espace qu’Anna Giaufret a développé dans son livre Montréal dans les bulles, à partir des réflexions d’Henri Lefèvre sur la notion de géographie sociale. On peut ainsi parler de trois types d’espace : conçu, perçu et vécu. L’espace conçu est la description de la ville par des cartes ou des plans. L’espace perçu est la représentation (souvent idéalisée) de la ville, par des symboles ou à des décors stéréotypés pour évoquer la cité (la tour Eiffel pour Paris). Enfin, l’espace vécu est la représentation de l’expérience du parcours et du mouvement des personnages. Elisa Bricco en conclut que dans la BD, grâce à un mélange harmonieux de dessins et de mots, il est possible de créer une synthèse entre ces trois types d’espace.

Sara Bianchi et Ilaria Rebora

Henri Garric – “Marches, marcheurs, marcheuses dans la bande dessinée française contemporaine”

Henri Garric est professeur de littératures comparées à l’Université de Bourgogne. Il travaille, entre autres, sur les rapports entre littérature et bande dessinée.

Avant tout, l’auteur s’est concentré sur la façon de représenter la ville dans la bande dessinée française. Selon lui, la ville est fréquemment représentée de façon spectaculaire, avec des prises de vue qui rappellent l’art cinématographique (plongée, vastes perspectives) et s’appuyant sur son “atemporalité”. Il a aussi indiqué que les bédéistes utilisaient souvent le processus de la synecdoque, en prenant un élément urbain pour représenter l’ensemble de la ville. Il introduit ensuite le concept de “marche”, moment individuel qui disperse la ville en plusieurs fragments. 

Afin d’illustrer ces concepts, il s’est appuyé sur un corpus de 3 BDs. La première est Les petits riens de Lewis Trondheim. Le début du récit mêle une vue spectaculaire, la représentation de la ville, et une expression subjective, la marche du personnage. L’aspect curieux est que le lecteur ne voit pas ce que voit le personnage, du fait de la focalisation externe. Dans cette BD on retrouve une synecdoque : la rue est réduite à un trottoir. 

Le deuxième exemple est Belleville Story d’Arnaud Malherbe.  Les cases horizontales de la planche montrent une vision plus détaillée des personnages, puis une planche permet d’ouvrir une vue spectaculaire de la ville. Ici, le dessin est toujours à la limite de la déformation expressionniste : le décor disparaît pour mettre l’accent sur les émotions violentes et l’amour des personnages. La planche est caractérisée par une tendance à la dramatisation, surtout parce que l’histoire se déroule à l’intérieur d’un quartier très dense de Paris, à Belleville. Pour nous faire comprendre que la ville décrite est Paris, on trouve (processus récurrent) l’image de la tour Eiffel.

Le dernier exemple est tiré des Equinoxes de Cyril Pedrosa. La BD présente le déplacement à l’intérieur de la ville d’un personnage, et donc une perception individuelle du centre urbain. Ce personnage peut être vu comme un flâneur, c’est-à-dire quelqu’un qui se promène en se perdant sans s’intéresser à ce qui se passe autour de lui. 

En conclusion, la communication de M. Garric montre l’oscillation entre deux pôles, dans la représentation de l’espace urbain dans la BD : une tendance grandiose, au risque d’être déshumanisante (selon le paradigme de la “carte”), et une approche vécue, sensorielle, individuelle (selon le paradigme de la “marche”).

Alessia Rebecchi et Chiara Masieri 

Michel Viau – “La représentation de la ville dans les 1ères bandes dessinées québécoises”

Michel Viau est considéré comme un monument de l’histoire de la théorie de la BD québécoise. Il réalise plusieurs études dans les années 80 qui l’amènent à remporter plusieurs prix dans les années 90, notamment en 1999 avec son Répertoire de publications de bandes dessinées au Québec. De surcroît, il est scénariste, rédacteur de revues BD et a dirigé le secteur BD de la maison d’édition 400 coups

Son intervention a essentiellement gravité autour des débuts de la bande dessinée moderne au Québec, et de son évolution dans le temps. Le 30 janvier 1904 naissent Les Aventures de Timothée d’Albéric Bourgeois dans le quotidien de Montréal La Patrie : le succès est fulgurant. L’engouement créé autour du personnage de Timothée est une véritable source d’inspiration pour d’autres auteurs (La Famille Citrouillard de René-Charles Béliveau, Le Père Ladébauche de Joseph Charlebois…). Ces histoires ont un point commun : elles dressent le portrait d’une société québécoise en pleine mutation et permettent au lecteur de découvrir Montréal, ses activités et ses lieux phares. Elles sont le reflet du Montréalais, de ses préoccupations. Contrairement au roman qui reste fidèle à ses valeurs traditionnelles, la BD aborde des thèmes d’actualité beaucoup plus représentatifs de la société, et expose une image moqueuse et rassurante à la fois : par exemple, les nouvelles technologies y sont souvent source de problèmes et d’angoisses pour les personnages. Dans cet art émergent, beaucoup ont rapidement perçu l’opportunité de générer du profit : commercialisation d’effigies et de déguisements de Timothée, organisation de défilés. Ce phénomène a contribué en retour à la popularité de la BD. Viau explique que cette ferveur, virant parfois au fanatisme, a été largement condamnée par l’Église et les journaux religieux tels que La Croix

Cette intervention de Michel Viau, ponctuée d’exemples illustrant son propos, nous a permis de mieux comprendre les débuts de la bande dessinée québécoise, les bouleversements sociétaux et les préoccupations des Montréalais au début du XXème siècle.

Peter HAUWEL et Manon Thielin

Thara Charland – “Communautés de balcons : intimité et rencontres dans la BD québécoise contemporaine

Thara Charland est une chercheuse postdoctorale à l’Université McGill (Canada). Son intervention s’intitulait « Communautés de balcons : intimité et rencontres dans la BD québécoise contemporaine (à partir des années 2000) » ; c’est aussi le sujet de sa thèse. Selon elle, le balcon occupe une place prépondérante dans la bande dessinée québécoise, mais aussi dans le paysage urbain montréalais. Thara Charland, à travers son intervention, se proposait d’analyser la  manière dont sont représentés les balcons dans les bandes dessinées québécoises. Pour y répondre, elle s’est appuyée sur un corpus de six bandes dessinées : Non Aventures de Jimmy Beaulieu, Mile End de Michel Hellman, Une longue canicule de Anne Villeneuve, Les petits garçons de Sophie Bédard, Salomé et les hommes en noir de Valérie Amiraux et F. Desharnais.

 Selon Thara Charland, le balcon peut être considéré comme « un lieu d’intimité relative », car il permet de voir mais aussi d’être vu (Non-Aventures de Jimmy Beaulieu, Les petits garçons de Sophie Bédard). C’est un poste d’observation (Mile End de Michel Hellmann). Il peut donc être rattaché à la notion de voyeurisme. C’est aussi un lieu de rencontres, parfois interculturelles, car il permet un contact avec son voisinage (Une longue canicule d’Anne Villeneuve, Salomé et les hommes en noir de Valérie Amiraux et F. Desharnais) Elle cite aussi l’exemple d’Une longue canicule d’Anne Villeneuve pour illustrer la représentation du balcon comme un lieu d’autorité.

Claudia Franzo’ et Juliette Barrat

Anna Giaufret et Elisa Bricco – Interview avec Michel Hellman (auteur)

Michel Hellman est photographe et auteur de bande dessinée québécois. Dans un premier temps, l’auteur a présenté son parcours : dans sa jeunesse il a étudié l’histoire de l’art, puis a exercé comme photographe. Passionné de BD, il ouvre ensuite un blog où il publie ses planches : c’est, pour lui, la naissance d’une vocation. 

Ses bandes dessinées s’inspirent de la vie quotidienne à Montréal, des vues magnifiques aux quartiers les plus dégradés. Anna Giaufret lui demande d’expliquer l’importance de l’élément affectif et émotionnel dans ses BDs : il répond avoir un fort attachement à son quartier : “on se sent vraiment bien à Montréal”.  Mais son expérience ne se limite pas à cette ville : il a aussi créé une BD autobiographique dans laquelle il raconte l’expérience la plus importante de sa vie, le voyage à Nunavik dans le Grand Nord. 

En ce qui concerne son style, il affirme que ses dessins sont influencés par le mouvement underground, ce qui ne l’empêche pas de développer des thématiques plus naïves en utilisant des personnages comme l’ours en peluche. S’il aborde ses sujets de façon humoristique avec des dessins colorés qui semblent drôles, il n’en analyse pas moins ces sujets en profondeur pour traiter des thèmes plus sensibles, comme le souvenir d’enfance. Pour conclure il explique qu’aujourd’hui sa pratique consiste à dessiner en jet sur un carnet, ce qui rend ces œuvres uniques, en intégrant à part entière leurs défauts. 

Giulia Balestrello et Isabella Grosso

Wim Remysen, Anna Giaufret, Philippe Rioux – Présentation de la plateforme Ébullition

Cette discussion s’est centrée sur le projet de Fonds des données linguistiques du Québec (FDLQ) : il s’agit d’une plateforme d’analyse et de recherche des bandes dessinées qui utilise le corpus Ébullition. La présentation a été animée par Mme Giaufret, professeur de linguistique française à l’Université de Gênes, spécialiste de bande dessinée et autrice de Montréal dans les bulles (2021) et Wim Remysen, professeur à l’Université de Sherbrooke, membre du centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec et responsable scientifique du projet (Philippe Rioux, le troisième membre du groupe de recherche et étudiant au post-doctorat à l’Université Concordia n’était pas présent). 

La plateforme offre la possibilité d’accéder à plusieurs corpus différents, Bande Québecoise ou Ébullition. Pour Remysen, les plus grandes difficultés se sont présentées avec l’exigence de tenir de compte des différences historiques et culturelles des bandes dessinées à travers le temps et l’espace, dans une perspective de préservation du matériel original. Un autre enjeu important a été la création d’une interface claire et intuitive, liée à un moteur de recherche efficace. 

Ensuite, la présentation s’est concentrée sur les différentes phases de la création de cette plateforme, notamment la sélection des représentants les plus significatifs. Plus de 140 albums ont été retenus, sur une période très étendue, de 1930 aux premières années 2000 ; même les dessins de presse ont été catalogués (période 1900-1960 uniquement). Ensuite, les fondateurs ont utilisé un langage XML complexe pour faire une transcription précise des textes ; grâce à un important travail d’encodage, ils ont eu la possibilité d’associer au texte les autres éléments qui font partie de la bande dessinée comme la structure de la page, les bulles et les onomatopées. Le tout a fait l’objet d’une révision pour vérifier l’uniformité du matériel.  

Les experts ont précisé que le problème du floating text (les éléments linguistiques intégrés dans les images : enseignes, adresses…), a été traité avec une grande attention, puisqu’une catégorisation spéciale est nécessaire. Mme Giaufret a partagé avec l’audience des images du code de programmation en expliquant qu’ils travaillaient directement sur le code. Ce choix, qui a occasionné des difficultés dans un premier temps, s’est pourtant révélé indispensable pour l’optimisation du travail.

La plateforme sera disponible au grand public seulement avec la recherche par éléments linguistiques ; les chercheurs envisagent néanmoins que les réseaux visuels puissent devenir accessibles à tout le monde. 

Andrea Giovanni Paparella

Johanne Desrochers (Directrice du FBDM) – “10 ans de festival BD à Montréal”

Johanne Desrochers, directrice générale du Festival Bande Dessiné de Montréal (FBDM), a fait le bilan du Festival, fondé en septembre 2011 pour valoriser le 9ème art et le promouvoir, en favorisant les échanges entre artistes, public et intervenants du milieu.
Après 10 ans, les résultats obtenus sont particulièrement encourageants :  le marché des bandes dessinées au Québec est en croissance, avec 53,4% en plus d’exemplaires de BDs vendus. Sur les réseaux sociaux, le FBDM a atteint des milliers de personnes, surtout des femmes (55% des abonnés) entre 25 et 35 ans. Les visiteurs du festival, pour la plupart (75%), viennent de la région montréalaise. Il y a plus de jeunes de moins de 18 ans (40%) et le déséquilibre entre hommes et femmes est moins évident dans cette tranche. Au-delà de l’événement annuel, qui se déroule pendant trois jours fin mai, plusieurs activités se sont développées pendant ces 10 ans : la création d’une nouvelle maison d’édition qui publie annuellement un collectif d’histoires créées par des artistes participant au FBDM, l’organisation du premier colloque international en BD à Montréal pour célébrer le 10ème anniversaire du festival, et les “Prix Bédélys” depuis 2020.
Mais les activités ne s’arrêtent pas là : le FBDM a organisé aussi l’exposition « Rues de Montréal » réalisée en 2017 pour célébrer le 375e anniversaire de la ville et le club de lecture de BD québécoise en ligne à partir de 2019. Il est présent à de nombreux festivals internationaux, par exemple à Alger en 2018 et à Angoulême en 2019 et plusieurs collaborations ont été entreprises avec le Japon, le Chili, l’Ukraine et l’Italie plus récemment. À l’occasion du 10ème anniversaire du festival ont été réalisées 10 vidéos appelées « Moi, je lis de la BD », où dix personnes, parmi lesquelles la mairesse de Montréal Valérie Plante, racontent leur amour de la BD. Ainsi le FBDM continue-t-il de réaliser sa vocation année après année, en s’offrant comme une plateforme de convergence.

Chiara Pirlo

 

Conclusion

En guise de conclusion, cette série d’interventions nous a fourni un aperçu général des tendances dans le domaine de la bande dessinée québécoise. Notamment, elle a été constellée d’exemples relatifs aux bouleversements sociétaux, aux thèmes majeurs de la BD, à l’importance de la notion de l’espace urbain, mais également les plateformes et les événements contribuant à son utilisation par le public.

Alessia Rebecchi et Chiara Masieri 


Ce contenu a été publié dans Billets par Louis Nagot. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Louis Nagot

Louis Nagot est lecteur d'échange à Gênes. Il est chargé de cours à l'Università degli Studi di Genova, chargé de coopération scientifique et universitaire auprès de l'Institut français en Italie (IFI), et responsable du carnet d'hypothèses ainsi que du site EFMR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.