Exposition “Vicoli et ruelles”(4-20 mars 2022), Palazzo Ducale, Gênes

Compte rendu réalisé par Ilaria Rebora (Lingua francese I 37/38 LM) de l’Università degli Studi di Genova, et édité par Louis Nagot.

L’exposition “Vicoli et ruelles” naît d’une idée de Anna Giaufret, professeure de langue française et autrice de Montréal dans les bulles (2021), et Elisa Bricco, professeure de littérature française à l’université de Gênes. Le projet a été développé dans le cadre d’une initiative du ministère de la Culture visant à promouvoir la BD en Italie. Le but de l’exposition est de montrer les différences et les points communs dans la représentation de l’espace urbain dans la BD québécoise et italienne. 

Cette exposition met l’accent sur deux espaces en particulier : les vicoli – et plus généralement les rues des villes italiennes – et les “ruelles” québécoises. Les premières sont des venelles étroites qui forment une sorte de labyrinthe dans le quartier médiéval de Gênes, tandis que les deuxièmes sont des zones piétonnes que l’on trouve d’habitude derrière les maisons au Canada. Tous les deux sont des espaces de passage et de socialisation, typiques de leurs villes respectives, marqués par une grande vitalité. 

Dans la salle située immédiatement à l’extérieur de l’exposition, deux grands panneaux dessinés représentent deux perspectives élargies de Gênes et de Montréal, et recueillent les noms de tous ceux qui ont participé à l’organisation de l’exposition. À l’intérieur a été recréée, avec l’aide d’un architecte, l’impression de se promener parmi les bâtiments d’une ville : sur chaque panneau, les planches BD rappellent des fenêtres ouvertes, tandis que les planches noires évoquent des fenêtres fermées. L’expérience est rendue plus agréable encore par l’absence de vitre devant les dessins, choix qui permet d’apprécier pleinement les œuvres exposées. 

L’exposition recueille les œuvres de vingt-quatre bédéistes, douze italiens et douze québécois, jeunes ou relativement nouveaux dans le monde de la BD. Chaque artiste est exposé sur deux planches, accompagnées d’une brève biographie. Tandis que les Québécois ont réalisé des planches inédites pour l’exposition, les Italiens ont préféré réutiliser des dessins déjà publiés. En tout cas, le véritable protagoniste de cette exposition est le style qui caractérise chaque bédéiste. Dans un espace relativement restreint, on peut observer une multitude d’approches différentes : noir et blanc (Paolo Bacilieri) et couleur (Lorena Canottiere), bandes dessinées réalistes (Pascal Leclerc) ou visionnaires (Djibril Morrissette-Phan), atmosphères lumineuses (Mélanie Leclerc) ou plus sombres (Andrea Ferraris). 

L’exposition “Vicoli et ruelles” offre l’occasion de découvrir des artistes de grand talent, même si parfois inconnus du grand public, dont l’œuvre mérite certainement d’être explorée.

ILARIA REBORA


Ce contenu a été publié dans Billets par Louis Nagot. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Louis Nagot

Louis Nagot est lecteur d'échange à Gênes. Il est chargé de cours à l'Università degli Studi di Genova, chargé de coopération scientifique et universitaire auprès de l'Institut français en Italie (IFI), et responsable du carnet d'hypothèses ainsi que du site EFMR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.