Colloque « Variations françaises sur les Mille et une nuits : quelles versions pour quels effets ? », Bologne, 17, 18, 19 septembre 2014

Par Vittoria Colla, étudiante de l’Université de Bologne

Affiche-webLe colloque international « Variations françaises sur les Mille et une nuits : quelles versions pour quels effets ? » s’est intéressé à la fortune des Mille et une nuits depuis la première traduction française d’Antoine Galland (1646-1715). Organisé par Ilaria Vitali (Université de Bologne) et Aboubakr Chraïbi (INALCO), il accueillait Raymonde Robert (professeur émérite à l’Université de Nancy II), Jean-Paul Sermain (Université de Paris III), Evanghélia Stead (Université de Versailles), Yves Ouallet (Université du Havre), Georges Bertrand (Académie de Limoges), Rachid Mendjeli (Laboratoire d’Anthropologie du Collège de France), Fereshteh Farmani (doctorante à l’INALCO), Ulrich Marzolph (Georg-August University de Gottingen), Richard Van Leuween (Université d’Amsterdam), Paulo Horta (New York University de Abu Dhabi), Gleya Maâtallah (Université La Manouba en Tunisie), Valentina Denzel (Michigan State University), Anna Zoppellari (Université de Trieste), Svetlana Panyuta (doctorante à l’Université d’État de Moscou Lemonossov) et Abdelfattah Kilito, écrivain et poète récompensé par l’Académie Française, en 1996, professeur honoraire à l’Université de Rabat.

Convegno-3

La première journée était consacrée à l’influence de l’œuvre au XVIIIe siècle. Abdelfattah Kilito a analysé les liens entre Les Mille et une nuits et Jaques le fataliste ; Raymonde Robert a comparé la représentation du mal dans Vathek de Beckford (1786) et dans l’Histoire du Maugraby de Cazotte (1788). Valentina Denzel s’est intéressée aux contes indiens François-Augustin de Paradis de Moncrif. Aboubakr Chraïbi a mis en résonance les Mille et une nuits et les Mille et un jours, Svetlana Panyuta les a rapprochés des contes de fées de l’abbé Voisenon. Richard Van Leeuwen a étudié la réception du célèbre recueil oriental par les autorités religieuses, au XVIIIe siècle.

Convegno-2

La deuxième journée du colloque était consacrée aux différentes versions des Mille et une nuits qui ont circulées en Europe, entre traductions, réécritures, réinterprétations,  « belles infidèles » et traductions plus littérales. Jean-Paul Sermain et Paulo Horta se sont concentrés sur la traduction d’Antoine Galland, Evanghélia Stead sur celle de Joseph-Charles Mardrus. Anna Zoppellari a analysé la réécriture symboliste de Henri de Régnier et Gleya Maâtallah a examiné les liens entre Les Mille et une nuits et l’œuvre de Balzac.

Convegno-1

La dernière journée du colloque était consacrée au XXe siècle et à aux éditions illustrées des  Mille et une nuits. Fereshteh Farmani a commenté l’orientalisme de l’édition de Mardrus du 1908-1911, Georges Bertrand a examiné les images et l’imaginaire des Nuits en France, Ilaria Vitali a dévoilé les coulisses du spectacle Shéhérazade, mis en scène par les Ballets Russes, Ulrich Marzolph a analysé la bande dessinée  Iznogoud  de Goscinny et Tabary. Après Albucius, roman de Pascal Quignard analysé par Yves Ouallet, Rachid Mendjeli a commenté quelques adaptations cinématographiques.

L’année 2015 marquera le tricentenaire de la mort de Galland.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *