Abraham Constantin / Stendhal, Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres, Sandra Teroni /Hélène de Jacquelot (dir.)

couv_id_esitaliennes_bd_2_Abraham Constantin / Stendhal, Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres, édition établie et présentée par Sandra Teroni /Hélène de Jacquelot, Paris, Beaux-Arts de Paris éditions, 2013, pp. 467.

Par Michel Arrous (IUFM, Versailles)

Pour les stendhaliens, l’année 2013 aura été celle de la parution du premier volume des Journaux et Papiers et de l’édition critique et génétique des Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres, livre dont on a longtemps dit qu’il était « presque » de Stendhal ou qu’on le lui attribuait sans preuve décisive, si bien que le nom de « l’excellent Constantin » a fini par disparaître de la page de titre où pourtant il figurait, seul, dans l’édition qui parut à Florence, en août 1840, chez J.-P. Vieusseux. Grâce aux recherches approfondies menées par Sandra Teroni et Hélène de Jacquelot dans les archives du Cabinet Vieusseux et le fonds Constantin à Genève, on peut désormais avoir une connaissance précise de la part prise par Stendhal dans la rédaction de cet ouvrage qui est à la fois une monographie sur Raphaël et un « manuel d’apprentissage à la vision du tableau » (H. de Jacquelot). Décider de l’attribution n’était pas aisé car il arrive à Stendhal d’accorder le livre à Constantin, comme s’il se limitait à de simples fonctions rédactionnelles, alors qu’il s’agit, comme le montrent clairement les éditrices, d’un travail en symbiose ou d’un « greffage sur l’écriture de Constantin », non sans tensions et divergences. Entre 1835 et 1837, le peintre genevois avait rédigé dix-sept notices sur les tableaux qu’il avait copiés, copies à partir desquelles il avait réalisé des émaux sur porcelaine entre 1820 et 1825, travaux qu’il continua entre 1830 et 1841. Après avoir fait copier ces notices et les avoir corrigées en 1837, Stendhal suggéra à son ami d’élargir son propos en évoquant les plus beaux tableaux des galeries, palais et églises de Rome. En 1839, il proposa le titre définitif et, d’août 1839 à juillet 1840, se livra à un important travail de rédaction et de révision — il réécrit parfois complètement et rédige des passages voire des chapitres entiers. Un appareil critique fourni (pp. 279-413) permet au lecteur d’évaluer ces interventions qui ont fait passer de 11 à 442 feuillets le manuscrit initial reproduit pp. 417-427, et de vérifier qu’il s’agit bien, selon l’heureuse formule de S. Teroni, d’ « une écriture à quatre mains ». L’omniprésence de Stendhal saute aux yeux, non seulement parce que les matériaux constitutifs proviennent de l’Histoire de la peinture en Italie, des pages sur l’École romaine et des Promenades dans Rome, ainsi que de ses visites dans Rome en 1832 et 1835, quand il réfléchissait à une nouvelle vie de Raphaël, mais aussi à cause de ses interventions vigoureuses, de ses ajouts et corrections, de ses réécritures ou des pages entièrement de sa main. On voit d’après ses notes de régie qu’il se livre à un minutieux travail de révision, biffe les longueurs et les répétitions, se corrige à chaque relecture, animé par un constant souci de concision. Il veille à la mise au net, à la présentation typographique, aux titres courants, mais aussi à l’articulation du texte (il s’est chargé de répartir la matière en chapitres), texte qu’il complète sur épreuve et jusqu’au stade du manuscrit final, car c’est encore lui qui signe les « bons à tirer ».
Fondée sur l’étude du manuscrit, des épreuves et des lettres qu’échangèrent Vieusseux, Constantin et Stendhal, cette nouvelle édition illustrée (dont deux reproductions des copies sur porcelaine de Constantin) ne se limite pas au texte revu et réaménagé de la première. Sa précision et la richesse de ses informations témoignent éloquemment de l’entente parfaite entre Stendhal et le peintre genevois qui méritait de retrouver son nom au frontispice de cette œuvre originale. Elle fera date. On regrettera, mais c’est une vétille, que les pages annotées par Stendhal soient trop souvent reproduites en très petit format, et on s’interrogera : puisque le portrait de Stendhal par Ducis orne la première de couverture, pourquoi n’a-t-on pas reproduit celui de Constantin par Ingres ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *