Compte-rendu de S/Oggetti di Desiderio – « Sexistence »: un séminaire de J.L. Nancy à Bari

festival delle donneLes 5 et 6 mai derniers, à l’invitation du Festival delle donne e dei saperi di genere et avec le soutien de l’Università degli studi di Bari « Aldo Moro » et de l’Alliance française de Bari, Jean-Luc Nancy a tenu un séminaire au titre évocateur: S/Oggetti di Desiderio : « Sexistence ». Durant deux après-midi, dans une méditation semi-improvisée où furent convoqués Dante, Freud, Bataille, Foucault, Levinas, Derrida, Pasolini et tant d’autres, Jean-Luc Nancy a tenté d’approcher la notion de « rapport sexuel ».

Photographies de Laura Zerbib

Par Benoît Monginot

Partant du constat qu’après une brève apparition chez Platon, la question sexuelle a été oubliée des philosophes, pour ne resurgir, sous les feux d’une insistante volonté de savoir, qu’à partir de l’époque moderne, Jean-Luc Nancy s’interroge sur les raisons de ce long passage aux oubliettes du concept. La réponse proposée est stimulante autant qu’étonnante. Il y aurait une coïncidence entre la mort de D. criée par l’Insensé de Nietzsche et la possibilité de penser l’acte sexuel.

13199244_10208328076493731_1890867998_o(1)

Cette coïncidence s’éclaire à mesure que l’on s’engage plus fermement dans l’analyse de ce qu’est l’expérience sexuelle. Jean-Luc Nancy remarque pour commencer que cette expérience ne se superpose guère avec d’autres types de rapports tels que l’amitié ou l’amour. Dans l’expérience pourtant intime du sexe, quelque chose échappe et demeure inapproprié. Si d’un côté il n’y a de sexualité sans expérience du rapport sexuel (et en ce sens la spectacularisation pornographique de l’acte n’est pas en mesure de montrer réellement de quoi il retourne), il est par ailleurs évident que dans le corps à corps quelque chose déborde le sujet. Pour le dire autrement, il se passe quelque chose, par le rapport sexuel, qui me dépasse, ou, qui, à la limite, se passe de moi.

Et le philosophe de convoquer l’étymologie du terme sexus, sequor, en latin, l’action d’une continuation – entendons, ici, d’une génération, d’une poursuite de l’espèce. On comprend alors que ce qui nous excède dans la sexualité, c’est proprement ce par quoi celle-ci indexe nos corps à un processus biologique indifférent à nos propres investissements existentiels. Qu’il y ait ou non procréation.

13184619_10208328075933717_1552279123_o(1)Ainsi s’éclaire le motif de l’oubli du sexe dans l’histoire de la philosophie. Il y aurait en effet, dans le rapport sexuel, l’annonce d’une ontologie de la séquelle pour laquelle la question de l’origine n’a plus de sens, ou, pour le dire plus simplement, l’annonce d’une ontologie du rapport qui exclurait par avance toute tentative d’appropriation, l’annonce, donc, de ce qui excède par principe la grande geste onto-théologique de la pensée occidentale. La sexualité invite à une pensée et à une expérience du dehors.

Si avec et depuis Platon (encore), on a pensé le sexe comme le résultat de la division (ou section) d’une unité fondamentale (l’un de l’androgyne par exemple), la philosophie contemporaine, emboîtant le pas à Freud, affirme qu’on ne peut compter les sexes d’une personne – et Jean-Luc Nancy convoque Derrida. Autrement dit, il n’y a plus un principe mâle et un principe femelle clairement séparés et heureusement réunis dans les heures de javas de la bête à deux dos, mais, de manière inextricable, un tressage du sujet selon un devenir-homme et un devenir-femme indissociables et que la reconnaissance contemporaine des sexualités gay ou trans semble indiquer.

13169828_10208328129175048_1158271423_oA partir de là, Jean-Luc Nancy aborde le présent. Qu’en est-il de la prolifération du sexe et de ses images aujourd’hui? La question vient de la salle et le philosophe s’interroge: phénomène ambigu parmi bien d’autres, la pornographie (et il rappelle que les sites porno sont les sites les plus visités au monde) signale à la fois une curiosité malsaine parce que vouée à et dictée par la mercantilisation des corps, et le fait que, dans l’image du sexe, il n’y a rien à voir, ce que la multiplication des clips donne à comprendre, interminablement. Jean-Luc Nancy aurait peut-être conclu (la discussion s’est poursuivie bien tard et le bidello de l’université est obligé de faire évacuer les lieux) sur l’idée que dans la compréhension de ce « rien à voir » de la sexualité se joue un processus complexe de reconfiguration civilisationnel dont témoigne le fait qu’on puisse, aujourd’hui, tenter de sonder ce qu’il en est de la « sexistence », d’une existence du dehors et de la dés-appropriation: manne indigeste d’une génération que le philosophe appelle, semble-t-il, à quelque interminable rumination.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *