Prospettive critiche 2016 – Fabien Archambault, « Le contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie »

BEFAR349.jpg_638324117

A L’Aquila, Rome, Bologne et Florence, Fabien Archambault est intervenu pour présenter ses recherches consacrées à l’histoire sociale et politique du sport, en particulier autour du football.

Il a ainsi pu rencontrer plusieurs universitaires italiens pour des conférences, débats et discussions stimulantes qui se prolonge en ligne ici même et sur le site du partenaire à l’occasion du cycle 2016 « Le Sport dans tous ses états » de Perspectives critiques : Le Parole e le Cose

IMG_3091 à l'Ecole française de Rome

Ci-après, sont publiés quelques notes et comptes-rendus de ces différentes journées du printemps 2016.

A Florence

Accueillis à l’université de Florence dans le département de sciences politiques, nous découvrons un public fourni de collègues et d’étudiants (en Laurea Magistrale della comunicazione pubblica e politica) et, après quelques mots de bienvenue du professeur Carlo Sorrentino et de Mme Mallez de l’Institut français de Florence, nous débutons par un panorama historiographique de l’histoire sociale contemporaine et en particulier de l’histoire du sport, en France.
Fabien Archambault distingue trois grands moments des années 80 à nos jours:
1) les pionniers, qui sont rares et débutent des recherches en histoire du sport. Ils formeront les références pour la génération suivante et on y trouve Stefano Pivato, d’ailleurs présent à la même table ce jour-là, mais on pourrait aussi bien sûr citer Alfred Wahl en France. En histoire, on citera également Pierre Lanfranchi, qui s’inscrit dans la méthode historique de l’Ecole des Annales pour étudier le passage de l’amateurisme au salariat dans le football. L’évolution des études historiques se transmet bien sûr alors également aux études sur l’histoire du sport : on passe ainsi de la stricte histoire « à la française » des Annales (quantitative), à l’histoire culturelle, qu’elle soit de lignée marxiste (l’histoire sociale) ou au contraire qu’elle considère les phénomènes culturels comme autonomes par rapport aux structures économiques (on pense ainsi à l’histoire des sensibilités, ou des loisirs qu’ont abordée Alain Corbin et Stefano Pivato). D’autres disciplines, l’anthropologie (Sébastien Darbon, Blumberger sur les supporters de l’Olympique Marseille et du Napoli…), la sociologie (Loïc Wacquant sur la boxe en Californie) développent peu à peu l’intérêt universitaire pour le sport, à tel point que de nombreuses revues dans les années 80 consacrent des numéros entiers au sport (par exemple XXème siècle de Gérard Noiriel)
Un tournant s’opère au milieu et vers la fin des années 80, avec l’autonomisation à l’intérieur de l’institution universitaire des STAPS (équivalent à Scienze motorie) qui deviennent une discipline reconnue par l’institution (la section au CNU est la n°74, l’histoire étant la n°22) sous la poussée de Pierre Arnaud, gymnaste. Ceci a un avantage, la publicisation de recherches sur le sport et leur reconnaissance académique, mais a également pour inconvénient de pousser les enseignants-chercheurs de cette toute nouvelle discipline à produire beaucoup et vite afin précisément de se faire reconnaître, cette course à la production se fait parfois au détriment d’une pensée complexe qui aurait à gagner à l’interdisciplinarité.
2) les masqués, qui étudient le sport comme en s’excusant, qui en ont honte et cherchent à camoufler leur intérêt pour le sport par le biais d’une autre approche (l’histoire politique et sociale pour FabienArchambault, l’histoire politique pour Marion Fontaine, l’anthropologie rurale pour Sébastien Darbon, la sociologie du travail pour Manuel Schotté…). Ces chercheurs ont eu des postes à l’université française mais sur des sections qui ne représentent qu’une mince partie de leurs recherches, la partie acceptable et non honteuse, c’est-à-dire celle qui ne s’affiche pas sous la banderole du sport. Les autres (Pierre Lanfranchi, Patrick Clastres, Loïc Ravenel) se sont expatriés en Suisse ou en Angleterre.
3) les jeunes sans complexe. A titre d’exemples : Julien Sorez à Sciences Po Paris qui co-anime un séminaire tout entier dédié à la question et originairement créé par Paul Dietschy et Patrick Clastres, mais fait figure d’exception en France tant les sujets de recherche se déporte de l’Europe pour s’intéresser à deux champs zones d’études principales : l’Amérique latine et la Russie; à noter toutefois le séminaire de l’EHESS avec Nicolas Hourcade, Stéphane Beaud, Patrick Mignon et le travail de Robert Frank sur le sport global à l’université Paris 4.
Pour conclure, deux constats :
– un très difficile accès aux archives, souvent laissées non classées donc inutilisables ou alors de façon extrêmement chronophage dans une période où les temps pour la recherche s’accélèrent sous des pressions institutionnelles recouvrant des enjeux économiques de plus en plus fortes. Ainsi des archives de la FFF, même chose pour la Fédération de basket. Manque encore des sports très pratiqués et encore non étudiés (le volleyball, le rugby)
– un problème de reconnaissance institutionnelle de la spécificité des études universitaires sur le sport et l’obligation pour les chercheurs qui souhaitent se spécialiser dans ce domaine d’avancer masquer s’ils espèrent obtenir un poste à l’université.

La conférence est suivie d’une table ronde animée par Carlo Sorrentino et avec des interventions croisées de Stefano Pivato, Pippo Russo et Fulvio Conti. La discussion se poursuit avec de nombreuses questions du public, majoritairement étudiant et… passionné !

A Bologne

compte-rendu par Marine Goburdhun et Romain Jalabert

Le Dipartimento di Scienze Politiche e Sociali de l’Université de Bologne a reçu Fabien Archambault, dans le cadre du festival Prospettive critiche 2016, consacré au thème du sport. La rencontre était organisée et modérée par Nicola Sbetti (Université de Bologne), en coopération avec l’Institut français d’Italie et l’Alliance française de Bologne.

La Coupe du monde de football organisée en Italie, en 1990, a favorisé les recherches dans le domaine de l’histoire du sport. Celle de Fabien Archambault sur l’histoire du football s’inscrit dans le regain d’intérêt pour cette discipline et se fonde notamment sur le dépouillement des archives de l’Action catholique, qui n’avaient pas été exploitées par les historiens. Les fonds de l’Action catholique éclairent la manière dont le football est devenu un sport national, en Italie, un pays où la passion pour ce sport touche toutes les classes sociales. Un sondage de 1968 montre que le supporter italien moyen est plutôt riche et diplômé, cas unique en Europe. L’intérêt des femmes italiennes pour le football atteint également des proportions exceptionnelles. Selon le même sondage, un tiers d’entre elles s’intéressent au football. Seule l’Argentine peut revendiquer un engouement équivalent.

L’Église catholique a joué un rôle essentiel dans la diffusion du football, dans la popularité de ce sport et dans son devenir de sport de masse, dans un pays où le cyclisme était le sport principal. Les fascistes avaient considéré le football comme un sport secondaire. Les socialistes ne s’intéressaient pas au sport, qu’ils condamnaient en même temps que le capitalisme. Ils refusèrent de prendre le contrôle de la Gazzetta dello Sport, en 1945. C’est l’Église, dans les années 1960-1970, et dans une moindre mesure le Parti Communiste, qui ont donné au football italien sa dimension actuelle.

 

L’encadrement de la jeunesse italienne

En 1945, le football n’était pas pratiqué massivement en Italie. On ne dénombre que cent vingt-cinq terrains sur tout le territoire. On joue surtout au football dans le Nord, au sein des classes moyennes et supérieures, au sein notamment de la bourgeoisie industrielle, qui y voit une forme de modernité. C’est également l’opinion de Gramsci, qui considère le football comme un sport anglais et libéral. Dans ce contexte, l’Italie, pays majoritairement rural, ne se passione pas pour ce sport.

C’est l’ordre des Salésiens qui a compris les premiers l’intérêt d’inscrire le football dans sa mission d’éducation de la jeunesse (celle notamment qui était issue de l’exode rural). Le « Partito Romano », soit le groupe politique composé de catholiques intransigeants soudé autour de Pie XII, s’intéressa lui aussi à ce sport, comme il s’intéressait à la presse, au roman et à toute forme de nouveauté, considérant que tous les moyens étaient bons pour encadrer la jeunesse. Le mouvement chrétien et conservateur prit le contrôle de la Gazzetta dello Sport, en 1945, sous l’impulsion du cardinal-archevêque de Milan, Ildefonso Schuster, et par l’intermédiaire de deux sociétés écrans.

Entre 1949 et 1951, l’Action catholique construisit des terrains de football dans toute l’Italie. Sur les 10 000 répertoriés en 1955, 60 % appartenaient à l’Église. Les communistes, confrontés au succès de cette initiative, essayèrent de rivaliser dans leurs municipalités. Cependant, les préfets interdisaient aux municipalités déficitaires, qui étaient nombreuses dans l’immédiat après-guerre, de construire des terrains de football. Ils appliquaient une loi inspirée par l’Église et votée au Parlement par la majorité démocrate-chrétienne. Les années 1960 et le boom économique atténuèrent les effets de cette loi.

Le développement de la pratique du football fut différent au nord et au sud de l’Italie. Dans le Sud, les paroisses étaient plus vastes et mal organisées, et le développement du football fut plus lent. Les municipalités furent amenées à créer des terrains, malgré la loi qui interdisait les constructions en période de déséquilibre budgétaire. Au nord, le football s’essouffla, à la fin des années 1960, car la jeunesse ne s’identifiait plus à une pratique qui était liée au catéchisme et à l’aumônier, qui était à la fois l’entraîneur et l’arbitre. L’Église fit alors la promotion du calciotto et du calcietto, une formule plus souple, sans entraîneur ni arbitre, pour enrayer cette désaffection.

WP_20160510_16_40_59_Rich (2)

Le football et la politique

Les démocrates-chrétiens au pouvoir déléguèrent les activités sportives et donc la promotion du football à l’Église et l’Action catholique, en raison notamment de la faiblesse du budget de l’État. C’était par exemple le cas dans le domaine scolaire – l’encadrement des jeunes constituait une priorité pour le mouvement catholique, ce qui explique qu’entre 1943 et 1980 le ministère de l’Instruction publique fut quasiment sans interruption occupé par un démocrate-chrétien – l’autre ministère qui resta la chasse gardée de la Démocratie chrétienne était celui de l’Intérieur. Giulio Andreotti, sous-secrétaire d’État auprès de la présidence du Conseil en charge du sport et du spectacle, entre 1947 à 1954, s’attacha à systématiser cette mission.

La mainmise de l’Église sur le football suscita cependant quelques résistances. Au cours des années 1950, Amintore Fanfani, le chef de l’aile gauche de la Démocratie chrétienne qui tenta d’en faire un parti de masse indépendant du Saint-Siège, essaya de développer un réseau d’équipes échappant au contrôle du Vatican et se rattachant directement au parti démocrate-chrétien. L’initiative fut contenue par l’Action catholique, le nombre d’équipes ne dépassant pas le nombre de 200. Dans le même temps, le Centro Sportivo Italiano, l’association sportive de l’Action catholique, en comptait environ 3 000. Par ailleurs, dans les années 1960, en Vénétie, une partie des catholiques choisit le volley-ball et le basket-ball, jugeant que le football, devenu sport de masse, était trop dangereux pour promouvoir un sport intrinsèquement chrétien. Les communistes, pour des raisons qui tenaient à leur faiblesse sur le terrain du football, valorisèrent eux aussi la pratique du volley-ball et du basket-ball dans leurs bastions, notamment en Émilie-Romagne.

L’Église s’intéressait autant au sport amateur qu’au sport professionnel, qui devint un bastion démocrate-chrétien. Dans l’après-guerre, sur les 80 équipes des différentes divisions professionnelles, quarante ont été à un moment présidées par un député ou un sénateur. Ces derniers exerçaient ce mandat au début de leur carrière politique – le modèle berlusconien existait déjà dans les années 1950 – ou se l’octroyaient à la fin de leur cursus honorum. Quant aux grandes équipes de Série A, elles étaient pour la plupart dirigées par des proches du pouvoir.

Inversement, certains joueurs firent carrière en politique à l’issue de leur carrière de joueur, en profitant de la forte médiatisation de la série A, à partir des années 1950. Ils étaient tous démocrates-chrétiens, à l’image d’Amedeo Amedei, joueur de la Roma, ou de Gianni Rivera, joueur du Milan AC.

 

Les tifosi et le jeu à l’italienne

Dans les années 1950, on observait peu de banderoles dans les stades. Les classes moyennes ne se regroupaient pas en clubs de supporters. La géographie de la ville, qui n’échappait pas, bien entendu, aux considérations de classes, présidait au choix de l’équipe de cœur.

Le développement économique des années 1960, qui permit à la population d’aller plus nombreuse au stade, fit du football un sport de masse et modifia ce rapport. Le militantisme politique se développa en même temps. L’adhésion à une équipe n’obéit plus à une raison géographique mais politique. Certaines équipes furent marquées à gauche ou à droite, comme l’avaient été les cyclistes des années 1940 (Gino Bartali à l’Action catholique, Fausto Coppi supporté par les communistes, malgré ses opinions démocrates-chrétiennes). On inventa des traditions comme celle qui interdisait à un communiste de supporter la Juventus de Turin.

Le style de jeu à l’italienne, qui préconise le jeu défensif et qui subordonne la pratique tout entière du football à la seule nécessité de vaincre, répond lui aussi à la dimension politique du football en Italie. Le catenaccio est né dans les années 1930 pour contrer le Sistema de la wunderteam de l’Autriche, qui était porté vers l’attaque. Le système n’était pas appliqué partout en Italie. Il répondait tout simplement à la nécessité de vaincre Vienne la Rouge et les Autrichiens. Il fut créé et mis en œuvre par des Argentins et des Brésiliens qu’on appelait rimpatriati et qui possédaient la nationalité italienne. Après la guerre, l’Église développa autour du catenaccio une vision de la société fondée sur la discipline et le respect du placement. Ce discours fut relayé par les journalistes de la Gazzetta dello Sport, qui rendaient compte du comportement des joueurs sur le terrain. L’idée d’un sport très discipliné, où s’opposent deux équipes rangées derrière leur capitaine, correspondait à l’image de ce que la société chrétienne devait être derrière le prêtre.

Le Corriere dello Sport, dirigé par le socialiste Antonio Ghirelli dans les années 1960, défendit sans succès le jeu offensif. L’association entre la pratique du football et l’idée de discipline était déjà bien installée dans les mentalités. Elle nourrissait le préjugé selon lequel les Italiens avaient avaient besoin de discipline pour battre les pays du Nord, notamment les Allemands, plus riches et donc plus forts physiquement.

IMG_0794 à l'université de L'Aquila

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *