Bari(n)visibile – Flussi migratori e dinamiche urbane nell’area metropolitana di Bari

Mercredi 16 novembre 2016, à Bari, a eu lieu la journée d’étude « Bari(n)visibile – Flussi migratori e dinamiche urbane nell’area metropolitana di Bari » (Flux migratoires et dynamiques urbaines dans l’aire métropolitaine de Bari), organisée en partenariat avec l’Institut Français Italia, l’Alliance française de Bari, le Dipartimento di scienze politiche de l’Université de Bari, l’Institut Polytechnique, la Mairie de Bari, le Centro interculturale – Città di Bari, Europe direct Puglia et la Regione Puglia.

Photo L. Zerbib

Photo L. Zerbib

Après la présentation des autorités universitaires et de la Préfecture de Bari, le Professeur Domenico D’Oria de l’Alliance française de Bari a introduit une série d’interventions sur le sujet. Un trait majeur ressort de la journée : il est nécessaire de s’interroger sur le partage et la cohabitation de l’aire métropolitaine de Bari qui mettent en jeu une rencontre conflictuelle entre les flux migratoires et les dynamiques urbaines.

Pendant la matinée, les deux premières interventions en langue française, traduites en italien par l’interprète Mariarosa Di Marino, ont d’abord permis de mettre en place un cadre théorique nécessaire pour parler de la question des flux migratoires. En premier lieu, il s’agissait de « Dire l’étranger d’ici et d’ailleurs » avec Madame Lamia Missaoui  (Maître de conférences en sociologie à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Celle-ci a souligné une distinction importante entre le concept d’immigrant et celui de migrant. Le terme « immigrant » décrit un individu qui cherche à rejoindre la citoyenneté d’un espace politique donné alors que « migrant » désigne un individu plus libre dans la mesure où il ne se soucie pas des valeurs ou des institutions du territoire qu’il traverse. Lamia Missaoui a par ailleurs insisté sur le fait que le migrant ne doit pas simplement franchir une frontière spatiale entre deux pays, il doit traverser des frontières et des hiérarchies sociales. En second lieu, Madame Naïk Miret (Maître de conférences en géographie à l’Université de Poitiers) a abordé la reconfiguration de l’espace urbain d’immigration à Barcelone, proposant une « Lecture complémentaire de l’intégration des immigrés à la ville ». L’étude a montré la diversité des territoires de visibilité de la migration à Barcelone ainsi que les différentes modalités d’adaptation des migrants à l’aire urbaine. Par exemple l’observation de l’agrégation résidentielle des immigrés qui appartiennent à une même culture, comme c’est le cas des boliviens à Barcelone, peut nous renseigner sur leur intégration à la ville. Suivant ce critère, la concentration résidentielle peut apparaître comme un moyen pour les immigrés de se mettre en relation avec le reste de la zone urbaine.

p1090400-nb

Photo L. Zerbib

Les quatre autres intervenants de la matinée se sont ensuite concentrés sur le cas particulier de la ville de Bari. Le titre de la journée, « Bari(n)visibile » mettait dès lors en évidence une dualité de la représentation des rapports entre les flux migratoires et l’organisation de l’espace urbain. Ce qui est visible à Bari (alors que les pratiques institutionnelles n’en témoignent pas), c’est d’abord un partage réel de l’espace urbain et extra-urbain entre les personnes de nationalité italienne et les étrangers, comme l’a montré l’intervention de Madame Michela Pellicani (Università degli Studi di Bari Aldo Moro) et de Monsieur Antonio Rago (Ufficio Scolastico di Ambito Territoriale – Bari) qui se sont demandé si on pouvait parler de Bari comme d’un lieu multiethnique : « Multietnicità : i luoghi dell’incontro ». En effet, pour Michela Pellicani, cette rencontre des cultures est visible autour des trois places principales de Bari, la Place Aldo Moro, la Place Cesare Battisti et la Place Umberto. Pourtant, ajoute-t-elle, Bari n’a pas les caractéristiques d’une ville multiethnique en raison d’une faible présence des pratiques institutionnelles et juridiques qui reconnaîtraient la diversité culturelle et sociale. Ainsi, Antonio Rago dira qu’un projet multiethnique, qui inclue la variabilité de l’immigration, nécessite une nouvelle organisation de l’espace urbain et territorial qui soit plus souple que le fonctionnement actuel. Enfin, Monsieur Sergio Bisciglia (Politecnico di Bari) et Monsieur Nicola Martinelli (Politecnico) ont traité de « L’integrazione interetnica nello spazio pubblico – la Città metropolitana di Bari ». Monsieur Bisciglia s’est concentré sur la localisation résidentielle des immigrants albanais, roumain et chinois dans la métropole de Bari entre 1999 et 2001 et entre 2011 et 2015 et a révélé l’existence de lieux de communication identitaire qui participent autant à la régulation qu’à l’échange interculturel. Enfin, puisqu’il était aussi question de réfléchir sur une logique plus globale d’organisation du territoire italien, on souligne que Monsieur Martinelli a traité de la réforme Delrio.

p1090457

L’après-midi, s’est tenue une table ronde animée par Madame Mirella Conenna (Università degli Studi di Bari “Aldo Moro”) sur le thème : « I migranti e la città » avec la participation de : Moni Ovadia [Comunicazione video], Attilio Belli (Università degli Studi di Napoli Federico II) Francesca Bottalico (Comune di Bari), Stefano Fumarulo (Regione Puglia – Sezione sicurezza del cittadino, politiche per le migrazioni, antimafia sociale) Daniele Petrosino (Università degli Studi di Bari “Aldo Moro”) Manlio Triggiani (Giornalista) Annamaria Diomede et Franco Neglia (Centro Interculturale Città di Bari). Cette table ronde a permis de faire un état des lieux des actions et projets menés à Bari. Les différentes prises de parole ont souligné la nécessité d’agir en vue de renforcer les liens et les discussions entre les principaux acteurs mobilisés sur la question, à savoir, les associations interculturelles, les médias, etc. et les politiques d’organisation du territoire, et sur l’intérêt de confronter les pratiques locales et nationales à celles d’autres pays.

Par Laura Zerbib, Patrik De Tuglie et Gian Domenico Nicola Miolli


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *