Voci scomode, Par Cécile Ciamporcero, étudiante en Master à l’Université de Turin

Voci Scomode donne encore une fois la parole à des journalistes qui dérangent le pouvoir

Invités : Darline Cothière, directrice de la Maison des Journalistes, Halgurd Samad, journaliste kurde-irakien exilé, Sakher Edris, journaliste syrien exilé.

Par Cécile Ciamporcero, étudiante en Master à l’Université de Turin

Voci Scomode a proposé des rencontres au sujet de la Turquie contemporaine, la Turquie d’Erdogan. À travers plusieurs voix, un tableau complexe et dramatique a été dessiné en tenant toujours compte du sujet qui se tient au cœur de l’événement : la liberté d’expression.

Pour commencer, comment décrire la nouvelle Turquie et, plus généralement, le Moyen-Orient? Marta Ottaviani et Lucia Goracci ont évoqué un pays centré sur son identité ethnico-religieuse, une identité sunnite, acquise et profondément renforcée depuis le gouvernement d’Ataturk, fondateur et premier président de la Turquie moderne, leader charismatique qui a beaucoup exploité le concept d’héritage ottoman idéalisé, le vestige d’un empire mutilé. Jusqu’à aujourd’hui, la Turquie a pu parfois nourrir un sentiment anti-européen (il faudrait spécifier la légitimité d’une telle négativité, en citant les mots de Marta Ottaviani, « la Turquie a toujours été le malade d’Europe et, maintenant, l’exclu »), un rejet qu’Erdogan a savamment instrumentalisée.

Erdogan, un homme politique décrit comme sûr de lui, habitué à être obéi, créateur d’une politique aventureuse et velléitaire, indifférent aux minorités et ayant comme objectif, premièrement, de conserver le statut de chef absolu de la Turquie et, en second lieu, celui de leader sunnite. Les purges maintenant en acte sont ciblées, officiellement, sur les partisans de Fetullah Gülen, politologue et homme central dans le médias turques, jadis fondamental pour la montée au pouvoir d’Erdogan. En réalité, ces purges frappent aussi les journalistes, les professeurs (surtout universitaires), les éditeurs etc. Il s’agit donc d’une répression totalitaire.

Darline Cothière et Marinell a Belluati ont continué le discours ainsi commencé en proposant un cadre général, des réflexions sur le problème de la liberté d’expression, un droit auquel nous sommes en train de renoncer pour une fausse sensation de sécurité (surtout contre le terrorisme). À Paris, la Maison des Journalistes est une institution centrale pour assurer protection et aide aux journalistes menacés et en danger. Après le Patrioct Act aux États Unis, les restrictions à la liberté d’expression en France, en Belgique, au Royaume Uni et aux Pays Bas observés après les épisodes de terrorisme en France, il faut rester vigilant : l’Europe aussi, symbole de liberté et de démocratie est en danger.

Halgurd Samad et Sakher Edris ont apporté leur témoignage, les histoires de vies en danger, communiquant un élan commun vers la vérité, et donnant la température de plusieurs pays tourmentés par des guerres et des régimes totalitaires.

Une espérance, une utopie? L’avenir nous le dira.

 

Rosita Ferrato

Journaliste et écrivaine turinoise, elle est créatrice et présidente du Caffè dei Giornalisti; pour la troisième fois organisatrice de l’événement Voci Scomode.

Darline Cothière

Linguiste et enseignante d’origine haïtienne, directrice de la Maison des Journalistes à Paris, projet unique au monde.

Halgurd Samad

Journaliste kurde-irakien, il est accueilli à la Maison des Journalistes à Paris à cause des menaces et violences subies pour ses critiques faites au gouvernement irakien.

Sakher Edris

Exilé volontaire de Syrie après l’incarcération de son père en 1991, il est journaliste d’investigation et secrétaire général de l’Association du Journalisme Syrien. Il est réfugié à la Maison des Journalistes.

 

Marinella Belluati

Collaboratrice et organisatrice de Voci Scomode, elle est professeur d’Analyse des médias à l’Université de Turin; elle s’occupe de thèmes liés à la communication politique, publique et sociale.

Sherif El Sebaie

Modérateur de la table ronde, il est expert dans le domaine de la diplomatie culturelle, des rapports euro-méditerranéens et des politiques sociales d’intégration. Il travaille come journaliste à Panorama.

Lucia Goracci

Journaliste à la Rai depuis 1995, elle a surtout travaillés dans les zones de conflits, spécifiquement depuis deux ans autour du sujet de Daesh.

Marta Ottaviani

Journaliste et écrivaine spécialiste de Turquie (où elle a longtemps vécu), elle travaille pour La Stampa et Avvenire; elle a déjà publié trois livres sur le sujet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *