Jean-Réné Ladmiral à l’Université de Bari – Séminaire sur la «Médiation interculturelle»

Par Licia Panaro

Le 24 mars dernier, l’Université de Bari a eu l’honneur d’accueillir le fondateur de la traductologie en France, le professeur Jean-René Ladmiral. Invité par l’Université du Salento e par l’Alliance Française de Bari pour un séminaire pédagogique dédié aux professeurs de français, il a également accepté l’invitation de Mirella Conenna, professeur de Langue française au Département de Sciences Politiques, qui lui a proposé de tenir un séminaire pour ses étudiants sur le thème de la « Médiation interculturelle ».

Philosophe, traducteur et germaniste, Jean-René Ladmiral a traduit Kant, Habermas, Freud et d’autres philosophes. La réflexion qu’il a amené sur cette pratique de traducteur lui a permis de mettre en place ce qu’il allait baptiser la « traductologie ». Ses livres Traduire : théorèmes pour la traduction et Sourcier ou cibiste représentent une bible pour tous les traducteurs et les étudiants en traduction.

Ladmiral a été le premier à mettre en évidence ce qui relève de la médiation dans le travail de la traduction, ce dont il parle dans son livre La communication interculturelle (écrit en collaboration avec Edmond Marc Lipiansky). Comme l’a souligné Mirella Conenna, Jean-René Ladmiral a parlé de traduction/médiation longtemps avant la naissance du Cadre Européen Commun de Référence pour les langues, qui a officialisé la traduction/médiation dans les cursus universitaires. Pour lui donc la médiation a été, dès le départ, une prolongation et un approfondissement du concept et de la pratique de la traduction.

Le concept de médiation est toutefois polysémique, comme Ladmiral l’a souligné lors du séminaire. Il peut avoir un sens philosophique, interculturel, politico-juridique et didactique. Amené au cours de sa carrière à s’adresser à un public très varié, Ladmiral a décidé de mettre l’accent sur le sens interculturel de la médiation, qui lui semblait faire un lien entre le public juridico-politique et le public de ceux qui s’intéressent aux langues et à la traduction.

Le concept de médiation nous vient de la philosophie : il remonte à la tradition scolastique médiévale et a été employé dans un contexte hégélien. La médiation est l’art de gérer le rapport entre deux opposés grâce à un troisième élément, ce que Ladmiral a appelé « tertium comparationis ». Quand on compare deux choses, il y a un tiers et ce tiers est ce qu’il y a en commun entre elles. Parfois, le troisième élément est un élément extérieur, appelé « tertium quid ». Quand on compare deux choses, pour les comprendre, on cherche une chose extérieure qui les éclaire l’une et l’autre.

Le verbe dérivé de « médiation » serait le verbe « médier », mais ce n’est pas un verbe admis. Il existe le terme « les médiés » qui désigne les objets de la médiation, mais Ladmiral préfère dire « les médiatisés ». Le concept de médiation a une application historique très précise, qui aide à en comprendre le sens. Dans certains empires romains-germaniques, on disait des villes qui étaient intégrées à un royaume ou à une principauté qu’elles étaient « médiatisées ». C’est-à-dire qu’elles cessaient d’avoir un rapport direct, dans le sens où le rapport avec l’autorité suprême passait par la médiation ou la médiatisation d’un roi ou d’un prince.

La médiation a des champs d’application différents. Le champ d’application dans lequel Ladmiral a mené ses recherches a été celui de la communication interculturelle dans le cadre de la dynamique de groupes bilingues franco-allemands. Dans le séminaire de Bari, il a donc parlé de la médiation interculturelle en faisant référence et en tirant des exemples de sa propre expérience de formateur au sein de ces groupes.

Il s’agissait de stages résidentiels réunissant de jeunes Français et de jeunes Allemands pendant une semaine, et animés par une équipe bi-nationale et interdisciplinaire de chercheurs. Il n’y avait pas que des « bilingues », mais aussi des Français ignorant l’allemand et des Allemands ignorant le français. L’idée d’utiliser l’anglais comme « lingua franca » ayant été écartée, se posait le problème de gérer la parole collective dans cet espace de bilinguisme. La médiation d’une traduction était alors nécessaire, exercée par des volontaires à l’intérieur du groupe.  La solution technique de l’interprète professionnel extérieur au groupe avait été elle aussi écartée pour des raisons budgétaires et méthodologiques.

Si on écarte la solution de l’interprète, la traduction devient une opération et un phénomène de groupe. Elle n’est plus une traduction des énoncés, mais devient une « médiation interpersonnelle », dans laquelle interfèrent non seulement des énoncés, mais aussi la vie de groupe, c’est-à-dire des rapports de pouvoir, des rapports de séduction, des clivages idéologiques, des conflits, etc. Dans une relation de groupe ce n’est pas seulement ce qui est dit qu’il faut traduire, mais aussi ce qui n’est pas dit.

Ladmiral a remarqué que dans ce type de médiation l’oralité joue un rôle important, mais ce n’est pas la même oralité que dans l’interprétation de conférence. Dans les groupes, l’oralité n’est pas sous contrôle d’une institution, c’est une oralité spontanée. L’oralité fonctionne comme un accélérateur de la communication. Son caractère volatile fait que les relations entre les gens se négocient, évoluent et que les sous-groupes se redéfinissent. Les jeunes unilingues demandaient une traduction pour avoir le sentiment de faire partie du groupe. Ainsi la traduction a-t-elle aussi bien une fonction d’information qu’une fonction d’intégration relationnelle. La traduction au sens large prend la valeur d’un dispositif de groupe, dans le cadre duquel adviennent des relations non seulement interculturelles, interlinguistiques, mais aussi relevant de la psychologie sociale.

Pour conclure Ladmiral a proposé un catalogue des types de médiation, en distinguant les différents niveaux sur lesquels celle-ci se situe au sein de la communication interculturelle dans la dynamique des groupes bilingues. On distingue ainsi :

  • la « médiation traductive » ou « interlinguistique », c’est-à-dire la traduction orale dans une relation naturelle ;
  • la « médiation interculturelle  », dans la mesure où on ne traduit pas seulement d’une langue source à une langue cible, mais d’une langue-culture source à une langue-culture cible ;
  • la « médiation langagière » au sens où on ne traduit pas seulement ce qui est dit, mais aussi le « vouloir dire » ;
  • la « médiation psycholinguistique », qui sert à gérer les « ratés de la communication », les effets dyscomunicationnels et les difficultés de s’exprimer en public ;
  • la « médiation psycho-relationnelle », c’est-à-dire la traduction du non-dit.

Dans sa conclusion, Ladmiral a mis en évidence le fait que la dynamique des groupes bilingues est paradigmatique de la façon dont nous fonctionnons ensemble d’une manière générale et de la manière dont s’opèrent des médiations interculturelles, relationnelles, etc. dans nos sociétés.

Licia Panaro

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *