« Perspectives critiques »: Marielle Macé, « De la stylistique de l’existence : une vue d’ensemble », Rome le 6 avril 2017

 Compte-rendu de la conférence « Et toi, comment vis-tu ? Penser les formes de vie aujourd’hui », que Marielle Macé a prononcée pour présenter son essai Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016). Organisée dans le cadre du cycle « Perspectives critiques » de l’Institut français Italia, consacré en 2017 à l’idée d’Europe, la conférence de Marielle Macé s’est déroulée le 6 avril 2017 au Centre Saint-Louis. Le texte d’accompagnement, « Vite Uguali« , de Marielle Macé est à lire en ligne dans la revue Le parole e le cose.

Auteur : Giampaolo Marinelli (La Sapienza)

De la stylistique de l’existence: une vue d’ensemble

Faire aller sa propre vie, même malgré les difficultés et les laideurs que l’on peut rencontrer sur le chemin, est plus facile que ce que l’on imagine. Peu importe la façon dont notre existence se façonne, son apex radical, sa véritable essence : chaque être vivant va mimer, dans la réalité où il agit, sa forme. Et le pivot, c’est l’égalité de ces formes à l’égard des autres.

En cela réside le regard critique de Marielle Macé, directrice de recherche au CNRS, ainsi que spécialiste et enseignante de littérature française moderne à l’EHESS et à la NYU. Dans  l’ouvrage Styles. Critique de nos formes de vie, l’auteure se sert d’une approche multidisciplinaire pour rendre nets les bords flous d’une question périlleuse: la connaissance de la façon dont quelqu’un ou quelque chose est, de comment elle dialogue avec soi et avec le monde environnant.

Pourtant, s’intéresser aux formes de vies n’est pas synonyme de ce « que toute vie a d’unique, de forcément insubstituable », mais plutôt  « à ce qu’elle a de “comme” et “pas comme” d’autres ».
Pour ce faire, Marielle Macé aborde cette problématique en partant de la littérature, qu’elle considère comme réserve par excellence de formes de vie, en dégageant son discours par le biais d’autres disciplines aussi, telles que la philosophie, les sciences sociales et de la vie, pour arriver à une conclusion puissante : elles ont toutes en commun le concept de style.

Longtemps rabaissée (limitée aux domaines des beaux-arts, de la littérature, de la mode, parfois avec un emploi péjoratif du terme), l’idée de style est désormais devenue une notion-clé des sciences humaines. Parce que l’on reconnaît, dans le style, une donnée essentielle de l’humain, d’où jaillissent allures, démarches, postures physiques ou attitudes mentales et comportementales, sensibilités et weltanschauungen.

Marielle Macé semble donc proposer la construction d’une « stylistique de l’existence », à voir comme « une stylistique élargie à la vie elle-même, autrement dit une attention aux formalités du vivre, à tout ce qu’il entre de formes (de rythmes, de gestes, de manières de faire ou de dire…, bref, de “comment”) dans nos pratiques ».
C’est dans cette perspective qu’elle s’est efforcée de repenser les rapports entre la science (littéraire, vivante, sociale) et la vie, lui ayant permis de comprendre que ce sont ses formes elles-mêmes, singulières et partagées, identiques et antagoniques, qui rendent les vies égales les unes envers les autres. Ce qui n’est pas synonyme d’homogénéisation, mais de cohabitation harmonieuse de l’hétérogène.

Parmi les étapes principales de cette réflexion figure aussi l’urgence d’étendre cette notion à un vaste ensemble de pratiques, afin de considérer que le style est «omniprésent » : dans les vies intérieures, les productions concrètes, les existences sociales. 

En fait, le trajet de sa pensée ne se termine pas en une dimension purement théorique, voire utopique et uchronique, mais elle est capable d’embrasser des questions très actuelles, comme celle de l’accueil des migrants, leitmotiv de l’histoire contemporaine.
Car l’accueil est une décision motivée par une collectivité européenne, qui néanmoins demeure non unanime à cause de certains stéréotypes, donc de certaines formes, qui croient à un classement hiérarchisé des vies, où la leur se situerait inévitablement sur une marche supérieure à celles des extra-européens, des non-européens.

Marielle Macé invite donc le lecteur à « se décoloniser de cette conviction, à l’éradiquer de ses schémas de pensée », et à concevoir l’« autre » comme quelque chose de voisin, non seulement du point de vue géographique, mais existentiel in primis.
En mentionnant le nom du collectif romain de bénévoles Nuovi europei, l’auteure corrobore l’idée que les migrants en route vers le vieux continent, vers leur nouvelle terre, sont déjà les nouveaux européens, citoyens à plein titre, tout comme les anciens.
Bref, il n’y a pas de différence entre leurs vies et les nôtres. Il n’y a pas de vie moins noble que d’autres. Il n’y a même pas des vies sans qualité. Il faut alors ouvrir les yeux, se battre contre le poids grave du préjugé social et penser à l’accueil en une perspective d’inclusion.

Giampaolo Marinelli


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *