« Perspectives critiques »: Marielle Macé, « Et toi, comment vis-tu? Penser les formes de vie aujourd’hui? », Gênes, le 4 avril 2017

Compte-rendu de la conférence « Et toi, comment vis-tu ? Penser les formes de vie aujourd’hui », que Marielle Macé a prononcée pour présenter son essai Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016). Organisée dans le cadre du cycle « Perspectives critiques » de l’Institut français Italia, consacré en 2017 à l’idée d’Europe, la conférence de Marielle Macé s’est déroulée le 4 avril 2017 à l’Alliance française Galliera de Gênes. Le texte d’accompagnement, « Vite Uguali« , de Marielle Macé est à lire en ligne dans la revue Le parole e le cose.

 

Auteur: Filip Miletić (étudiant en Master 1 Lingue e culture moderne per i servizi culturali, Università di Genova)

Le 4 avril dernier Marielle Macé a tenu une conférence intitulée « Et toi, comment tu vis ? Penser les formes de vie aujourd’hui » à l’Alliance française de Gênes. Cet événement, organisé en collaboration avec l’Université de Gênes, s’inscrit dans le cadre de la quatrième édition du cycle Prospettive critiche, proposé par l’Institut français Italia. La conférence, modérée par Elisa Bricco et Nancy Murzilli (Université de Gênes), faisait partie d’une série de trois rencontres de Marielle Macé avec le public italien à l’occasion de la parution de son livre Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016).

Marielle Macé est directrice adjointe du Centre de recherches sur les arts et le langage du CNRS. Spécialiste de littérature française moderne, elle enseigne à l’EHESS, à l’Ecole normale supérieure et à New York University. Comme l’a remarqué Elisa Bricco dans son introduction, la production scientifique de Marielle Macé est caractérisée par une importante évolution : ses premières œuvres concernaient le genre littéraire d’essai, elle a ensuite travaillé sur la mémoire et le style littéraires et elle s’est concentrée enfin sur les formes de vie. On peut donc constater un passage progressif de recherches strictement littéraires ou stylistiques vers une plus ample réflexion philosophique et sociologique. Marielle Macé définit son dernier champ d’étude stylistique critique de l’existence, ce qui indiquerait une convergence de ses recherches précédentes dans un cadre de réflexion innovant.

 Marielle Macé a commencé par présenter en italien la thématique de son livre et l’approche adoptée. Son sujet d’étude sont les formes de vie, c’est-à-dire les formes qui caractérisent les vies. Il s’agit de s’intéresser aux différences et aux similitudes d’une vie par rapport aux autres, notamment en réfléchissant à comment on vit, avec beaucoup d’attention. L’auteure a ensuite développé le concept de style de vie en s’appuyant sur des œuvres cinématographiques (Chroniques d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin) et littéraires (Première souffrance de Kafka, Comment c’est de Beckett etc.) qui posent toutes la question du comment on vit. C’est aussi la question qui se trouve au cœur du livre de Marielle Macé : la chercheuse s’y est surtout intéressée à la question de la qualification de ce comment de la vie. Selon elle, une vie est inséparable de ses formes, investies de valeurs, donc des formes qui comptent. Elle propose de qualifier ces formes à travers la construction critique d’une stylistique de l’existence, à laquelle il ne faut pas attribuer un sens restreint, purement esthétique. Au contraire, il est question de prendre en considération toute vie et d’être patient et attentif par rapport aux vies des autres, que nous percevons souvent comme plus simples et moins importantes que la nôtre.

Par la suite, Marielle Macé a présenté la démarche adoptée dans son essai. Le style avait été utilisé comme moyen de description des vies par de nombreux hommes de lettres, philosophes, sociologues et anthropologues, dont Balzac, Nietzsche, Lévi-Strauss, Foucault etc. S’ils partaient tous du même concept, ils y attribuaient des significations très divergentes et, les mots du style étant toujours chargés de valeurs, cela impliquait aussi une forte concurrence des valeurs sous-jacentes. Styles. Critique de nos formes de vies représente une tentative de clarifier et comparer les différents procédés ; il ne s’agit donc pas d’imposer une pensée du style, mais d’accroître la conscience et la responsabilité qu’il faut avoir de ces questions. Marielle Macé s’adresse particulièrement à ceux qui font profession de décrire des vies, qui devraient reconnaître la nécessité d’être patients, attentifs et vigilants par rapport à leurs propos. En outre, l’auteure souligne qu’elle a été guidée dans son travail, comme Baudelaire et Pasolini dans le leur, par un sentiment de rage lié à la prise de conscience de la condition de certaines vies.

Marielle Macé a ensuite abordé l’idée qui se trouve à la base de sa réflexion, à savoir celle de l’égalité des vies. D’après la chercheuse, toute vie mérite considération parce qu’elle est égale aux autres dans la mesure où elle est caractérisée par des formes de vie, à la fois semblables et dissemblables d’autres. La conviction de l’égalité des vies est aujourd’hui fondamentale à cause de la situation des migrants : pour Marielle Macé, l’accueil que nous, en tant qu’Européens, accorderons aux migrants est tellement important qu’il constituera notre rendez-vous avec l’Histoire. Toutefois, nous sommes très souvent coupables d’une forme d’incrédulité face aux vies des autres, qui ne nous semblent pas tout à fait vivantes ou vécues. C’est pourquoi il ne suffit pas d’assumer une attitude charitable envers les migrants ; il faudrait prendre une décision politique garantissant leur accueil, car ce n’est qu’avec les migrants que l’Europe peut être préservée comme idée politique.

Selon Marielle Macé, la conviction de l’égalité des vies pourrait être renforcée si notre sidération vis-à-vis des migrants faisait place à une disposition à la considération (cf. Marielle Macé, Sidérer, considérer. Migrants en France, Verdier, à paraître). La considération présuppose de s’intéresser, chez les migrants, à des formes de vie vécues, c’est-à-dire à leur quotidien, à leurs rapports interpersonnels, à leurs sentiments etc. Cela nous aiderait à comprendre qu’« il n’y a pas notre forme de vie et la leur, il y a partout, pour tous, des façons dont la vie va et dont on fait aller sa vie ». Par ailleurs, il n’y a pas de vie nue, mais seulement des vies dénudées ou dénigrées, ce qui signifie par exemple que la Jungle de Calais était un vrai lieu de vie : malgré les conditions difficiles, le fait que l’on y trouvait des restaurants, des lieux de culte, des écoles indique clairement qu’il y avait toujours des vies.

Dans la partie finale de la conférence, Marielle Macé a clarifié certains aspects de son œuvre en répondant aux questions du public. Pour ce qui concerne le choix de l’approche stylistique comme moyen de description des vies, la chercheuse a fait remarquer que le style littéraire n’est qu’un cas particulier d’une démarche anthropologique. Il est vrai que dans la discipline littéraire l’approche stylistique présuppose une attention à la singularité des formes, mais ce ne sont pas seulement les œuvres d’art qui sont faites de formes ; il n’était pas question ici de travailler sur la littérature mais avec elle.

Marielle Macé affirme par ailleurs que l’attention aux formes de vie suppose aussi de constater une guerre des styles caractérisant le monde contemporain. En France par exemple, surtout après les attentats récents, il y a un besoin de défendre la forme de vie française. Toutefois, l’égalité des vies reste en-deçà de l’évidence de la guerre des styles. La guerre des styles ne devrait pas impliquer un refus des migrants. À travers ces réflexions Marielle Macé ne cherche pas à proposer un nouveau modèle de société, mais à attirer l’attention sur une sittuation présente et urgente, à savoir une crise de l’idée européenne à laquelle s’ajoute une crise migratoire. Dans cette situation, le concept d’identité acquiert un rôle important et, à ce propos, Marielle Macé rappelle que les lignes tracées par les formes de vie passent par des endroits différents. Autrement dit, il ne faut pas superposer complètement les formes de vies et l’identité : si halal est proche de bio, musulman ne correspond pas à bobo.

En fin de compte, dans son livre Marielle Macé a adopté une approche intéressante pour penser les vies humaines, à savoir la critique stylistique, qui requiert à son tour de l’attention et de la patience. La chercheuse a ainsi montré comment les sciences humaines peuvent permettre une meilleure compréhension de problèmes graves et concrets : aujourd’hui la réflexion sur les vies des autres revêt une importance particulière à cause de la crise migratoire. Cet essai a aussi le mérite d’insister sur le concept de l’égalité des vies, qui sera fondamental dans le rapport que les Européens instaureront avec les migrants. Comme le travail entamé par Marielle Macé se situe au carrefour de plusieurs disciplines scientifiques, l’auteure a fait appel à de nombreux chercheurs et artistes provenant de milieux différents. Styles. Critique de nos formes de vies se présente donc comme un point de rencontre de plusieurs fils de réflexion qui contribuent tous à la création d’une vision complète d’un problème d’envergure. Si les nombreuses références aux travaux précédents peuvent rendre la lecture difficile pour le lecteur moyen, il s’agit en même temps d’une expérience intellectuellement enrichissante.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *