« Exploitation de corpus : informatique au service de nouveaux phénomènes langagiers », 23 mai 2017, Naples

Mardi 23 mai 2017, à l’Université de Naples « Parthenope », a eu lieu la journée d’étude Exploitation de corpus : informatique au service de nouveaux phénomènes langagiers, organisée par Silvia Domenica Zollo, docteur de recherche en Linguistique Française, en partenariat avec le laboratoire LDI « Lexiques, Dictionnaires, Informatique » (UMR 7187 du CNRS) de l’Université Paris 13 – USPC et avec le soutien financier de l’Ambassade de France en Italie (bourse Cassini).

Le but premier de la journée a été la confrontation de modèles d’analyse méthodologique dans le cadre de la néologie, se basant sur la convergence des disciplines informatiques. L’originalité de la journée a été aussi et surtout de faire coopérer des chercheurs, jeunes chercheurs et doctorants sur l’interopérabilité de ces disciplines – les humanités numériques et les sciences humaines et sociales, dans la mise en place des dynamiques formatives, afin d’ouvrir, d’une part, de nouvelles voies d’investigation, offrant des croisements interdisciplinaires inédits et, d’autre part, de permettre aux acteurs de la recherche linguistique de s’emparer des innovations technologiques et vice versa.

Après les allocutions de bienvenue des autorités universitaires, Mme Maria Giovanna Petrillo, maître de conférence en Langue et Littérature Françaises et membre scientifique de l’école doctorale « Eurolinguaggi e terminologie specialistiche » (ETS) à l’Université « Parthenope », a introduit la journée, en mettant en lumière la nécessité de sensibiliser les nouveaux chercheurs à l’usage des outils informatiques en tant qu’éléments vitaux pour le développement de la recherche linguistique.

La première session a vu se succéder les interventions de quatre spécialistes européens. M. Jean-François Sablayrolles, Professeur à l’Université Paris 13 et membre du LDI, a ouvert les travaux par une réflexion générale sur les limites de l’extraction manuelle et automatique des néologismes et le suivi de leur diffusion, et montré le potentiel productif de l’outil Néoveille, une richesse pas encore exploitée suffisamment.

Mme Maria Teresa Zanola, Professeur ordinaire à l’Université du Sacré-Cœur de Milan, a ensuite proposé une communication intitulée « Néologie de luxe et terminologie de nécessité : ʿfashionʾ et ʿmodeʾ en question », montrant la place de la néologie dans le domaine spécialisé de la mode et réfléchissant sur le dialogue entre néologie et terminologie.

Mme Michela Murano, chercheur et maître de conférence à l’Université du Sacré-Cœur de Milan, a explicité les enjeux des phénomènes néologiques dans les dictionnaires collaboratifs après l’avènement du web 2.0, s’interrogeant, sous l’angle de la pragmatique lexiculturelle, sur le rapport que ce type d’ouvrages entretiennent avec la lexicographie traditionnelle.

En posant la question « Migrants ou réfugiés ? Les phénomènes de néologie dans la terminologie de la crise migratoire », M. Claudio Grimaldi, docteur de recherche à l’Université de Naples « Parthenope », a illustré les caractéristiques linguistiques et terminologiques du champ sémantique des flux migratoires, en remarquant surtout les phénomènes de néologie dans lesquels ces termes sont impliqués.

La deuxième séance a été ouverte par Mme Gabrielle Le Tallec-Lloret, Directrice du laboratoire LDI et Professeur à l’Université Paris 13 et par Mme Pierrette Crouzet-Daurat, Chef de mission Développement et enrichissement de la langue française à la Délégation Générale de la Langue Française et des Langues de France, avec une intervention intitulée « Chef, cheffe, cheffesse : norme, usage et nouveaux outils pour la féminisation des noms de métiers ». Il s’agissait pour les deux intervenantes d’apporter un témoignage et une réflexion sur la mise en œuvre de récentes politiques linguistiques en matière de féminisation des noms de métiers, grades et fonctions. En rapport avec la thématique de la journée, les deux intervenantes se sont interrogées sur le mode d’évaluation de ces implantations et ont également proposé une mesure de diffusion à grande échelle à partir d’exemples précis.

  1. Emmanuel Cartier, maître de conférence à l’Université Paris 13, membre du laboratoire LIPN-RCLN et coordinateur du projet Néoveille, a ainsi souligné l’importance d’intégrer les TAL dans les études de linguistique. Dans sa communication, il a détaillé les développements récents effectués dans le projet Néoveille concernant le repérage automatique des néologismes sémantiques. En mobilisant les grammaires de construction et en revenant aux intuitions du distributionnalisme, il a proposé une méthodologie permettant de repérer automatiquement les modifications de forme qui sous-entendent des modifications de sens.

Mme Jana Altmanova, maître de conférence à l’Université de Naples « L’Orientale » et responsable du projet international Leximarq, a proposé une communication intitulée « Néologisme promotionnel et créativité lexicale des internautes », en mettant l’accent sur les phénomènes de néologie des noms de marque et noms de produit par dérivation. À partir d’un grand corpus constitué de textes susceptibles d’enregistrer les dérivés des noms de marque, elle a illustré les premiers résultats de son projet, en proposant une analyse morphosémantique en fonction du contexte d’usage et du genre discursif.

Enfin, Silvia Domenica Zollo, docteur de recherche à l’Université de Naples « Parthenope », s’est intéressée à l’identification semi-automatique et à la description lexico-sémantique des néologismes susceptibles d’être employés dans des forums de discussion consacrés à des sujets de nature politique et sociale. Se référant à de nouvelles réalités socio-politiques, les mots examinés ne sont pas répertoriés dans les dictionnaires, bien qu’ils soient déjà perçus comme normalisés à l’intérieur de certains forums, de certains blogs et aussi dans la presse généraliste.

Les responsables scientifiques de la journée, Mme Jana Altmanova, Gabrielle Le Tallec-Lloret et Maria Giovanna Petrillo ont conclu la journée en rappelant l’importance des relations entre les TAL et la linguistique, dont le dynamisme passe aussi nécessairement par une meilleure compréhension des données aux niveaux qualitatif et quantitatif. En conclusion, on peut affirmer que cette journée d’étude a permis de souligner les difficultés que rencontre le décloisonnement des deux domaines. On a pu constater des différences dans les approches méthodologiques et les besoins précis en rapport avec l’utilisation de ces outils. À l’inverse du côté des spécialistes de TAL, une méconnaissance de la complexité et des limites de l’extraction automatique amène à ne pas toujours cerner les besoins des linguistes. Il apparaît cependant que les spécialistes des deux domaines ont parfaitement compris l’intérêt qu’il y a à l’heure actuelle à travailler de façon collaborative autour de la problématique de l’intégration d’outils informatiques dans les sciences humaines et sociales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *