« Chimère » d’Emmanuelle Pireyre à Rome et Gênes

Les 23 et 24 octobre derniers, l’écrivaine Emmanuelle Pireyre présentait sa nouvelle performance à Rome puis à Gênes, invitée par l’Institut français d’Italie, l’Université La Sapienza et l’Université de Gênes, dans le cadre des cycles « Perspectives critiques » et « Bibliothèques vivantes ».

La lecture, qui s’appuie sur un dispositif visuel et sonore (photos, vidéos, dessins, schémas), retrace de façon auto-fictionnelle la genèse d’un projet poétique : en l’occurrence, celui du texte « Chimère », qui sera publié à l’issue de la phase de performances.

Le point de départ de la réflexion/création est à la fois celui d’un étonnement – les enfants lisent des livres d’horreur – et d’une curiosité –la question des OGM, à l’occasion d’une enquête journalistique à laquelle on a proposé à l’écrivaine de participer. L’auteure-narratrice, confrontée à la fois à des « nouvelles » concernant la législation européenne, et à son entourage familial, entreprend une enquête croisée sur les OGM et les nouvelles formes d’écriture, enquête qui emprunte autant aux domaines des savoirs que des arts et de la poésie. A partir de ce point de départ, le propos suit une logique linéaire, d’associations d’idées, logique qui symbolise le « small world phenomenon« , dans lequel la narratrice s’insère, et qu’on retrouve, comme thème et comme méthode, au sein de la performance. L’association d’idée, mode de pensée universel, mais aussi éminemment contemporain, est érigée en principe actif de la performance. Cette poétique du lien et de la mise en réseau d’éléments apparemment hétérogènes permet d’interroger les modes contemporains de connaissance et de communication : se dégage alors une pensée du commun comme espace d’interdépendances, dont la narratrice fait apparaître, paradoxalement, la profondeur, le sérieux en même temps que l’absurdité. Les forums d’écriture en ligne, les directives européennes, les commentaires sur les réseaux sociaux sont ainsi mis à contribution et assimilés au tissu poétique, tandis que la question centrale des OGM et des hybridations en constitue une métaphore terrifiante.

Sur le plan formel, l’emploi de la vidéo, accompagnée avec discours-commentaire, s’appuie sur un montage ironique, qui alterne mises en scènes, schémas et plans, et mise en abyme de la narratrice elle-même qui prend un malin plaisir à brouiller la frontière entre réel et fiction. C’est finalement la figure de l’auteure-narratrice qui est mise en valeur en même temps qu’elle se met à distance dans un geste d’auto-dérision, interrogeant les ressources mystérieuses de la création poétique.

Marie Gaboriaud et Estelle Mouton-Rovira


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *