Cycle de conférences sur la littérature française contemporaine

Compte rendu de Catherine PENN

Du mois d’octobre 2017 au mois de mai 2018, l’université de Rome La Sapienza a accueilli un cycle de conférences sur la littérature française contemporaine. Au fil de ces rencontres, les voix de professeurs, critiques, écrivains et traducteurs ont peu à peu fait émerger une image : celle de la littérature transalpine actuelle.

Le cycle de conférences s’est ouvert le 10 octobre 2017 avec l’intervention de Laurent Demanze, intitulée Investigations sur la littérature française contemporaine, durant laquelle le spécialiste nous a proposé d’effectuer un tour d’horizon de la littérature française actuelle. Pour ce faire, le professeur Demanze a commencé par présenter les différentes poétiques qui la traversent. De la veine autobiographique, qui se manifeste notamment dans les récits de filiation (par exemple, La Place d’Annie Ernaux), aux écritures du savoir qui revendiquent la teneur cognitive de la littérature, les œuvres contemporaines se présentent comme des « enquêtes » qui font retour à la littérature transitive, en reprenant position et en embrassant le concret dans un souci d’implication politique.
Laurent Demanze a poursuivi son intervention en esquissant le portrait de l’écrivain contemporain en tant qu’enquêteur. L’enquête se révèle récit dominant de notre époque et passe par le reportage, l’investigation sur le terrain : le spécialiste a souligné la récurrence du dispositif rationnel, de la méthode inductive dans ce type de littérature. Il s’agirait d’un renouveau du « paradigme inquisitorial » et d’une nouvelle collaboration entre la littérature et les sciences sociales. Le récit d’enquête, en recréant des liens entre ces deux secteurs, confère à la littérature un rôle fédérateur qu’elle avait progressivement perdu depuis la fin du XIXème siècle.

Le 8 mai 2018, Dominique Viart a tenu une conférence intitulée Légitimité et illégitimité de l’écrivain de terrain, durant laquelle le spécialiste s’est penché sur la question de la légitimité en littérature : comment l’écrivain actuel, et notamment l’écrivain de terrain peut-il construire sa légitimité à travers son œuvre ? Lors de cette conférence, le professeur Viart nous a également présenté en détail la nature des rapports entre la littérature contemporaine et les sciences sociales : ces dernières sont aujourd’hui tellement liées qu’il est parfois difficile de faire la différence entre un ouvrage de terrain « spécialisé » et une œuvre littéraire de terrain. Cependant, en accord avec le professeur Demanze, Dominique Viart a souligné le fait que l’actuelle « bonne entente » entre littérature et sciences sociales est le fruit d’une longue et difficile reconquête. Durant sa conférence, le spécialiste a opéré un détour historique nécessaire pour expliquer ce phénomène : à la fin du XIXème siècle, les sciences sociales, qui désiraient acquérir leur autonomie et leur légitimité, s’étaient constituées contre la littérature pour affirmer leur statut scientifique. Le XXème siècle a vu ces deux secteurs s’éloigner peu à peu, jusqu’au divorce total, consommé dans les années 1960. Le Nouveau Roman se tournait alors vers un formalisme extrême et les sciences sociales vers le structuralisme le plus radical. Aujourd’hui, après une centaine d’années durant lesquelles littérature et sciences sociales se sont tournées le dos, il semble que les écrivains français contemporains tentent de reconquérir leur légitimité à écrire sur le réel, en se constituant comme des partenaires intellectuels des autres disciplines.

D’autre part, lors de la conférence du 10 octobre 2017, le professeur Demanze a mis en évidence le fait que les poétiques de l’enquête présentes dans la littérature contemporaine sont portées par la présence d’un « je », par des investigations biographiques où l’écrivain travaille contre la disparition, que ce soit dans les angles morts de l’espace commun ou dans le quotidien. Ces récits d’enquête mettent en scène une recherche de la vérité qui se combine à un refus de l’écrivain de se positionner comme une autorité de savoir. En effet, depuis la mort de Sartre en 1980, la littérature française assiste à un recul de l’écrivain engagé. Le 8 mai 2018, Dominique Viart a lui aussi insisté sur ce point : alors que l’écrivain engagé est tributaire d’une idéologie, l’écrivain « impliqué » est au contraire tributaire de l’émotion. C’est cette dimension projective, cette implication qui confère à l’auteur contemporain sa légitimité à écrire. Selon Laurent Demanze, elle donne naissance, non à des comptes-rendus rationalisés, mais à des récits formels, chargés d’émotions qui laissent le jugement de côté pour tenter de comprendre. Dominique Viart met en exergue la même idée lorsqu’il affirme que l’écrivain contemporain ne souhaite « pas démontrer mais montrer ».

Le cycle de conférence nous a permis de connaître deux écrivains « impliqués ». Le 18 octobre 2017, lors d’un dialogue avec le traducteur Lorenzo Flabbi intitulé Et si la traduction était une langue… ?, Camille de Toledo s’est présenté comme un écrivain dont la langue est la traduction, signifiant du même coup sa position politique face aux langues, aux cultures, à la question des frontières. Son œuvre est en effet marquée par la réflexion sur la question européenne et son horizon historique d’attente. Selon l’écrivain, il existerait un lien entre la crise de l’idée européenne et la traduction : historiquement, les juifs étaient le lien entre les différents pays du Vieux Continent et faisaient souvent figure de traducteurs. Après la Shoah, Camille de Toledo affirme la nécessité de retraduire, de recomprendre le lien de citoyenneté qui unit les européens, en citant Umberto Eco : « La langue commune de l’Europe est la traduction ». La traduction est au centre de la poétique de cet auteur qui élabore des fictions de la Nature, en tentant de traduire le langage non-humain en langage humain. L’imagination et la fantaisie ne sont donc pas en reste dans la production littéraire contemporaine, caractérisée par sa poétique de l’enquête certes, mais qui laisse une marge de manœuvre à la créativité de l’écrivain.

C’est exactement ce que nous a montré l’écrivaine Emmanuelle Pireyre durant sa performance Chimères, une conférence biologique du 23 octobre 2017. Partant d’une enquête sur les OGM, l’auteure parvient à se détacher du terrain pour élaborer une performance « hybride » où interprétation théâtrale, chansons, compositions cinématographiques de scènes fictives mais aussi de scènes montrant le quotidien de l’auteure, réflexions personnelles et rencontres professionnelles prennent part à l’exposition de l’enquête. Dans une forme originale et inattendue, Emmanuelle Pireyre a montré que la logique de la recherche peut et doit fusionner avec la fantaisie de l’artiste pour que l’enquête ait un sens.

L’autre motif dominant de la littérature française contemporaine qui a émergé de ces conférences est le motif de la disparition. Selon le professeur Dominique Rabaté, qui est intervenu le 30 novembre 2017, lors de sa conférence intitulée Le désir de disparaître, la littérature française actuelle est travaillée par le motif de la désertion, de la sécession. Le roman exprimerait le désir encore vital de nous effacer, de nous livrer à la rêverie, à une « disparition ludique », à l’image du roman La Disparition de George Perec, basé sur la contrainte de l’écriture sans la lettre « e ». Il s’agirait selon lui d’une réaction de la littérature contre l’invasion des dispositifs, contre le mouvement de surexposition individuelle, qui reflèterait le rêve de s’absenter de cette scène sociale qui nous contrôle à outrance. C’est pour retrouver la liberté, mais aussi le droit de se situer « hors d’atteinte », dans une zone d’indétermination, que les personnages des romans d’Emmanuel Carrère, de Patrick Modiano et de Pascal Quignard organisent leur « désir » de disparaître.

C’est ce même motif qui a été approfondi par le professeur Bruno Blanckeman, lors de la conférence Patrick Modiano ou l’écriture des ombres, tenue le 23 mars 2018. Le critique de littérature contemporaine a mis en évidence la place centrale de l’ombre dans la production littéraire de Patrick Modiano, objet d’une véritable « obsession créatrice » pour l’écrivain. Il s’agit d’une œuvre de la hantise où dominent les ténèbres, la noirceur de l’Histoire collective. Marquée par les ombres laissées par la seconde guerre mondiale, elle se fait œuvre de rébellion contre une certaine lecture officielle de l’Histoire, révélant les failles de l’identité « humaniste » prétendue de la France. Partant de ses zones d’ombre personnelles, l’écrivain tente d’élaborer une écriture qui rende compte des parts d’ombre universelles de la vie, de la pensée et de la mémoire humaines. À travers ses œuvres se déploie une écriture poétique capable de narrer une histoire tout en ménageant des « trous », des espaces vides, de façon à confronter le lecteur au principe de l’effacement et à l’idée que la mémoire est nécessairement défaillante.

À l’issue de ce cycle de conférences, la littérature française actuelle apparaît extrêmement liée à la notion de mémoire où deux motifs principaux opèrent en parallèle : la tentative de l’écrivain-enquêteur de lutter contre la disparition, contre l’oubli, et la tentation pour l’écrivain de faire de cette disparition un motif poétique, esthétique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.