Rencontre avec l’écrivain David Lopez à Roma Tre

Rencontre avec l’écrivain David Lopez

Le 23 octobre 2018, David Lopez, auteur de Fief (Seuil 2017, Prix du livre Inter 2018), est venu à l’Université de Roma Tre dans le cadre du cycle “Cultivons notre jardin” organisé par l’Institut Français Italia. Ci-dessous les comptes rendus d’étudiantes ayant participé à la rencontre.


Mardi 23 octobre 2018, les étudiants de Roma Tre ont rencontré le jeune écrivain David Lopez au Département de Langues, Littératures et Cultures étrangères de Roma Tre. Cet entretien a été organisé avec le soutien de l’Institut Français au sujet de la présentation du premier livre de cet auteur, intitulé Fief, qui a reçu le Prix Livre Inter en 2018. La rencontre, animée par Mme Lejosne de Roma Tre, a débuté par une interview à l’auteur, elle s’est poursuivie avec la lecture de deux extraits du livre, pour aboutir à une phase d’échanges avec le public.

Le sujet d’ouverture portait sur le choix du titre. Originairement le roman avait été intitulé « Aquarium » au sens métaphorique d’enclos où les personnages du livre déambulent et tournent en rond, comme des poissons dans un aquarium. Dans le langage des jeunes, « aquarium » indique aussi une pièce remplie de fumée ; par ailleurs dans l’œuvre figurent plusieurs scènes où les protagonistes passent leur temps à fumer. Ensuite le titre a été changé en « Fief », ce qui préserve le sens de lieux fermé et séparé des autres contextes territoriaux et sociaux tout en y ajoutant le concept d’appartenance issu du jargon politique.

En effet, comme annoncé dans le titre, l’intrigue du roman est située entre la grande ville et la campagne, autrement dit un territoire liminal qui ne se définit que par ses alentours. La ville imaginaire du récit présente les contradictions de cet espace dans lequel la petite bourgeoisie et la petite délinquance coexistent et interagissent. L’auteur a lui-même vécu dans un contexte social pareil, ce qui lui a permis de reproduire en littérature une histoire très proche de la réalité.

Au sujet de la genèse de son travail d’écriture, David Lopez explique qu’il a toujours rêvé d’écrire et que, adolescent, il exprimait la musicalité des mots dans le rap. Toutefois, son désir de perfection lui empêchait de trouver son style personnel, jusqu’à ce que la participation au Master de Création littéraire, qui a été un tournant pour sa carrière d’écrivain, lui a permis de composer avec ses pairs et d’apprendre à se relire. La lecture de Céline, en particulier, a beaucoup influencé son écriture et l’a encouragé à étudier l’oralité en expérimentant les moyens morphosyntaxiques afin de la reproduire à l’écrit.

En ce qui concerne son aventure éditoriale, Fief a été proposé à des maisons d’éditions, grâce au soutien de ses professeurs de Master. Plusieurs éditeurs ont apprécié le roman de David Lopez qui gagnerait à être épuré dans la forme, lui a-t-on suggéré, et synthétisé certains passages. Après la publication chez Seuil, le livre a connu un succès immédiat. En fait, à l’obtention du Prix Livre Inter, les journaux ont republié les interviews déjà diffusées un an plus tôt, ce qui montre que le Prix n’a fait que réamorcer une montée déjà en cours. Actuellement l’œuvre compte plusieurs projets de traductions et même une proposition d’adaptation au cinéma.

Après ce premier temps, des étudiants ont lu des extraits tirés du livre. Le premier a été un texte rap réellement écrit par un ami italien de David Lopez qui portait sur le manque d’élan des jeunes face à leur situation existentielle. Le deuxième se focalisait sur une conversation des protagonistes à propos de Candide de Voltaire relu sous le prisme de la jeunesse contemporaine.

Le débat avec le public a clôturé la rencontre. En particulier, Mme Chapel a demandé par quels moyens David Lopez était entré en contact avec Céline, un auteur peu abordé dans les programmes scolaires. On apprend, ainsi, que David Lopez a intégré un groupe de céliniens via les réseaux sociaux qui lui ont permis de découvrir d’autres auteurs peu canonisés. Puis, Mme Tarquini a proposé une interprétation sur la manière de travailler la notion de temps en référence à la contradiction entre le temps qui coule dans l’intrigue et la pression du temps dans la narration. Finalement, une étudiante a souligné les difficultés de traduction au sujet de la relation entre l’argot français (et le verlan) et les dialectes italiens et l’auteur a communiqué sa disponibilité à collaborer à la traduction italienne. La rencontre a suscité la participation des étudiants de Licence (Triennale) et de Master (Magistrale) qui ont rempli la salle pendant les deux heures prévues.

Sofia Billi

***

L’interview a d’abord porté sur choix du titre du livre, Fief, qui décrit une sorte de microcosme, à mi-chemin entre la ville et la campagne, où les personnages font du surplace et ne s’intéressent pas vraiment au monde extérieur qui reste, pour certains d’entre eux, un lieu utopique ou imaginé. Le souci de David Lopez était de donner une charge littéraire à ce milieu-là à travers une narration très précise et juste, en employant un style qui reproduise le langage parlé.

L’attention s’est déplacée vers son expérience dans un atelier d’écriture, pendant lequel il a pu se mesurer avec d’autres étudiants et comprendre l’importance d’écrire de façon spontanée. De la lecture de Voyage au bout de la nuit de Céline il a appris qu’on peut profiter de la puissance littéraire de la langue orale même dans la forme écrite.

En ce qui concerne son aventure éditoriale, c’est pendant le master qu’il a eu la possibilité de rencontrer des éditeurs, qui ont suivi avec intérêt son parcours de création. Après avoir présenté une première version, il a dû retravailler son texte, apporter des réductions et mieux caractériser les personnages, jusqu’au moment où il a finalement compris que le livre était vraiment achevé.

Quant au succès connu, les contrats pour la traduction dans plusieurs langues et le projet d’une adaptation cinématographique, David Lopez a reconnu que son livre avait aussitôt suscité l’intérêt des médias et que, après tout, rien n’avait vraiment changé avec l’attribution du prix littéraire. Même si de nouveaux projets auxquels il aimerait se consacrer commencent à se dessiner, il admet que maintenant il ne réussirait pas à y travailler.

L’interview terminée, deux étudiants de langues ont donné lecture de quelques extraits du livre : un texte de rap écrit par un des protagonistes du roman, Poto, sur le regret et le désir de changer sa condition, et le passage où un autre personnage, Lahuiss, plus cultivé que les autres, explique à ses copains l’histoire de Candide avec ses propres mots, en offrant une relecture moderne de l’œuvre de Voltaire.

Ainsi, on a laissé la parole aux impressions et aux questions du public. Madame Tarquini est intervenue en exprimant une réflexion sur l’usage du temps, qui revient très souvent tout au long de l’histoire, et elle a réfléchi sur l’importance de vulgariser un classique de la littérature française. À la question de Madame Chapelle portant sur la manière dont David Lopez a connu des auteurs qui sont généralement peu étudiés à l’école, l’auteur a expliqué que les internautes inscrits à un groupe Facebook de céliniens lui avaient suggéré d’autres auteurs qui partagent la même capacité de Céline de traiter des sujets sérieux mais de façon légère.

David Lopez a aussi raconté des anecdotes associées à son livre : la scène de la dictée animée par Lahuiss (dans le chapitre intitulé « Virgule », pp. 85-98) s’inspire d’une dictée expérimentale que l’auteur avait proposée à ses amis. Aussi, un de ses copains qui se trouvait en prison au moment de la sortie du livre, l’avait contacté non pas pour lui reprocher d’avoir fait son portrait peu édifiant dans le roman, mais pour critiquer un choix formel qu’il n’approuvait pas.

La valeur du travail qu’il a accompli sur la langue rapportée et la langue orale n’est pas passée inaperçue et, pour terminer, on a mis l’accent sur la complexité de la traduction du français parlé. En particulier, la réflexion portait sur les différences entre l’argot français et les dialectes italiens, sur la difficulté d’en choisir un qui soit le plus représentatif à l’échelle nationale, et l’importance de trouver un environnement social équivalent à celui du livre.

Martina Politano

***

Après une brève description du roman, Mme Lejosne s’est concentrée sur la signification du titre. Le premier titre choisi par Lopez était « Aquarium » pour indiquer un endroit clos rempli de fumée, comme l’abri où les personnages du roman passent leur temps. Le mot « fief » reste sur la même idée en ajoutant qu’il s’agit d’un lieu social où on se sent à son aise et d’où on ne veut pas sortir. Le choix du titre révèle donc l’intérêt des lieux et du territoire chez Lopez. En effet, le fief protège les protagonistes du milieu où ils vivent : c’est un espace hybride situé à mi-chemin entre la banlieue et la campagne. Cet espace – difficile à définir – conditionne leur vie et renforce leur sens d’appartenance mais, en même temps, il suscite l’envie de fuir sans pour autant en donner les moyens. Selon l’auteur, la solution de cette crise de l’identité réside dans la communication avec l’autre. C’est pourquoi il a créé dans son œuvre des lieux où, contrairement à ce qui se passe dans la réalité, plusieurs classes sociales cohabitent.

Ensuite Mme Lejosne a cherché à dévoiler le cheminement d’écriture de l’auteur de son début jusqu’à aujourd’hui. Dès son enfance l’écriture était sa passion mais il jugeait ses textes trop artificiels et affectés. C’est ainsi qu’il a décidé de participer à un master de création littéraire afin d’apprendre à se relire en faisant de l’autocritique. Le tournant de sa carrière a été l’adoption d’un style personnel inspiré de son expérience et donc puisé du réel. Une fois achevé Fief, Lopez a été aidé par ses professeurs dans la recherche d’une maison d’édition et après un grand travail de simplification de la forme et du fond, finalement Seuil a publié le roman. Maintenant Lopez a beaucoup d’idées, mais il préfère se dédier à d’autres projets qu’on lui a proposés, des traductions et une adaptation cinématographique.

Avant que le public n’intervienne, deux étudiants ont lu des extraits du roman. Le premier était le texte d’une chanson rap qui a suscité des réflexions sur la condition des jeunes représentés : à cause de leur manque de courage et de leurs résultats scolaires insuffisants ils n’arrivent pas à montrer leurs capacités réelles. De plus, cette lecture a donné à l’auteur l’occasion de raconter quelques anecdotes autobiographiques liées aux événements du roman. Dans le deuxième extrait, l’un des personnages expliquait l’intrigue de Candide (Voltaire) à ses amis avec leur langage oral et familier. A ce propos, Mme Tarquini a proposé une réflexion sur la perception du temps et l’importance de la vulgarisation des œuvres classiques. D’autre part, Mme Chapel a remarqué aussi l’influence de plusieurs modèles littéraires assez hors du commun, notamment Céline et Calaferte, entre autres. Lopez a expliqué que Céline a été une découverte fondamentale pour le développement de son style tiré de l’oralité. Ensuite, grâce à des groupes Facebook de “céliniensˮ, il a pu connaître d’autres auteurs appartenant à la même filiation.

Enfin on s’est éloigné du plan littéraire pour analyser les difficultés pratiques d’une traduction en italien dues au panorama linguistique italien, qui est très bigarré, et par le langage employé par Lopez. Quelques étudiantes et Mme Tarquini ont demandé à l’écrivain son avis, mais la question n’a pas été résolue ; il faudra, par conséquent, attendre la publication de la version italienne qui sera éditée par Sellerio.

Daniela Zini


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.