Tecnica. Ambiente. Cittadinanza

Débat à Bologne entre la sociologue Laura Centemer et le chimiste Francesco Basile dans le cadre du cycle débats d’idées de l’Institut français “Cultivons notre jardin

            Le débat, modéré par l’historienne Elena Davigo (Università degli Studi di Firenze) a vu un échange entre la sociologue Laura Centemeri (CNRS/EHESS) et le chimiste Francesco Basile (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna). Il s’est déroulé le 26 septembre 2018, organisé en collaboration entre l’Institut Français Italia, l’Alliance Française de Bologne et la Fondazione Gramsci Emilia-Romagna.

            1. Faire face aux désastres écologiques : les citoyens et la science

            Les intervenants partent des cas précis de désastres écologiques : l’extension de l’aéroport de Malpensa, qui a gravement touché le parc du Ticino ; la pollution automobile ; le choix catastrophique de l’énergie nucléaire par la France ; le cas de l’opposition au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ; celui du contournement autoroutier de la ville de Bologne (le « passante »). Dans tous les cas le même scénario semble se répéter : une source de pollution voit le jour, les citoyens s’organisent pour prouver sa nociveté, mais les informations recueillies ne pèsent pas dans la prise de décision.

            Francesco Basile explique ainsi qu’à Bologne s’est développée la campagne Aria Pesa, qui a vu la collaboration d’universitaires et de citoyens pour mesurer la qualité de l’air. Il ne s’agissait pas d’une collaboration passive de la part d’habitants qui se seraient limités à enregistrer une donnée – le taux d’azote dans l’air. Environ 3000 citoyens ont été éduqués à la mesure scientifique, leur participation a duré 6 mois, et l’interprétation des données n’est devenue possible que grâce aux métadonnées fournies par les citoyens, comme le type de lieu où la donnée a été mesurée (rue principale ou secondaire, parc, école…). En effet les scientifiques ont constaté que dans le même quartier pouvaient coexister des lieux plus ou moins pollués.

            Toujours selon Basile, ces résultats ont remis au premier plan une dimension de classe sociale, très présente dans la réflexion écologiste des années 70 mais depuis lors négligée. Aria Pesa a montré par exemple une grande différence entre les colli, quartiers où les habitants sont plus aisés, et des quartiers populaires comme San Donato ou la Bolognina : les classes populaires subissent la pollution non seulement sur leurs lieux de travail, mais aussi sur les lieux de vie, rues secondaires ou parcs, ce qui touche en particulier les populations fragiles comme les enfants ou les personnes âgées.

            2. Affronter les décideurs

            Cette dimension de classe a conduit le débat à explorer l’articulation entre création citoyenne de savoir scientifique et réception de ces données dans le champ politique. Selon les intervenants, mesurer n’est jamais neutre et il est nécessaire de souligner l’aspect politique de toute quantification, qui en choisissant ce qu’elle mesure et comment elle le mesure crée les réalités dans lesquelles nous vivons. Pour Laura Centemeri, l’économie même repose sur des conventions, ce qui implique que dans une société démocratique le public devrait pouvoir intervenir au moment de la création des conventions, au lieu de subir des concepts – comme la croissance – qui sous-tendent a priori une vision politique. Le blocage se fait alors au niveau de l’économie : la réponse universelle des pouvoirs publics est qu’« il n’y a pas d’alternative », alors même que des milliers d’alternatives existent.

            Ainsi le problème de la création de savoir par les citoyens est qu’elle n’est pas écoutée, comme le montre l’exemple de Malpensa et de l’« écologisme scientifique » mis en œuvre par la population locale. Les citoyens voulaient aider des décideurs à choisir, ont fait un travail large et durable d’information, mais les données produites n’ont jamais été prises sérieusement.

            Une confrontation entre les participants permet de montrer que depuis l’Italie le niveau du débat écologique en France est largement surévalué. Les intervenants prennent l’exemple de Notre-Dame-des-Landes, exemplaire d’une création de lieu d’expérimentation d’un modèle alternatif. Face à cet espace physique et culturel créatif, dépourvu de la nécessité de démontrer a priori des objectifs économiques – et donc, en tant que tel, exemple réussi de ce que devrait être la recherche –, l’État a répondu par des expulsions violentes qui ont laissé le public sous le choc.

            3. Une nouvelle mission pour l’université ?

           La «troisième mission» de l’université – en sus de la formation et de la recherche – est le partage du savoir avec la société. Mais Francesco Basile et Laura Centemeri concordent sur le fait que cet aspect est souvent interprété comme partage avec la partie productive, c’est-à-dire avec les entreprises et non pas avec les citoyens, ce qui constitue in fine une nouvelle expropriation du savoir. Dans le cas du « passante » de Bologne, la commune et la région Émilie-Romagne ont confié les deux tiers de la production scientifique à des chercheurs financés par des entreprises, déléguant de fait la recherche aux privés. Il était pourtant possible de répondre par d’autres données que celles ainsi recueillies, qui se révèlent être des études d’impact particulièrement optimistes quant aux conséquences du projet d’autoroute pour l’environnement.

            Face à cette tendance vers une privatisation toujours plus grande, les chercheurs éprouvent des difficultés pour réunir le savoir, dans et hors de l’université. Alors qu’il y a quelques décennies existaient des intellectuels organiques, des lieux, des éditeurs pour coaguler, aujourd’hui il faut réinventer le coagulant. Ce pourrait être le lien avec le territoire, la ville… Mais cette collaboration implique d’aller à contre-courant du modèle néo-libéral dominant.

Fabien Coletti, Institut Français Italia.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.