Semaine de la francophonie 2019 à Gênes

L’édition 2019 de la semaine à francophonie a permis de rassembler à Gênes des écrivains, enseignants, chercheurs, étudiants, élèves et spectateurs divers autour de l’Afrique francophone, grâce à la collaboration entre le département de français de l’Université et l’Alliance française de Gênes.

Mardi 19/03

Inauguration de l’exposition “Vues du Sénégal et du Soudan Français. Le fotografie di Aimé Sterque (1892 – 1903)”

Pour ouvrir les festivités, l’Alliance française a accueilli l’inauguration d’une exposition de photographies du début du XXe siècle, issues des archives familiales des professeures Hélène Giaufret-Colombani et Anna Giaufret, à l’origine du projet, et fruit d’une collaboration avec des spécialistes des archives photographiques coloniales. Ces spécialistes étaient réunis lors de la soirée d’inauguration de l’exposition dans les salons de l’Alliance Française.

Hélène Giaufret-Colombani a d’abord rappelé les souvenirs familiaux de son grand-père Aimé Sterque, soldat colonial au Sénégal et au Soudan français au tournant du XXe siècle,  et esquissé sa personnalité pour le nombreux public présent. Son oeuvre a ensuite été mise en lumière à travers la recontextualisation dans la production et diffusion de cartes postales (Xavier Ricou) et dans l’histoire matérielle de la photographie (Elisabetta Papone). Martina Massarente, qui a contribué à la réalisation de l’exposition et au catalogage du fonds, a expliqué les grands principes de ce travail, et le plan de conservation mis en oeuvre pour ces photos à peine portées à la connaissance du public. Stefano Termanini a enfin évoqué l’élaboration du livre issu de l’exposition, à la fois un catalogue et un recueil d’essais.

Malgré la destruction malheureuse des lettres envoyées par Aimé Sterque à sa femme, ses photos, à l’atmosphère toujours paisible, manifestent le désir, non seulement de donner vie à ses “vues”, mais aussi de divertir cette famille qui lui manque, en leur transmettant des tranches de vie, à la façon des cartes postales de l’époque.

Mercredi 20/03

Colloque “La Francophonie en Afrique”

Toujours dans les salons de l’Alliance française, devant un public nombreux d’étudiants du département de français, se sont réunis dès le lendemain des chercheurs et artistes pour évoquer quelques enjeux contemporains de la francophonie en Afrique.

dav

Giovanni Agresti (Université Bordeaux-Montaigne) a d’abord présenté le projet POCLANDE (Populations, Cultures, Langues et Développement) qui, fort d’un réseau de 250 chercheurs, en France et en Afrique, applique à la linguistique les concepts d’aménagement et de développement. Le réseau entend enregistrer et étudier les langues régionales “en danger” afin de sauver dans leur milieu des langues mineures, ou cataloguer celles qui sont malheureusement vouées à l’extinction (100 locuteurs). Le réseau s’étend aussi en Italie; Rai Tre Cultura a récemment médiatisé l’un de ces projets de préservation, consacré à un dialecte franco-provençal dans les Pouilles (700 locuteurs). Un colloque se tiendra à Bordeaux en octobre 2019, pour lequel un appel à contribution a été lancé.

Silvia Riva (Università di Milano) a quant à elle proposé un panorama de la poésie congolaise contemporaine intitulé “Poètes passeurs d’humanisme et de culture: le cas de la poésie congolaise”. Elle a mis au jour deux tendances générales de cette production: la tendance “documentaire” et la tendance “spectaculaire/déclamatoire”, qui s’exprime notamment chez des auteurs comme Tchicaya U’Tamsi, pour qui “le chant est toujours rage” (Le Mauvais sang), chez la slameuse Ophélie Boudimbou, ou encore chez Huguette Nganga Massanga, qui écrit en français mais aussi en lingala.

Rencontre avec le poète Gabriel Okoundji

Ce panorama poétique constituait une belle transition vers la rencontre avec le poète Gabriel Okoundji, qui a répondu avec chaleur aux questions d’Elisa Bricco (Università di Genova) et partagé son expérience avec les étudiants présents.

dig

Interrogé d’abord sur l’importance de l’oralité dans sa poésie, qui donne souvent une impression d’aphorisme, il a mis en regard l’oralité et la langue même. La langue, long fleuve qui charrie beaucoup de peuples, pays, et rencontre d’autres fleuves (d’autres langues), se tarirait sans ces apports : c’est le cas pour le français. L’oralité n’est en fait qu’un outil, puisque le poète n’a pas d’autre choix que de se servir des mots; mais dans son cas précis, l’usage de l’oralité sert surtout à faire passer les émotions, fondamentales dans sa poésie. Comment utilise-t-il l’imaginaire africain? Cette question lui permet de raconter le Congo communiste de sa jeunesse, l’importance accordée à l’étude des pères fondateurs de la “négritude”, tous des poètes, mais aussi aux poètes russes comme Maiakovski, et la découverte tardive, en France, des poètes français, notamment des surréalistes. Que reste-t-il alors à écrire? se demandait le jeune homme fraîchement débarqué à Bordeaux pour ses études de médecine. Il trouvera la réponse dans la recherche de sa spécificité, de son identité, et donc de l’imaginaire africain de son enfance. En effet, Gabriel Okoundji a la particularité d’avoir des origines Mwènè: Un mwènè est au Congo un chef traditionnel tégué, à la fois chef spirituel et judiciaire d’une région. A cette charge, passée par les anciens par héritage, s’est ajoutée l’éducation au récit par un long séjour chez une tante aux dons de conteuse dont il avoue avoir été très marqué. Etre Mwènè, selon lui, c’est savoir respirer, savoir tuer symboliquement la panthère qui est en soi, faire taire l’audace trop fougueuse de la jeunesse, le fait de croire que l’on sait tout, apprendre humilité. Ainsi, l’insertion de mots en tégué dans sa poésie n’est pas une coquetterie mais répond à une nécessité: il semble impossible de les dire dans une autre langue.

Après avoir lu le poème: “Sang de panthère”, Gabriel Okoundji a répondu aux questions du public, ce qui lui a donné notamment l’occasion de développer sa perception de la poésie comme nécessité; la vie est difficile hors des frontières de la poésie! Il a aussi évoqué la nécessité de parler depuis l’endroit où l’on est, avec la langue qui nous vient. En cela, il est assez caractéristique que ses premiers poèmes aient été publiés dans des revues occitanes, dans une forme bilingue français/occitan, comme si les langues non vernaculaires se reconnaissaient et s’alliaient pour la diffusion des langues “mineures”.

Séminaire Memwar

Enfin, Xavier Ricou, architecte, animateur du site “Sénégal métis” et initiateur de plusieurs travaux de recherche sur l’histoire du Sénégal et de projets de conservation et valorisation des archives, est venu présenter son parcours et ses actions lors du séminaire du groupe de recherche du département de langues sur la mémoire, MemWar.

dav

Parti d’une recherche de type généalogique sur les métis du Sénégal, Xavier Ricou a mis au jour des éléments très éclairants sur cette bourgeoisie métisse, au fort pouvoir économique, et dans laquelle, du moins durant la période faste pour le commerce, notamment de la gomme arabique, le pouvoir économique et familial était détenu par les femmes et notamment par les “Signares”. Parmi les initiatives de Xavier Ricou pour faire connaître et diffuser la riche histoire du Sénégal, on peut citer son livre sur l’iconographie du Sénégal colonial, la numérisation de nombreux fonds d’archives et leur diffusion grâce au site “Sénégal métis” et à la page Facebook associée. Xavier RIcou a regretté les simplifications historiques qui sont trop souvent à l’oeuvre quand il s’agit du passé colonial, ainsi que le travail qui reste à accomplir en termes de conservation du patrimoine. Le Sénégal, jusque là, ne possède que très peu de “lieux de mémoire” au sens de Pierre Nora.

RadioZena

Tout au long de la semaine, des étudiants de première année de francesistica, en collaboration avec l’Association Zenaflam et sous la supervision de Thierry Bousseau, enseignant à l’Alliance française, ont couvert les différents événements pour produire des reportages radiophoniques diffusés sur “Radio Zena”, radio francophone génoise. Les podcasts (présentation de l’exposition photographique, interviews d’Anna Giaufret, Elisabetta Papone, Martina Massarente et Xavier Ricou, compte rendu de la conférence, interview de Elisa Bricco et de Gabriel Okoundji, documentaire sur le film “Run” de Philippe Lacôte) seront bientôt disponibles sur la page Soundcloud de RadioZena flam.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.