Le macchine volanti di Leonardo

Compte-rendu de Fabien Coletti
Institut Universitaire de Fiesole, 28 ottobre 2019

            Conférence d’Andrea Bernardoni (Istituto e Museo  di Storia della Scienza, Florence) et Pascal Briois (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours): Le macchine volanti di Leonardo. L’ornitottero meccanico come metamorfosi dell’uomo in uccello. Organisée par Stéphane Van Damme à l’Istituto Universitario Europeo, Fiesole (Villa Salviati), dans le cadre du cycle de l’Institut français en Italie Mondo macchina e mondo vivente – Omaggio a Leonardo.

            Le cinquième centenaire de la mort de Léonard peut sembler, du point de vue historiographique, paradoxal. Lorsqu’en 1952 était célébré le cinquième centenaire de sa naissance, les historiens – Lucien Febvre en tête – souhaitaient avant tout remettre en cause une tradition conduite par Pierre Duhem qui voyait dans le Toscan un trait d’union entre Moyen Âge et modernité. Si Febvre et consorts n’avaient pas de réserves sur les qualités de l’artiste, ils élevaient de sérieux doutes sur les innovations de l’ingénieur. Au contraire, selon la double conférence donnée aujourd’hui par Andrea Bernardoni et Pascal Briois, il est temps de le reconsidérer l’œuvre technique de Léonard.

            En ouverture, Andrea Bernardoni dresse un portrait de l’intérêt toujours vif des chercheurs et du public pour la réalisation de modèles des machines de Léonard. Dès 1929 une exposition londonienne connaît un grand succès. En 1939 l’exposition Leonardesca présente à Milan jusqu’à 200 nouveaux modèles. Elle migre ensuite à New York puis à Tokyo ; hélas, le bateau qui ramenait l’exposition en Italie coule, entraînant la perte irrémédiable du matériel. Les tentatives ne manquent toutefois pas après le second conflit mondial, avec les modèles de Roberto Gualtieri en 1953, exposés à Milan, jusqu’aux modélisations virtuelles réalisées en 1991 avec le concours d’IBM. Andrea Bernardoni montre comment, ces dernières années, les progrès de la modélisation informatique peuvent nous renseigner sur les prouesses de Léonard sculpteur, par exemple en exposant le projet non réalisé de monument équestre à Francesco Sforza. Notable, en particulier, est le temps nécessaire à la fonte du cheval : pour qui a en mémoire le récit picaresque que Benvenuto Cellini fait de la fonte de son Persée, la durée de 180 secondes révélée par la simulation a de quoi sidérer.

            Enfin, Andrea Bernardoni présente le travail du groupe de recherche Artes Mechanicae, dont il est directeur. L’initiative se distingue de ses prédécesseurs par son niveau d’exigence philologique dans son approche des textes et de la technologie. Il a par le passé été tentant d’idéaliser les réalisations de Léonard et donc de corriger ses erreurs ou ses inexactitudes : le culte du génie absolu pouvait ainsi émousser la rigueur technique. Artes Mechanicae cherche au contraire à respecter scrupuleusement les manuscrits, avec une concentration toute particulière sur les matériaux utilisés dans les reconstructions. Les futures expositions des machines – comme celle de Palmanova, dans le Frioul, en novembre – sauront ainsi révéler au public un Léonard inédit, car authentique.

            L’historien Pascal Briois, éditeur en France des Carnets de Léonard (Gallimard, 2019), prend alors la parole pour illustrer le concept de biomimétisme. Briois montre comment des insectes récemment trouvés dans de l’ambre et vivant il y a deux milions d’années recélaient dans leur anatomie une articulation en forme de vis, bien avant que l’industrie humaine ne pense innover en créant cette forme. Le biomimétisme défend donc l’idée que les innovations de la nature portent encore en leur sein de nombreuses innovations potentielles qui doivent être retrouvées et imitées pour nourrir la technologie humaine.

            Pascal Briois considère que Léonard est le grand-père de cette approche, tant le Toscan était fasciné par les insectes et les oiseaux. Certes, les ingénieurs de la Renaissance qui pourraient être considérés comme des précurseurs du biomimétisme ne manquent pas, comme l’anglais Matthew Baker qui étudiait les poissons pour mieux construire des navires de guerre. La qualité du travail de Léonard est toutefois exceptionnelle, grâce à ses qualités d’observation qui lui permettent d’imiter au mieux les productions de la nature. Le processus même de l’imitation peut se faire de deux manières différentes : en imitant exactement ce qui existe ou bien en imitant le principe de ce qui existe. Léonard fait les deux : il part d’une période d’observation scrupuleuse et en tire de nouvelles idées. Il était par exemple intéressé par le fonctionnement des paires d’ailes des libellules, complémentaires : lorsque l’une des deux s’abaisse – soutenant ainsi le vol de l’insecte – l’autre remonte, prête à prendre la relève. L’oeil curieux de Léonard réussit parfaitement à décortiquer ce mouvement dans ses carnets. Il ne se limite certes pas à la libellule : papillons, poissons volants, chauves-souris, mouches… chaque forme de vie est l’occasion d’une multitudes de recherches techniques sur le type de mouvement des ailes, l’équilibre en vol… De même, chaque oiseau l’intéresse : il étudie l’anatomie des ailes, les muscles de la poitrine, et les compare aux muscles humains pour comprendre s’il est possible de soutenir un corps d’homme grâce à des ailes. Les croquis de Léonard ne sont donc pas de plaisantes œuvres d’art, mais des exemples de science dure : il cherche des solutions mécaniques, expérimente, finit par conclure que ses croquis d’ailes pour humains ne peuvent pas fonctionner, cherche alors à dessiner des solutions anatomiques, pour se rapprocher au plus près des oiseaux. La trop grande complexité des mouvements aviaires le pousse enfin à envisager seulement un vol simple soutenu par le vent. Il se penche donc sur le problème des plumes, finit par s’en ennuyer, se passionne alors pour les membranes des chauve-souris comme alternative possible… Entre hypothèses, essais et échecs, c’est toute une trajectoire intellectuelle qui est illustrée dans les Carnets. Un projet de traité en quatre livres sur les oiseaux témoigne de la profondeur de cette pensée curieuse et inquiète, et de ses capacités d’observation hors du commun.

            La double conférence se clôt sur une discussion entre le médiateur Stéphane Van Damme, les deux chercheurs et le public de doctorants et post-doctorants de l’IUF. Il en ressort que la recherche contemporaine sur Léonard se pose comme une invitation à se replonger dans des carnets dont la richesse est autant un point d’observation privilégié sur la science de la Renaissance qu’une magistrale leçon de méthode pour les ingénieurs de notre temps.

Fabien Coletti


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.